Maduro a demandé au grand pôle patriotique de créer un système de gouvernement populaire

Le président de la République, Nicolás Maduro, a demandé au grand pôle patriotique Simón Bolívar (GPPSB) de mettre en place un système de gouvernement populaire, qui soutiendra le chef de l'Etat lorsqu'il s'agira d'articuler les décisions gouvernementales.

Lors de la réunion plénière du Premier Congrès du Bloc Historique du Grand Pôle Patriotique Simón Bolívar, Maduro a demandé au GPP de reprendre un ensemble de lois qu'il a proposé en 2014, pour les redynamiser «avec la force que nous avons aujourd'hui dans le mouvement populaire et communautaire du Venezuela. ».

J'ai cherché à construire un système de pouvoir populaire qui devienne un système de gouvernement », a déclaré le chef de l'Etat, réitérant sa demande de l'aider à transformer toutes les propositions du bloc historique en une proposition concrète pour constituer un système de gouvernement populaire et dont dépend le président mature, consulte, articule ses décisions gouvernementales avec ce conseil gouvernemental populaire.

Il a souligné que le grand défi est la consolidation de la base matérielle et le développement d'une structure productive, et d'une «économie en résistance» qui vise la croissance et le bonheur social du peuple.

Au cours de l'activité, les mouvements sociaux et les partis politiques du GPPSB ont présenté leurs propositions pour la consolidation du bloc historique de la révolution bolivarienne.

Des plans plus violents de la droite

Le chef de l'Etat a rapporté que "des communications de secteurs conspirateurs en dehors de notre pays ont été capturées qui, dans les prochaines heures, ont l'intention de parler du premier novembre, dimanche, ils entendent des actions d'attaque et de violence pour tenter, disent-ils, une image du chaos, d'une crise au Venezuela et, disent-ils, en essayant de faire tourner le vote en Floride et aux États-Unis.

Trump a chargé Guaidó et Duque de créer quelque chose de choquant et d'émouvant; C'est pourquoi ils ont parlé d'octobre rouge, mais ils ont échoué parce que Leopoldo López s'est enfui et vit dans un manoir à Madrid, a-t-il déclaré.

Au lieu de Miraflores, il est arrivé à Salamanque. Lâche, voleur, bandit », a-t-il dit, notant« qu'il n'a pas abandonné.

Il a demandé à avoir "mille yeux, mille oreilles" et à être en parfaite union civique-police-militaire, a-t-il ajouté lors d'une rencontre avec les mouvements sociaux au théâtre Teresa Carreño de Caracas.

Par ailleurs, il a souligné qu'en dépit des intentions déstabilisantes, le pays se prépare à lancer la campagne électorale pour les élections législatives du 6 décembre à venir.

Nouvelle attaque terroriste contre l'usine pétrochimique d'El Tablazo

Le président Maduro a dénoncé que ce vendredi une nouvelle attaque terroriste avait été perpétrée dans une usine pétrochimique de Tablazo, dans l'État de Zulia.

«Hier, il y a eu une attaque contre une importante usine pétrochimique à El Tablazo, une attaque terroriste. Terrorisme économique contre la base économique et industrielle », a-t-il précisé en commentant que« le Venezuela est soumis à des plans terroristes dirigés depuis les États-Unis et planifiés à Bogotá, Colombie par Iván Duque ».

Il a déclaré que le gouvernement du pays voisin n'a pas de limites et que son président Duque, en plus de l'ancien président Álvaro Uribe, sont à l'origine de l'attaque contre la raffinerie d'Amuay. "Il est sérieux d'attaquer les services qui sont destinés à la population", a-t-il souligné.

Élections aux États-Unis

Concernant les élections qui se tiendront aux États-Unis, le 3 novembre, Maduro a indiqué que «quiconque gagne aux États-Unis, le Venezuela restera un rebelle dans la lutte, la bataille et la victoire permanente. Nous ne nous soucions pas de qui gagne aux États-Unis, ce qui compte pour nous, c'est que notre peuple gagne, la paix au Venezuela "

«Personne ici ne fait de calculs, si tel ou tel gagne. Défendons la paix et l'union interne du Venezuela, défendons notre souveraineté, l'union civico-militaire parfaite, l'union révolutionnaire anti-impérialiste », a-t-il dit.

Il a rappelé que ces dernières années, tous les présidents des États-Unis ont attaqué le Venezuela sans réfléchir, de manière illégale, criminelle et honteuse. «La révolution bolivarienne a vu Bill Clinton, alors huit ans de George Bush et le coup d'État en 2002 et la conspiration; puis Barack Obama, qui a signé le tristement célèbre décret déclarant le Venezuela une menace pour les États-Unis et a ouvert les portes de la folie avec huit ans d'Obama. Et maintenant ces quatre années de Trump ».

"Ce que nous savons, c'est que nous gagnerons avec des votes populaires l'Assemblée nationale du Venezuela, qui se tient en paix."

★★★★★