Maduro appelle les députés à devenir la voix du pouvoir populaire

Le président de la République bolivarienne du Venezuela, Nicolás Maduro, tient une réunion avec les députés et députés élus du Grand Pôle patriotique à l'Assemblée nationale (AN), «Nous avons commencé notre première réunion de travail avec les 256 députés élus par le Grand Pôle Patriotique".

"Je crois que c'est la campagne la plus unitaire que nous ayons faite en tant que GPP, unis et unis, je crois que cette campagne a contribué à la racine de l'union révolutionnaire indestructible", at-il souligné.

Depuis le palais de Miraflores, le chef de l'Etat a souligné que la révolution bolivarienne a favorisé un puissant mouvement syndical, paysan et producteur.

Le dignitaire a proposé que l'une des premières lois à introduire dans le débat soit la loi sur le parlement communal pour institutionnaliser le pouvoir populaire.

Maduro a exprimé que le pouvoir populaire est la clé pour étendre la revendication au peuple directement, "il faut devenir les députés du pouvoir populaire, qui sont la voix des gens de vérité, vrai (…) Au milieu d'un projet historique, le projet Chavista, il y a diversité ».

Il a rappelé que l'Assemblée nationale doit entrer avec force dans un système de parlementarisme de rue qui était déjà appliqué à un moment donné, "les choses changent et on a tendance à s'améliorer", at-il dit.

Il a appelé à la création du Plan 200 qui contiendra l'agenda législatif des deux cents prochains jours de la nouvelle Assemblée nationale, qui sera installée le 5 janvier 2021, pour dresser une carte des problèmes fondamentaux, fixer des objectifs et les atteindre.

"Unissons un seul effort pour aborder et résoudre les problèmes que vous avez rencontrés au cours de votre voyage à travers tous les peuples du Venezuela (…) Nous avons l'expérience et nous savons comment résoudre les problèmes, la culture de la bureaucratie doit cesser", at-il dit.

Le président national a chargé d'utiliser le pouvoir que la Constitution leur donne pour rendre des comptes et apporter des solutions aux problèmes que les gens ont dans la rue.

Il a exhorté les députés élus de l'AN à utiliser toutes les ressources d'apparence et d'interpellation du président et des ministres pour qu'ils soient responsables et apportent des solutions aux problèmes du peuple.

"Je me mets à votre service pour être interpellé et donner des solutions au peuple, vous avez ce pouvoir qui était ce que l'opposition n'a jamais compris, ils avaient une Constitution et des lois (…) Personne ne pense être immunisé contre le virus de la bureaucratie, de la paresse, d'irresponsabilité parlementaire », a-t-il dit

«Que la nouvelle Assemblée nationale soit à la tête d'un processus de renouvellement profond au sein de la Révolution. C'est le chemin que nous devons emprunter », a-t-il souligné.

Sanctions et blocageou

Le président Maduro a rappelé que depuis l'arrivée du commandant Chávez à Miraflores, le Venezuela a commencé à connaître un changement total dans la répartition des richesses pour payer l'énorme dette sociale traînée depuis le XXe siècle.

«Nous avons réussi à construire un État-providence socialiste, le plus avancé de toute l'Amérique latine et des Caraïbes, sans aucun doute jusqu'en 2014, lorsque l'opération d'asphyxie a commencé. L'objectif était de frapper par le bas toutes les sources de revenus du pays pour violer cet État-providence et ils l'ont violé », a-t-il prévenu.

Dans un bilan bref mais précis des agressions du gouvernement impérialiste américain depuis 6 ans, le chef de l'Etat a rappelé qu'ils avaient commencé d'abord par l'attaque sur le financement du Venezuela pour interdire les crédits au pays dans le système financier, puis des attaques déguisées. à la production mondiale de pétrole qui a affecté PDVSA, la fermeture des comptes de monnaie du Venezuela à l'étranger, la menace d'un «défaut» dans l'image économique et les certifications de «risque», le vol de devises et d'or à les réserves internationales dans les banques étrangères, les «sanctions» sur la vente de pétrole, d'or, de minéraux et de produits d'exportation, et toutes sortes de sièges étouffants.

Cependant, le gouvernement bolivarien maintient la protection de l'accès aux droits à l'éducation publique et à la santé, de qualité et gratuite, dans le droit au logement avec la livraison prochaine de 3 millions 400 000 toits décents, la culture et la diversité. , parmi beaucoup d'autres.

Mais le siège impérial a attaqué les loisirs, les salaires équitables et le travail, bien que la protection des travailleurs ait réussi à maintenir des emplois positifs.

"L'Etat providence que nous avons construit et démontré qu'il pouvait être construit est bien supérieur à la quatrième République, mais il a été violé par l'attaque contre l'économie et les droits du Venezuela à un financement équitable", a-t-il dénoncé.

★★★★★