Lutte anti-asile: comprendre ce que c’est et quelle est son importance

Contenu mis à jour le 18 mai 2021.

La Journée nationale anti-asile est célébrée avec des événements culturels au Parque da Cidade, 2014. (Source: Fábio Rodrigues Pozzebom / Agência Brasil).

Le 18 mai est considéré comme la Journée nationale anti-asile. Savez-vous à quoi servent les directives politique publique pour les personnes ayant des problèmes de santé mentale? Comprenons quel est le lutte anti-asile et comment cela se reflète dans les politiques brésiliennes dans ce domaine.

FRANCO BESAGLIA ET LA RÉFORME DU SYSTÈME DE SANTÉ MENTALE

Franco Basaglia il était psychiatre, reformulateur du modèle de traitement appliqué jusque-là dans les institutions psychiatriques, et référence mondiale dans la lutte anti-asile. Basaglia est né à Venise en 1924 et décédé en 1980 dans la même ville.

Pendant les années soixante, il dirigea l’hôpital psychiatrique de Gorizia et y fut témoin d’une série d’abus et de négligence dans le traitement des malades. Pour cette raison, Basaglia a promu des changements pratiques et théoriques dans le traitement de ses patients avec un corps de psychiatres, connu sous le nom de Psychiatrie démocratique, ou le mouvement de «Déni de la psychiatrie», qui a donné lieu à la lutte anti-asile.

Basaglia a conclu que la psychiatrie n’était pas suffisante pour traiter le patient et que l’isolement et l’hospitalisation dans des asiles pouvaient même aggraver l’état des patients. Par conséquent, il serait nécessaire de remodeler la structure psychiatrique comme il était connu. Le traitement d’asile devrait être remplacé par une assistance thérapeutique par le biais de centres communautaires, de centres communautaires et de soins ambulatoires.

Ainsi, Basaglia a nié la pratique de la culture médicale qui prend le patient comme objet d’observation, dépourvu de droits en tant que citoyen et être humain. En 1968, il publie « L’institution refusée », où il a exposé une partie de ses pratiques exercées à l’hôpital psychiatrique de Gorizia.

En 1973, après avoir reformulé le traitement psychiatrique, Basaglia a dirigé l’hôpital psychiatrique de Trieste; cela deviendrait la principale référence mondiale pour la reformulation des soins de santé mentale, accréditée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

En 1978, la loi 180, ou Loi sur la réforme psychiatrique italienne, qui en est venu à influencer le modèle de traitement et la lutte pour la fin des institutions d’asile dans le monde. Il a servi de référence pour la reformulation du système psychiatrique au Brésil, qui se retrouve encore aujourd’hui sous des formes d’adéquation.

POLITIQUE DE SANTÉ MENTALE ET LUTTE ANTIMANICOMIALE AU BRÉSIL

À la fin des années 1970, de nombreux mouvements liés à la santé ont signalé des abus commis dans des institutions psychiatriques, en plus des conditions de travail précaires, reflétant la nature autoritaire du gouvernement au sein de ces institutions. De là, des mouvements d’agents de santé mentale ont émergé, ce qui a mis en évidence la nécessité d’une réforme psychiatrique au Brésil. O Mouvement des travailleurs de la santé mentale (MTSM) – qui comptait sur la participation populaire, y compris les membres des familles des patients – et le Mouvement sanitaire étaient deux des principaux responsables de cette initiative.

Le 18 mai 1987, une réunion de groupes en faveur des politiques anti-asile a eu lieu. Lors de cette réunion, la proposition de réformer le système psychiatrique brésilien a été soulevée. En raison de la pertinence de cette réunion, la date du 18 mai est devenue Journée anti-asile.

RÉFORME PSYCHIATRIQUE AU BRÉSIL: POINTS CLÉS

lutte anti-asile

Pour mettre fin aux asiles, le projet de réforme psychiatrique au Brésil visait à remplacer, petit à petit, le traitement dispensé jusqu’à présent par les services communautaires. Le patient serait encouragé à exercer une plus grande citoyenneté, à renforcer ses liens familiaux et sociaux et à ne jamais en être isolé. Après la réforme, l’État n’a pas pu construire ni même engager des services dans les hôpitaux psychiatriques. A la place des hospitalisations, les patients auraient accès à une assistance psychologique, à des loisirs alternatifs et à des traitements moins invasifs que ceux dispensés. La famille, ici, aurait un rôle fondamental dans le rétablissement du patient, étant le principal responsable de lui.

O Mouvement de lutte anti-asile il a consisté en un dialogue de sensibilisation avec les institutions juridiques et les citoyens lors de l’élaboration du discours selon lequel les personnes atteintes de troubles mentaux ne représentent pas une menace ou un risque pour le cercle social. Au contraire, ce serait un excellent élément pour votre rétablissement. En revanche, il faudrait rééducation dans la manière de comprendre les troubles mentaux, non pas comme une stigmatisation, mais comme une manière alternative de voir et d’être dans le monde. Le respect et la prise de conscience seraient des armes nécessaires pour remodeler la manière dont les patients étaient traités jusque-là, à l’intérieur et à l’extérieur des institutions chargées du traitement.

Il est important de noter que la réforme psychiatrique a commencé dans les années 80 et n’est pas encore achevée. La lutte pour la réforme et la garantie que la nouvelle législation (nous en reparlerons ci-dessous) est toujours une question à débattre et constamment rappelée, car il existe encore de nombreux hôpitaux psychiatriques au Brésil, accumulant des rapports d’abus et d’innombrables cas de décès par négligence. . Entre 2006 et 2009, 233 décès ont été signalés dans des endroits comme celui-ci à Sorocaba (SP) seulement.

RÉSEAU DE SOINS DE SANTÉ MENTALE ET CENTRES D’ACTION PSYCHOSOCIALE (CAPS)

combats-anti-asile-casquettes

Dans les années 1990, de nouvelles solutions ont été appliquées à la santé mentale. Peu à peu, le ministère de la Santé a remplacé le traitement dans les hôpitaux par des soins communautaires.

Par les lois fédérales 8 080/1990 et 8 142/90, le réseau de soins de santé mentale a été créé, parallèlement à la création du SUS (Unified Health System). Les lois ont donné à l’État la responsabilité de promouvoir le traitement communautaire, permettant la libre circulation des patients et non plus l’hospitalisation et l’isolement, en s’appuyant sur les services de Centres de soins psychosociaux (CAPS); Services thérapeutiques résidentiels (SRT); les centres communautaires et culturels, les unités d’accueil (UA) et les lits de soins complets (dans les hôpitaux généraux, en CAPS III).

Les CAPS, créés en 1992, sont des services publics proposés dans des unités régionales, qui proposent des traitements intensifs, semi-intensifs et non intensifs. En réanimation, des soins quotidiens sont proposés dans le but de réinsérer le patient dans la société. S’il y a un besoin d’hospitalisation, c’est le CAPS lui-même qui oriente le patient vers les lits de santé mentale dans les hôpitaux qui offrent une hospitalisation de courte durée. Ces services hospitaliers font partie du Réseau de prise en charge psychosociale (RAPS), dont la fonction est de remplacer l’hospitalisation en maison de retraite, en privilégiant un traitement qui vise l’autonomie du patient et le respect de la citoyenneté.

Conséquence du mouvement pour mettre fin aux hospitalisations forcées, le CAPS a pour outil le service individualisé, avec des cercles de conversation, des ateliers artistiques et des soins thérapeutiques individuels et de groupe. Nous cherchons à offrir un traitement ambulatoire plus humanisé, au lieu d’hôpitaux psychiatriques et de longues hospitalisations.

LOI PAULO DELGADO (10.216 / 2001)

LES Loi Paulo Delgado il fait partie de la réforme qui a débuté dans les années 70. Il n’a été promulgué qu’en 2001, dans le but de garantir le droit des patients souffrant de troubles mentaux à recevoir des soins moins invasifs et de donner la priorité au traitement par la réintégration dans la famille, le travail et la communauté. Les patients ont droit à des informations sur leur état et les traitements possibles, en plus d’être protégés contre tout abus et exploitation.

La loi interdit également les hospitalisations obligatoires, c’est-à-dire sans le consentement du patient ou de tiers (membres de la famille et tuteurs). Celles-ci ne doivent être effectuées qu’après un rapport médical, en cas d’extrême urgence, lorsque le patient est perçu comme une menace pour lui-même et pour des tiers. Dans de tels cas, le médecin est tenu d’informer le ministère public de l’hospitalisation puis de la sortie du patient.

La réforme psychiatrique vise à donner une voix au patient quant à ses intérêts et au traitement qui peut lui être le plus approprié. Tous les diagnostics et traitements doivent dépendre de votre consentement ou de votre famille. Le patient cesserait alors d’être un objet, pour devenir le protagoniste de la recherche de son propre bien-être. Cependant, il existe encore environ 160 hôpitaux psychiatriques au Brésil, avec plus de 20 000 lits. Et il n’y a aucune disposition à fermer.

Pensez-vous que la lutte anti-asile est importante? Laissez votre avis dans les commentaires!


★★★★★