Le Brésil

« Marighella » : film d’action, choix humains et « pulsion de vie » à une époque sans mémoire

São Paulo – Seu Jorge fredonne une chanson de Gonzaguinha, Petite mémoire pour un temps sans mémoire.

Souvenir d’un temps de combat
à ta droite
C’est un défaut qui tue

L’histoire de Carlos Marighella de Bahia, petit-fils d’esclaves soudanais, fan de Vitória, poète, député et guérillero, né en 1911, mort en 1969, est racontée dans un film qui, avec retard, arrive en salles jeudi prochain (4) Brésiliens. Avec plusieurs avant-premières à partir de demain (1er).

Ce fut un processus mouvementé, que le réalisateur du film, le nouveau venu Wagner Moura, qualifie sans doute de censure, lorsqu’il commente les difficultés inhabituelles à traiter avec l’Agence nationale du film (Ancine) sous le gouvernement actuel, dirigé par un admirateur de la dictature qui Marighella s’est battue jusqu’au dernier jour, prise en embuscade et abattue dans l’avenue Casa Branca, à São Paulo. Un endroit à un peu plus d’un kilomètre de l’endroit où le réalisateur, les acteurs et d’autres membres de l’équipe ont tenu une conférence de presse vendredi dernier (29).

l’imaginaire populaire

Fasciné, dit-il, par les récits de révoltes populaires, Wagner Moura – qui avait d’abord pensé à faire un « simple » film – a vu naître l’idée lorsqu’il a remporté, à l’été 2012, un exemplaire du livre Marighella – La guérilla qui a mis le feu au monde, publié cette année-là par le journaliste Mário Magalhães. Il l’a reçu des mains de Maria Marighella, la petite-fille de l’activiste, comédienne, également présente dans le film.

Il a ainsi voulu « rendre à l’imaginaire populaire » la figure qui inspire encore aujourd’hui les mouvements sociaux et provoque des réactions furieuses. « C’était très pénible que le film ne s’ouvre pas (au Brésil) comme nous le voulions. Rien de cela (récompenses reçues à l’étranger et projection dans divers festivals, comme à Berlin) aurait du sens jusqu’à ce que nous arrivions ici », explique le réalisateur.

La Marighella qui émerge du film, en plus de deux heures et demie, n’est ni le bandit peint par la dictature, ni le héros mythifié. C’est un homme qui a fait ses choix. Abandonner, par exemple, élever son fils (Carlinhos) et vivre avec sa compagne (Clara Charf, interprétée par Adriana Esteves) pour se consacrer à la lutte politique. Celui-ci a ensuite rompu avec le Parti communiste, pour avoir été en désaccord avec la manière dont la résistance était menée, et a formé l’Action de libération nationale (ALN), pour affronter la dictature par les armes, pour ne pas voir d’autre alternative. Qui a renoncé à sa vie personnelle, comme tant d’autres à l’époque. Le film parle de tout cela.

enlèvement et torture

Comme le personnage de l’acteur Jorge Paz, également appelé Jorge, inspiré par l’activiste Jonas (Virgílio Gomes da Silva). Un homme simple, marié, avec trois enfants, mais qui opte aussi pour la lutte armée, malgré le manque d’argent pour mettre de la nourriture sur la table familiale. Il a la chance de s’enfuir et de reprendre sa vie en main, après que son partenaire Humberto (Humberto Carrão) soit tué par la police, mais finit par revenir à son destin, lorsqu’il a participé à l’enlèvement de l’ambassadeur américain, en 1969, dans une audacieuse action conjointe de l’ALN avec le MR-8. C’est Jorge qui joue dans la seule scène de torture explicite et brutale.

Ou comme la jeune guérilla Bella (Bella Camero), une étudiante universitaire dont le choix est rejeté par sa mère. Encore plus après que votre groupe ait pris une photo à la maison. La mère de Bella dit à Marighella qu’il est un risque pour la fille. L’histoire met en scène un militant vétéran – aux côtés de ses camarades Luiz Carlos Vasconcelos (Almir) et Herson Capri (Jorge) –, inspirant un groupe de jeunes. Le film parle surtout d’eux.

sacrifier la vie

Felipe Braga, qui signe le scénario avec Wagner Moura, dit qu’il y avait une option dramaturgique pour développer de jeunes personnages, pas nécessairement des étudiants, avec des dilemmes pour les tourmenter en sacrifiant pratiquement leur vie. «Ils avaient de la famille, des amours, des emplois, sont allés à l’université. Ils ont dû renoncer à quelque chose. »

Acteur et réalisateur : Seu Jorge et Wagner Moura discutent des détails de la performance du personnage de Carlos Marighella (Autorisation)

C’est un film d’action, à l’image de son personnage (« Marighella était de l’action pure »), dit Wagner Moura, qui a choisi de montrer les cinq dernières années de la vie de Marighella, à commencer par le coup d’État de 1964, entre 1968 et 1969, quand la répression devient plus violents et tous les combattants, acculés, tombent un à un.

Le directeur dit qu’il aimerait s’adresser à Marighella avant la lutte armée, agissant dans le cadre institutionnel, député fédéral, mais il a rencontré des délais. Et aussi pour avoir vu pendant la courte période d’ALN plus de matériel d’action stimulant dans un film qu’il cherchait à rendre populaire. « En plus de raconter cette histoire, je voulais faire un film populaire qui communique avec les gens, donc les éléments d’action cadreraient bien avec cette proposition. Il n’y a pas de contradiction entre faire des films politiques et populaires », dit-il.

Gouvernement : pulsion de mort

Il insiste sur le rôle des mouvements sociaux, qui ont accueilli le film – qui sera projeté dans l’occupation des sans-abri à São Paulo et l’installation des sans-terre à Bahia. En désaccord avec le rôle de l’extrême droite, au sens de l’activisme, dans le Brésil d’aujourd’hui. « Cette course à la droite aujourd’hui ne peut être comparée à la course pour la liberté, pour les droits, contre l’oppression », rétorque-t-il. « C’est un moteur de vie. La pulsion que je vois dans ce gouvernement est une pulsion de mort.

Marighella, un « homme d’action », dans les rues, parfois déguisé, était poursuivi sans relâche par le froid délégué Lúcio, inspiré par Fleury (Autorisation)

Une autre polémique alimentée sur les réseaux sociaux concerne la couleur de peau du personnage principal. Moura se souvient que son premier choix pour le rôle avait été le rappeur Mano Brown. « Quand Brown a quitté le projet, j’ai juste pensé que je devais être un acteur noir. Marighella était un homme noir. La mère de Marighella est née en 1888. Les grands-parents étaient des esclaves soudanais. Déconnecter cet héritage de Marighella, d’insubordination, me semble un mauvais service. Pour moi, Brown, Jorge et Marighella sont trois hommes noirs », réagit-il. Et il commente également les attaques racistes subies à la suite du film.

« Je pense que j’ai bien compris quand j’ai ’emprunté’ Marighella, dit le réalisateur. Selon lui, cela lui a permis d’échapper à un certain « blanchiment classique » du cinéma brésilien, une sorte de « syndrome d’esclave Isaura ». Mano Brown n’est pas à l’écran, mais apparaît sur la bande son avec Mille visages d’un homme loyal (Marighella), des Rationnels.

Symboles nationaux

Pour Seu Jorge, vivre Marighella a nécessité une « reconnexion » avec son pays, après être parti vivre aux Etats-Unis, et à une période particulièrement difficile au Brésil, qui a son image extérieure ébranlée. « Vingt ans à parcourir le monde, à promouvoir la musique brésilienne, je trouvais de l’admiration pour notre peuple, notre culture. Pour incarner ce personnage, j’avais besoin de renouer avec le Brésil et ses causes, qui sont mes causes.

Né en 1970, au plus fort de la dictature, l’acteur et chanteur a vu un certain processus « d’appropriation » des symboles nationaux, voire de l’équipe brésilienne, à travers un parti pris conservateur. « Nous n’allons pas les laisser s’approprier quelque chose d’aussi beau que l’original brésilien, sa diversité d’expression. Il semble que la plupart des Brésiliens aient perdu cette connexion. Seu Jorge fait référence à une scène forte, montrée après la fin, une préparation d’acteurs qui a fini par être filmée et entrée au montage.

racistes et fascistes

Bruno Gagliasso impressionne dans le rôle de Lúcio, un délégué froid obsédé par la chasse aux communistes – et Marighella. Il raconte le problème qu’il a eu à vivre un personnage raciste et fasciste. « J’ai des enfants noirs. Ce qui m’a le plus motivé à rencontrer ce gars, c’est de savoir que je faisais partie d’un projet beaucoup plus vaste. Ce n’était pas seulement artistique, c’était politique. Je vois Lúcio que j’ai fait à divers endroits, à différents moments.

Le policier arrive à la guérilla après avoir découvert le lien de Marighella avec les Dominicains. Un autre rôle clé est joué par Henrique Vieira, un frère dans le film, un pasteur dans la vraie vie. Il vante le courage des Dominicains de l’époque (« Ils mettent leur vie au service d’une cause de liberté ») et estime que le film « ramène Jésus à son origine historique », en victime de la haine, persécuté par l’État et blanchi. « Jésus a vécu à une époque de ‘dehors, Hérode’ », plaisante-t-il.

La foi est aussi engagée

Dans le même temps, le pasteur Henrique, comme l’appellent ses collègues de tournage, demande que les évangéliques ne soient pas considérés en général, comme des partisans du portefeuille. Rappelons qu’elles sont présentes dans les mouvements (noir, féministe) et mentionne le Front Evangélique pour l’Etat de Droit. « Je ne veux pas remettre ce discours au monopole des conservateurs. La foi aussi est engagée », confie l’acteur.

Dans le rôle d’un impétueux guérillero, responsable de l’exécution d’un officier américain, Humberto Carrão cite également le manque chronique de conservation de la mémoire, notamment pendant la période autoritaire. Contrairement à l’Argentine, où les centres de torture sont devenus des espaces de mémoire (comme Esma), ici il n’y a quasiment pas de référence.

l’horreur passera

Mais il essaie d’être optimiste. « Nous avons filmé en voyant l’horreur qui était à venir, s’est terminée avec l’horreur déjà installée », explique Humberto, ajoutant qu’il croit en un futur « moment lumineux » pour le pays. Pour cela, amendement, il faut aussi « générer des connaissances, un esprit critique, et ne pas permettre aux tortionnaires d’être réélus ».

Wagner Moura y croit aussi, se remémorant les scènes avec des jeunes à la fin du film. « Nous avons fait un film plein d’espoir. C’est un film dur et brut, mais il porte espoir.

Comme le garçon qui perd son père, mais surmonte la peur de la mer, en écoutant la voix de Gonzaguinha, dans la même chanson chantée lors de l’interview de Seu Jorge.

Il y a tellement de combats sans gloire
Ce sont des histoires que l’histoire
chaque jour comptera

Divulgation

Vous pourriez également aimer...