Le Brésil

Matilde Ribeiro : La fin de Bolsonaro sera l’espoir d’une reprise de l’inclusion. « Nous allons encore rêver »

São Paulo – Chargée de promouvoir les politiques publiques d’inclusion, Matilde Ribeiro estime qu’il y aura de l’espoir pour le peuple noir brésilien, avec la fin du gouvernement Bolsonaro. ancienne ministre du Secrétariat spécial aux politiques de promotion de l’égalité raciale, entre 2003 et 2008, Matilde déplore les déboires que connaît le pays, depuis 2016, mais rappelle : « l’espoir est dans cette lutte continue ».

En conversation avec le journaliste Juca Kfouri, au programme Entre les vues donne TVT, l’enseignante et militante politique explique que, malgré le moment difficile actuel, notamment en ce qui concerne les politiques publiques, le mouvement noir doit poursuivre le processus d’organisation et de lutte, exigeant de l’État une aide directe et continue aux populations victimes de discrimination historique.

« Nous ne devons pas continuer à garantir qu’un gouvernement fasciste, un gouvernement qui ne collabore pas avec la vie, perdure. Je crois vraiment en notre engagement lors du processus électoral de 2022, en voulant un changement effectif. Je crois aussi au combat des mouvements sociaux pour exercer la capacité d’avoir des politiques publiques inclusives dans ce pays et nous allons encore rêver », a défendu Matilde Ribeiro, en réponse à la sociologue de l’Université fédérale d’ABC (UFABC), Acácio. Almeida.

Cette année, Matilde, professeure liée à l’Institut des sciences humaines (IH/Unilab), a reçu le titre de « Docteur Honoris Causa » de l’Université fédérale d’ABC. L’honneur « Honoris Causa » signifie « pour l’honneur », et est un titre décerné par les universités à des personnes qui revêtent une importance significative dans les domaines de la culture, de l’histoire, de la politique ou de la science d’une nation donnée, quelle que soit leur formation universitaire. .

les noirs en priorité

Face au portefeuille créé lors du premier mandat de Luiz Inácio Lula da Silva, Matilde Ribeiro a fait prendre plus d’importance au combat pour l’égalité raciale au Palácio do Planalto au début des années 2000. Rappelant l’immense liste de revendications, elle est fière de la réalisations qui continuent de porter leurs fruits partout au pays. Parmi elles, la priorisation des politiques visant les communautés restées des quilombos et la mise en place de quotas raciaux dans les universités publiques.

L’ancien ministre explique que Lula a demandé qu’il y ait une priorisation des politiques visant les communautés quilombolas au Brésil. « Si je pouvais revenir en arrière, je recommencerais d’abord. Il n’y a rien qui a été fait qui provoque des regrets ou un besoin de révision, mais je ferais plus. J’ai parfaitement compris et j’aurais pu donner la priorité à d’autres demandes historiques et kilométriques », a-t-elle déclaré.

« Ce qui n’a pas été fait, ce n’était pas parce que je n’en avais pas envie, mais parce que le temps manquait. Dans quatre, huit ou 12 ans, vous ne pouvez pas vouloir qu’un gouvernement fasse face à des séquelles historiques de plus de 500 ans. On ne peut pas tout gérer dans les mêmes proportions et en même temps. Ainsi, les gouvernements doivent avoir des politiques continues pour faire face à ces demandes », a-t-il défendu.

Elle rappelle que les politiques publiques visant les communautés noires sont une forme de réparation historique et a déclaré que, lorsqu’elles traitaient de la question, elles provoquaient « l’ébullition de ceux qui étaient contre ». « Des intellectuels d’universités de renom qui disaient que la politique des quotas n’avait pas de sens, il suffisait de laisser tel quel, avec les politiques publiques générales, que la situation serait résolue. C’est un sophisme, car pour réduire les situations d’inégalité, je dois m’engager dans les réparations et les politiques publiques », a-t-il ajouté.

Unilab

Matilde Ribeiro travaille depuis sept ans en tant qu’enseignante à Unilab – une université dont la mission est de fournir une éducation de qualité et d’accueillir des étudiants africains de pays lusophones tels que l’Angola, le Cap-Vert, la Guinée-Bissau, le Mozambique et São Tomé et Príncipe.

Les activités administratives et académiques d’Unilab sont concentrées dans les États brésiliens de Ceará et de Bahia. À Ceará, l’université a des unités dans les municipalités de Redenção et Acarape. A Bahia, Unilab est présent dans la ville de São Francisco do Conde.

Selon elle, la salle de classe rassemble, outre des étrangers, des quilombolas, des indigènes et des enfants de travailleurs ruraux, créant un espace de diversité qui n’existe pas dans les grandes villes. « L’échange fourni par cette diversité devrait se faire plus intensément dans tout le Brésil. Ce n’était pas forcément chez Unilab. Sans cette université, à l’intérieur de ces régions, les étudiants brésiliens n’étudieraient pas », se défend-il.

Regardez l’interview :

Vous pourriez également aimer...