La Colombie

María Thereza Negreiros, protagoniste de l'exposition La Tertulia

26 octobre 2020-11: 50 p. m.
Pour:

Salle de presse d'El País

En hommage à l'artiste brésilienne basée à Cali, María Thereza Negreiros, dans ses 90 ans, l'emblématique Museo La Tertulia a rouvert ses portes au public de Cali avec l'exposition "María Thereza Negreiros et 16 femmes artistes de sa génération".

Un échantillon artistique qui permet d'observer le caractère expérimental et la recherche formelle constante du travail de Negreiros dans les années soixante, qui en dialogue avec les travaux de collègues tels que Lucy Tejada, Cecilia Porras, Piry de Patiño, Olga de Amaral, Feliza Bursztyn , Cecilia Coronel, Teresa Cuéllar, Beatriz Daza, entre autres, rendent compte de la diversité des enregistrements et des recherches des artistes dans cette période clé dans la configuration de l'art moderne en Colombie et l'émergence des aspirations féministes de visibilité, d'autonomisation et de compétitivité .

Une époque où Negreiros, formé à l'École des Beaux-Arts de l'Université du Brésil à Rio de Janeiro, a également réussi à consolider sa grande personnalité, que le commissaire d'art de cette exposition, Miguel González, a définie comme par intermittence abstraite et figuratif, révolutionnant les deux positions.

Lisez aussi: Voici comment la Foire du livre de Cali a fait dans son édition virtuelle

«C'est un hommage à l'artiste qui préside la communauté artistique de Cali et qui est liée à l'histoire culturelle non seulement parce qu'elle a produit l'ensemble de son travail professionnel dans la ville mais parce qu'elle a été une personne très active et présente dans le processus culturels de la région tels que les festivals d'art, le conseil consultatif du musée de La Tertulia et les expositions de ses propres artistes et d'autres artistes », souligne Miguel González, commissaire de l'exposition qui sera ouverte au public jusqu'en mars 2021.

Maria Thereza Negreiros

Œuvres «Anges du pyjama rayé» et Es-tu un homme, es-tu une machine?, De l’artiste María Thereza Negreiros, à l’huile sur toile.

José Luis Guzmán / Le Pays

Et elle ajoute: «Cette exposition veut également célébrer cette décennie des années 60 où le plus grand nombre de femmes artistes professionnelles ont été incorporées à l'art colombien. Une époque rebelle où surgissent des révolutions de toutes sortes, politiques, culturelles, sociales. Le moment où a eu lieu l'émancipation des femmes, latinos, afro, homosexuels … Une époque changeante et radicale dans laquelle ces artistes colombiens ont eu une grande participation. Ses œuvres montrent aujourd'hui la présence de ces changements ».

Il est à noter que l'exposition compte 62 œuvres au total, dans divers matériaux et techniques avec des propositions faites à l'huile et à l'acrylique, des sculptures en ferraille, des céramiques et d'autres techniques traditionnelles telles que le dessin et la gravure. En plus de la tapisserie de l'artiste Olga de Amaral qui propose des pièces entre le pictural et le sculptural.

Cela peut vous intéresser: Rosario Caicedo raconte sa version de la censure de l'œuvre littéraire de son frère

«Dans l'exposition, nous verrons le renouveau sculptural de Feliza Burztyn, l'abstraction symbolique de Cecilia Coronel, les natures mortes révisées de Teresa Cuéllar, la céramique anarchique de Beatriz Daza, l'humour sarcastique de Beatriz González, la dénonciation politique de Sonia Gutiérrez, la vision énergique de l'architecture d'Ana Mercedes Hoyos, du regard intime de Margarita Lozano et des aspirations stylistiques de Judith Márquez … », conclut González à propos de l'exposition qui sera accompagnée de six autres expositions d'art.

Maria Thereza Negreiros

Chou (1970) en céramique de l'artiste Piry de Patiño, qui a centré son travail sur l'observation de la nature.

José Luis Guzmán / Le Pays

Les billets peuvent être achetés sur le site des Colboletos et à la billetterie du Musée.

Autres expositions

Au premier étage du bâtiment de la Collection se trouve l’œuvre «Manuel d’instruction» par Alicia Barney, Óscar Muñoz, Luis Díez, Carlos Cruz-Díez, Ever Astudillo, León Ferrari. L'exposition est composée d'une série d'instructions, conçues comme des moyens de partager une expérience et de générer de nouvelles versions d'une idée. Dans le cadre des restrictions posées par la pandémie, cet espace s'inscrit dans un projet qui cherche à proposer des manières dont chacun, dans des espaces différents, peut créer des versions d'œuvres artistiques.

Au deuxième étage est disponible l’exposition «Monument Mecanique» des artistes Carlos Andrade, Elías Heim, León Ferrari, Bernardo Salcedo, Jaime Ávila, Edgar Negret, Feliza Burztyn.

L'exposition va des installations récentes aux pièces maîtresses du mouvement moderne, liées par l'idée de «machine».
Les différentes pièces révèlent comment l'évolution des machines modifie à chaque instant les stratégies créatives des artistes.

Échantillons individuels

«L’école du désenchantement»: Alternative Room. L'artiste Catalina Jaramillo recrée dans son exposition une salle de classe pour enfants mélancoliques. D'une position critique face au système éducatif.

«The Shining of Disaster»: la photographe Stephanie Montes expose les photographies issues de sa résidence au Théâtre du Crochetan en Suisse dans les jardins du Musée, dans le cadre du programme SMArt.

Vous pourriez également aimer...