Le Brésil

L’UNICEF fait pression pour que les écoles rouvrent, mais il n’y a pas de structure

São Paulo – Dans une lettre ouverte plus tôt cette année, le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (Unicef) a demandé aux maires et aux maires de donner la priorité à la réouverture des écoles au Brésil, même si la pandémie de covid-19 n’est pas encore maîtrisée. Selon la représentante de l’agence internationale dans le pays, Florence Bauer, qui signe le document, « la longue période de fermeture de la plupart des écoles et l’isolement social ont eu un impact profond sur l’apprentissage, la santé mentale et la protection des enfants et des adolescents » .

Le passage a été mis en évidence dans la colonne du correspondant international en Twitter, Jamil Chad. L’organisation soutient que le retour aux cours en présentiel doit être adapté à la situation locale des villes. Cela peut inclure des mesures d’enseignement hybride, avec un enseignement spécial et à distance, et la rotation des étudiants.

Selon l’Unicef, l’objectif est d’empêcher les étudiants de quitter définitivement l’enseignement. « Cela aggravera encore les inégalités et aura un impact sur toute une génération », prévient-il dans la lettre. L’organisation souligne également que la réouverture des écoles représente une opportunité de protéger les enfants et les adolescents de la violence domestique – qui a augmenté pendant la pandémie. En plus d’assurer la sécurité alimentaire, avec l’accès aux repas scolaires.

Moment critique de la pandémie

L’avocat spécialisé dans les droits humains des enfants et des jeunes, ancien conseiller du Conseil national des droits des enfants et des adolescents (Conanda), Ariel de Castro Alves, souligne que tout ce contexte brésilien doit en fait être évalué. Dans une interview avec Maria Teresa Cruz, Journal actuel du Brésil, Ariel rappelle que l’apprentissage à distance, en tant qu’alternative aux cours en présentiel, « était extrêmement précaire, car les gouvernements ne fournissaient pas non plus les moyens nécessaires aux enseignants et aux étudiants ».

Mais il s’interroge sur l’inquiétude des responsables et des professionnels de l’éducation selon lesquels les élèves pourraient être infectés dans les écoles et transmettre le virus aux membres plus âgés de la famille.

L’appel de l’UNICEF à la réouverture intervient à un moment où la pandémie s’est intensifiée. Les données du Conseil national des secrétaires de la santé (Conass), mises à jour dimanche (10), montrent que 469 personnes sont décédées au cours des dernières 24 heures. 29 792 autres cas de covid-19 ont également été confirmés. Au total, 203 100 vies ont été perdues et plus de huit millions infectées dans le pays depuis le début de la pandémie en mars.

Objection parentale

Au milieu de cette étape critique, au moins 15 États devraient toutefois reprendre les cours en face à face entre janvier et mars de cette année, selon un rapport de Twitter. Ariel de Castro Alves estime que le contexte permet cependant aux pères, mères et tuteurs de ne pas répondre en cas d’abandon intellectuel, s’ils refusent d’emmener leurs enfants en classe. «Parce que le crime est de partir sans juste motif de fournir une éducation, d’envoyer des enfants à l’école. Mais dans ce cas, nous avons une juste cause, nous avons une pandémie qui en a déjà tué 203 000 autres au Brésil », explique-t-il.

«Nous manquons de structure dans les écoles et les classes sont généralement pleines. Les foules dans les intervalles, à l’entrée et à la sortie, et les savons manquent même d’eau dans de nombreuses écoles. Il n’y a pas de matériel d’hygiène minimum. Et bien sûr, nous n’aurons pas de gels et de masques alcoolisés à la disposition des étudiants, de sorte qu’ils changent toutes les trois heures. Toutes ces questions doivent être prises en compte à un moment comme celui-ci », prévient-il.

Réouverture uniquement après la vaccination

Pour l’avocat, l’Unicef ​​ »devrait user de tout son pouvoir de pression, d’influence et d’importance » pour « charger le pays, les gouvernements des états et les mairies d’accélérer le processus de vaccination ». Ariel souligne que dans «la hiérarchie des droits fondamentaux, la vie et la santé sont même au-dessus du droit à l’éducation. D’autant que sans vie et sans santé, la personne ne peut pas être insérée dans les processus éducatifs ». «À l’heure actuelle, la priorité doit certainement être la vie et la santé», ajoute-t-il.

«Plus de 50 pays dans le monde vaccinent déjà. Le gouvernement fédéral, dans le cadre d’une politique génocidaire, n’a pas traité cette question comme une priorité. Le président est un corps mou, un boycott, tout comme le ministère de la Santé. C’est après la vaccination, notamment la vaccination de la majorité de la population, que nous pourrons mieux prioriser le processus d’ouverture des écoles sans risque pour les enfants et adolescents et leurs familles. », Conclut le spécialiste.

Découvrez l’interview

Rédaction: Clara Assunção – Edition: Helder Lima

Vous pourriez également aimer...