Lutte contre les violences politiques de genre : signalement et soutien aux victimes

Ce type de violence se produit principalement dans les réseaux et a un caractère psychologique, même lorsqu’il est en face-à-face. Image : Freepik

Ceci est un texte produit par Axis of Textual Production Politize! Women, un projet fait par et pour les femmes, qui produit du contenu avec des thèmes pertinents à l’univers féminin.

Pour comprendre ce que c’est pour une femme d’affronter la vie quotidienne en politique, nous devons parler de l’une des pratiques les plus courantes dans cet environnement : la violence de genre en politique.

Cette pratique est la continuation de l’un des mécanismes d’actes inhumains les plus anciens et les plus courants, que toutes les femmes sont susceptibles de subir. Cela se produit, principalement, lorsqu’ils exercent une représentation dans des espaces de pouvoir. Il est également nécessaire de rappeler que ces espaces ont été initialement créés et fabriqués par des hommes, c’est-à-dire une institution/société déjà façonnée pour ne pas avoir de femmes aux postes de pouvoir.

Face à cela, elles deviennent transgressées par la violence de genre qui ajoute plusieurs caractéristiques, qu’elles soient : physiques, intellectuelles, morales, sociales, d’orientation sexuelle, de couleur, de religion, de façon de parler ou encore de style vestimentaire. .

Dans cette perspective, il faut clairement constater le non-respect de l’État de droit démocratique qui, selon le préambule de la Constitution fédérale de 1988, établit :

« L’exercice des droits sociaux et individuels, la liberté, la sécurité, le bien-être, le développement, l’égalité et la justice sont les valeurs suprêmes d’une société fraternelle, pluraliste et sans préjugés, fondée sur la concorde sociale et engagée, sur l’ordre intérieur. »

Dans ce texte, vous aurez l’occasion d’en savoir plus sur le mécanisme de la violence politique de genre, comment signaler la pratique et comment soutenir les victimes.

Violence politique de genre au Brésil et en Amérique latine

Afin de comprendre la violence politique de genre au Brésil et en Amérique latine, il est important de comprendre ce que serait la violence politique, car elle a des significations différentes, principalement en fonction de sa localisation et de sa culture ; par conséquent, il est important de comprendre l’incapacité des comparaisons, de sorte qu’il n’y ait pas d’indicateurs spécifiques qui conduisent à des définitions, mais des contextes structurels.

Selon Agência Câmara de Notícias, cette année une enquête a été présentée par l’Instituto Alziras, dans laquelle on peut souligner que « 53% des maires élus en 2016 ont déjà subi du harcèlement ou des violences politiques simplement parce qu’elles sont des femmes ».

De plus, cela soulève le fait que la discrimination devient plus élevée si la femme est noire, ainsi que la femme trans qui est dans une situation encore plus cruelle, suivie d’attaques et de menaces personnelles, consommées ou non.

La violence politique de genre est un phénomène mondial qui est le précurseur d’une campagne menée par l’ONU, appelée #violencepasen novembre 2020. Il convient de noter que ces événements deviennent encore plus évidents en période d’élection ou lorsqu’une femme occupe un poste politique.

L’entrave à la réalisation de leurs campagnes, le déni de leur liberté d’expression et de leur lieu d’expression en raison d’actions et d’actes violents, menant même à la persécution et à la mort, sont quelques-unes des situations auxquelles les femmes qui osent entrer en politique finissent par être confrontées. .

Le plus grave est que ce type d’attitude va au-delà des barrières surprenantes comme le domicile, le cadre de vie et le logement, il implique l’environnement virtuel avec des menaces et la création de faits irréels, mieux connus sous le nom de fake news et, dans la sphère publique, en dont les valeurs sont faussées par la simple question du genre et/ou de leur sexualité, voire la dévalorisation des savoirs.

Ces faits sont façonnés dans toute l’Amérique latine et font référence à la grave violation des droits de l’homme qui menace le processus démocratique et exclut également le rôle des femmes dans la sphère politique.

Plusieurs mouvements de femmes ont cherché à combler cet énorme fossé en termes de participation active à la vie politique. L’Amérique latine avance dans les discussions sur le sujet, si vaste qu’il s’est démarqué car il est devenu un sujet à l’ordre du jour des acteurs politiques. La conséquence est une trajectoire de références qui ponctuent les actions visant le problème, traduites en mouvements qui, au cours de la dernière décennie, se sont matérialisés dans la législation.

Une étape importante a été la création du modèle de protocole pour les partis politiques : prévenir, répondre, punir et éradiquer la violence à l’égard des femmes dans la vie politique. Ensemble, ces instruments visent à normaliser les comportements et à garantir que les femmes peuvent se déplacer librement dans les espaces politiques en tant que protagonistes, sans avoir besoin de subordination, mais en tant que représentantes légales légitimes.

Il convient de rappeler que tous ces facteurs conditionnent la faible participation des femmes dans les espaces politiques, bien que, récemment, à l’occasion des prochaines élections, des organes de communication de la presse nationale aient présenté l’information selon laquelle « lors de ces élections, la le vote des femmes est décisif. », configurant un pouvoir décisionnel massif des femmes brésiliennes, représentant 52% des voix.

Regardez aussi notre vidéo sur la représentation féminine en politique

Canaux de dénonciation

Dans le cadre d’un processus de recherche pour lutter contre les violences politiques de genre, il est nécessaire de faciliter le soutien à la participation des femmes dans les espaces politiques, de sensibiliser, de réduire, de mettre fin ou de punir cette séquence de violences faites aux femmes, il existe certains canaux de communication qui peuvent être utilisé:

• Women’s Assistance Center : il s’agit d’un service international de protection des femmes, il suffit d’appeler gratuitement le 180. L’opération est de 24 heures, sur tout le territoire brésilien, ainsi que dans 16 autres pays. En outre, le service offre également une protection aux femmes brésiliennes vivant en Argentine, en Belgique, aux États-Unis, en France, en Guyane française, aux Pays-Bas, en Angleterre, au Luxembourg, en Norvège, au Paraguay, en Suisse et en Uruguay ;

• Fale Conosco da Câmara dos Deputados : centre de services électroniques pour les citoyens, tels que : plaintes, dénonciations, suggestions, compliments, manifestations, demandes d’informations et réception d’une réponse de la Chambre des représentants, qui peut être effectuée n’importe quel jour de la semaine , à tout moment.

Comment mon parti et les autres parlementaires peuvent-ils me soutenir ?

Malgré ce parcours, les femmes continuent de rechercher leur rôle de premier plan dans les espaces politiques. La culture du masculin, de l’homme en tant que décideur, reste ancrée et cautionne les actions idéalisées et menées, ce qui renforce la discrimination.

Le système de quotas, loi sur les élections de 2009, augmente la participation des femmes dans les partis politiques, a été créé pour garantir leur représentativité ; cependant, il ne protège pas son ascension en tant que représentant légitime, car l’ordre projeté ne l’inclut pas comme lien dans ce processus.

Les partis politiques de gauche, de droite, ou de tout autre ordre, doivent renforcer les candidatures féminines, non pas comme un élément pour se conformer au tableau, mais pour favoriser l’inclusion des femmes en politique ;

« Je pense que ce combat appartient à toutes les femmes, renforçant les grands et les petits partis avec leur présence massive et leur pouvoir de voix et de présence. » Magda Santos – Ambassadeur Politize.

En savoir plus sur les droits des femmes dans la vidéo ci-dessous

Savez-vous ce que nous pouvons faire pour soutenir une victime de violence politique de genre ?

Premièrement, ce type de violence se produit principalement dans les réseaux et a un caractère psychologique, même lorsqu’il est en face-à-face. Par conséquent, le principal soutien que nous pouvons apporter est également psychologique : la personne qui subit cette violence a besoin de savoir qu’elle n’est pas seule et qu’il existe d’autres personnes qui comprennent la violence qu’elle subit.

Pour cela, nous pouvons démontrer notre soutien sur les réseaux non seulement en répondant aux messages de la victime, mais également en reproduisant leur contenu. Une autre façon est de créer des contenus de soutien, même s’il s’agit de courtes vidéos parlant non seulement de la violence, mais aussi de l’importance que le soutien des femmes candidates aux élections a pour toutes les femmes, en particulier les femmes noires qui, comme nous le savons, souffrent beaucoup plus de la violence, de la violence de toutes sortes dans leur vie quotidienne.

En personne, au lieu de reproduire la violence, et de créer un cycle dont il est difficile de sortir, il suffit d’utiliser la communication non violente pour manifester son soutien à la personne qui a subi la violence, après tout, ce que nous pensons, c’est que la femme qui souffre peut se sentir accueilli, et nous devons le soutenir, afin qu’il n’y ait pas d’ouverture pour des attitudes plus misogynes.

Ce combat appartient à TODXS !

Comme nous l’avons vu dans cette petite approche du sujet, l’expérience d’une femme dans la sphère politique est entourée de défis, mais contrairement aux hommes, qui font face à des défis liés à l’idéologie politique qu’ils défendent et en laquelle ils croient, les femmes doivent aussi faire face aux préjugés et la violence qui vient avec.

En remettant en question le schéma imposé par les sociétés précédentes, lors de leur entrée en politique, les femmes ont accru leur représentation, et c’est tellement important, car c’est un outil qui aide à ce qu’avec le temps, l’existence d’une femme en politique soit si normale, à au point qu’il n’y a pas de raison pour des textes avec ce type d’approche.

Mais jusqu’à ce que cet idéal devienne une réalité, beaucoup de chemin doit être parcouru, certains tabous politiques et sociaux doivent être brisés et, pour cela, l’éducation et la sensibilisation sont fondamentales. A commencer par des textes comme celui-ci qui, bien que déplaisants aux yeux de certains, deviennent fondamentaux, car nier le problème ne l’exclut pas.

Nous chez Politize! Femmes, nous voulons que les problèmes auxquels les femmes sont confrontées, dans tous les domaines de la société, soient acceptés par tous, et non niés. Parce que nous pensons que c’est le premier pas vers le changement !

Références:

Azmina – Violence politique de genre : les différences entre les agressions subies par les femmes et leurs opposants
Azmina – A Santa Catarina, 61% des candidates déclarent avoir déjà subi des violences politiques de genre – Lien vers l’article
Chambre des Députés – Secrétariat à la femme – Violence politique de genre : la plus grande victime est la démocratie
ONU Femmes – ONU Femmes et Genre et Nombre rassemblent les expériences et les bonnes pratiques des pays d’Amérique latine en matière de prévention et de lutte contre la violence politique à l’égard des femmes dans un nouveau bulletin
ONU Femmes – Partout en Amérique latine, les femmes combattent la violence en politique
Politiser – Qu’est-ce que la violence politique de genre ?
Politiser! – Qu’est-ce que la violence politique de genre ?
Politiser – Qu’est-ce que la violence sexiste et comment se manifeste-t-elle ?
Réseaux cordiaux – Les femmes en politique : guide pour faire face à la violence politique de genre

★★★★★