Le Brésil

Lula et Martin Schulz défendent un accord entre le Mercosur et l’Europe basé sur le développement mondial

São Paulo – L’ancien président Luiz Inácio Lula da Silva a participé, ce mardi (5), au débat « Brésil-Allemagne – Union européenne : défis progressistes et partenariats stratégiques », en présence de l’Allemand Martin Schulz, ancien président du Parlement européen et représentant de la Fondation Friedrich Ebert (FES). La conversation a porté sur la nécessité d’un accord économique entre le Mercosur et l’Union européenne, ainsi que sur un projet global de développement social et environnemental.

L’événement promu par la Fundação Perseu Abramo, à São Paulo, visait à parler des partenariats stratégiques entre le Brésil et l’Allemagne et des défis du secteur progressiste en Amérique du Sud et en Europe, tels que le renforcement de la coopération avec l’Union européenne, les questions environnementales liées au développement , social , genre et égalité raciale.

Dans son discours, Lula a défendu le rôle diplomatique de son ancienne administration dans les débats mondiaux. Selon lui, un modèle d’affaires entre Latino-Américains et Européens peut être un exemple pour d’autres nations. « Le Brésil peut gagner la confiance de l’Amérique du Sud et être l’un des contributeurs à beaucoup. Nous savons déjà où nous nous sommes trompés et où nous avons bien fait et c’était une erreur de ne pas être parvenu à un accord entre le Brésil et l’Union européenne. Nous devons conclure un accord qui serve de modèle à d’autres entreprises mondiales », a-t-il défendu.

L’ancien chef du Parlement européen a ajouté que la mondialisation et les négociations mondiales ont besoin de règles et de normes minimales, qui impliquent le développement social de ces pays. « Je partage votre opinion selon laquelle un accord est nécessaire entre le Mercosur et l’Union européenne, en tenant compte des normes de l’OIT (Organisation internationale du travail), garantissant des droits pour tous. Il est non seulement possible de conclure un accord qui ne pense qu’aux profits, mais aussi au développement social », a-t-il défendu.

ONU

L’ancien président Lula a critiqué l’Organisation des Nations unies (ONU) qui, selon lui, est dépassée. « Nous continuons de croire que, pour le bien de l’humanité, il est nécessaire de défendre une structure de gouvernance mondiale. L’ONU de 1948 ne représente plus les désirs de l’humanité. Prenons le thème de l’environnement comme exemple. Il y a une réunion mondiale pour prendre des décisions, mais les États-nations n’approuvent pas les résolutions. Le protocole de Kyoto est l’un des exemples, qui a été approuvé à l’ONU, mais rejeté par les États-Unis », a-t-il déclaré.

Lula a également abordé l’individualisme des nations développées et le manque de soins pour les pays les plus pauvres. Il a cité les inégalités en matière de vaccination, rappelant la faible immunisation sur le continent africain, et rappelé les problèmes laissés par la crise économique de 2008.

« La crise de 2008 a été très importante, causée par le système financier, et elle a durement touché les pauvres. Les pays riches ont paralysé les échanges et j’ai plaidé pour la création d’un fonds d’investissement dans les pays les plus pauvres pour aider à leur développement. Cependant, le protectionnisme a augmenté et chaque pays qui défendait le libre-échange a fermé les portes aux négociations », a critiqué le Brésilien.

Comme Lula, Martin Schulz a ajouté que la difficulté actuelle dans le monde est le résultat de règles internationales contraignantes pour tous les pays et a déclaré que l’ONU « ne fait pas son travail ». « Tout cela est tellement dramatique, car ce non-développement est propagé par des entités de droite ultra-conservatrices, qui ne respectent pas les conventions environnementales, les droits du travail et tant de législations. Ces gens ne se soucient pas de ça, juste de leurs intérêts personnels. C’est extrêmement dangereux, car le monde global a besoin de règles », a-t-il averti.

Louange et « charme »

Avant de terminer son discours, Martin Schulz a fait l’éloge de l’administration de l’ancien président Lula. Selon l’Allemand, la politique du Brésil au début de ce siècle « a laissé l’Europe enchantée ». S’adressant à l’ancien directeur général, Schulz a déclaré que le gouvernement du PT était un pionnier dans la défense des droits internationaux et dirigeait un mouvement mondial et multilatéral.

« Votre nom a toujours été lié à tout cela. C’est pourquoi je ne suis pas surpris par la persécution subie, car elle est le symbole d’une politique plurielle. Pour moi, vous avez toujours été un exemple brillant de la politique de gauche, avec des visions inépuisables et pratiques. D’un autre côté, il a aussi atteint le sommet et est resté la même personne », a-t-il conclu.

Vous pourriez également aimer...