Le Venezuela

Maduro a exhorté le Paraguay à fixer une date pour discuter de la démocratie

Le président de la République bolivarienne du Venezuela, Nicolás Maduro a exhorté le président du Paraguay, Mario Abdo Benítez à fixer la date, le lieu et l’heure d’un débat sur la démocratie, les libertés, la résistance et la révolution, face aux villes, en direct et directe et sans exclusions.

En ce sens, il a déclaré : « Je dis au président du Paraguay de fixer la date, le lieu et l’heure d’un débat sur la démocratie, au Paraguay, au Venezuela et en Amérique latine, et nous sommes prêts à le donner.

De même, Maduro a souligné « mettez-vous président de Uruguay, Luis Lacalle Pou la date, le lieu et l’heure d’un débat ou de vous mettre Le président López Obrador et le Venezuela sont prêts à débattre sur la démocratie, les libertés, la résistance, la révolution et tout ce qui doit être débattu, le néolibéralisme, face aux peuples, en transmission en direct et en direct, en privé, comme vous le souhaitez et avec respect, sans exclusions ».

Le chef de l’État Nicolás Maduro a fait allusion à une phrase qu’il avait aimée et qui avait été prononcée par l’un des dirigeants présents au VI Sommet de la Communauté des États d’Amérique latine et des Caraïbes, concernant le fait que les clubs idéologiques ne devraient pas être établi.

En ce sens, il a assuré que « nous ne devons pas idéologiser les politiques internationales, qui doivent être au service du droit international, des grands intérêts de la région et nous devons tourner la page du divisionnisme qui s’est inséré en Amérique latine, du harcèlement au Révolution bolivarienne et maintenant au harcèlement incessant de la Révolution cubaine et de la Révolution nicaraguayenne. Ce n’est pas comme ça… Nous aurions assez de pierres à jeter contre certains d’entre vous, mais nous ne sommes pas venus jeter des pierres, nous sommes venus tendre la main pour le travail, pour le dialogue et pour l’union des grands événements « 

De même, il a fait valoir que « des mesures doivent être prises. Nous tous qui sommes ici sommes des chefs d’État et nous vivons dans une angoisse permanente de savoir quoi faire à temps pour servir notre peuple. Que faire de ce bagage de décisions ?

« Notre préoccupation a toujours été de savoir comment convertir les propositions en actions et politiques communes pour l’Amérique latine et les Caraïbes, en politiques publiques, chacune des manifestations de volonté unitaire qui sont incluses dans la Déclaration centrale composée de 44 paragraphes, avec des éléments de conséquences substantielles. de la crise du changement climatique et de la pandémie, la crise sociale, entre autres sujets d’intérêt »- a déclaré le chef de l’État.

Le président Nicolás Maduro a qualifié d’extraordinaire le processus de préparation du VI Sommet de la Communauté des États d’Amérique latine et des Caraïbes (Celac), à Mexico, après quatre ans sans sommet, un fait qui, à son avis, a commencé à décliner ce projet unitaire et émancipateur.

Il a ajouté qu’il a eu la chance d’avoir été chancelier du commandant Hugo Chávez et d’avoir participé depuis 2008 aux démarches qui ont abouti à la construction des premières fondations de la Communauté des États d’Amérique latine et des Caraïbes (CELAC). « C’était le président Lula Da Silva, très malheureux que le président du Brésil Jair Bolsonaro, dans une vision de division, ait retiré son pays de cette Communauté dont le Brésil a tant besoin. »

Il a rappelé que « c’est le président Lula Da Silva, qui nous a convoqués le 17 décembre 2008 à Salvador de Bahia et là le premier pas a été fait au Sommet de l’Amérique latine et des Caraïbes… c’était le président du Mexique à l’époque Felipe. Calderón, qui étant de droite, nous a tous convoqués le 23 février 2010 à Cancun et c’était à Caracas, les 2 et 3 décembre 2011 sous la présidence du commandant révolutionnaire Hugo Chávez ».

Ensuite, le dignitaire a rappelé que « puis sont venus les Sommets du Chili, de Cuba, du Costa Rica, de l’Équateur, mais nous avons eu quatre ans sans Sommet. Et le Celac a commencé à décliner, malheureusement, une fois de plus l’effort unitaire a commencé à décliner ».

Avant de poursuivre, il a ratifié la proposition de construire l’institutionnalisation de Celac et de reprendre dans l’immédiat l’agenda social, économique et politique du Conseil des ministres. « Je propose également que la formation d’un Secrétariat général pour l’Amérique latine et les Caraïbes soit évaluée avec un esprit froid pour prendre en charge chacun des rêves qui ont été soulevés lors de ce Sommet. »

Vous pourriez également aimer...