Le Brésil

‘Matrix’ : 22 ans plus tard, nous sommes connectés

Traduit de Le journal – La première partie de Matrice, des sœurs Wachowski, date de 1999 et était révolutionnaire. Les machines avaient pris le contrôle des humains pour les utiliser comme source d’énergie pour l’intelligence artificielle et ses appareils, et les avaient piégés dans un monde virtuel, la Matrice. 22 ans plus tard, dans le quatrième épisode, Résurrections matricielles, la question se pose de savoir si tout cela est un grand jeu vidéo. Lana Wachowski est encore une fois en tête. La vie n’est pas un jeu vidéo, mais il peut y avoir de la vie dans les jeux vidéo. Cependant, ces quatre longues décennies coïncident non seulement avec la transition de genre des Wachowski (qui, à l’exception d’un clin d’œil, manque de représentation dans le film, avec une histoire d’amour plutôt traditionnelle entre Neo et Trinity, mais, bien sûr, le public. global impose ses règles), ainsi que nous, presque tous, qui avons changé car nous sommes désormais connectés de manière quasi permanente, immergés dans l’Intelligence Artificielle naissante mais puissante, et vivant dans les cavernes de Platon, mythe qui a tant inspiré cette série de cinéma.

En 1999, 248 millions de personnes étaient connectées à Internet (4,1 % de la population mondiale). D’ici 2021, nous sommes 5 168 millions (65,4 % du monde, avec des lacunes importantes), alors que le placement de la fibre optique progresse et que plusieurs grandes entreprises installent des milliers de mini-satellites pour un réseau véritablement mondial. Le fait que nous soyons connectés via le téléphone portable est si pertinent qu’il est de moins en moins utilisé pour téléphoner et davantage pour de nombreuses autres tâches, notamment la surveillance active et la surveillance passive souvent inconsciemment. En 1999, ces années de la boom parmi ces téléphones, il y avait environ 400 millions de téléphones portables en service et il ne s’agissait pas de smartphones connectés à Internet (le premier, l’iPhone1 d’Apple, date de 2007). En 2021, il y a 8,3 milliards de téléphones portables dans le monde (plus du tiers d’entre eux, 3 milliards, smartphone),c’est-à-dire plus que de personnes et presque deux fois plus d’appareils mobiles au total. Nous sommes plongés dans des réseaux sociaux qui renforcent le sentiment de grottes platoniciennes, ou, comme nous préférons les appeler maintenant, de chambres d’écho. Nous sommes connectés les uns aux autres et de plus en plus aux choses et celles-ci les unes aux autres (l’IoT ou Internet des objets et l’Internet de tout). Quelle était une vision dans le premier matrice maintenant c’est presque une réalité, et ce le sera encore plus avec le développement de cette réalité entre virtuel et augmenté, ce gigantesque jeu vidéo, qui s’appelait d’avance Metaverse. Toutes ces choses sont dans Résurrections matricielles, quoique discrètement. Les personnages ne se déplacent pas dans et hors de la matrice vers le monde réel via des lignes fixes, et les deux mondes sont connectés en permanence sans fil par quelque chose de plus que des téléphones portables de base (comme dans le premier film).

Au cours de ces 20 années, nous avons commencé – parce que nous commençons tout juste – à vivre avec le développement de ce qu’on appelle l’intelligence artificielle, que toutes, les entreprises du monde entier, y compris les économies émergentes, et les citoyens, adoptent à grande vitesse, presque inconsciemment, car déjà nous le portons jusque dans nos poches avec nos smartphones . Ce qui, avec les progrès des neurosciences, peut générer de nouvelles perceptions de la réalité et de nouvelles réalités et irréalités.

Une question fondamentale soulevée par Résurrections matricielles c’est qu’on ne soit pas ou qu’on veuille être, dans l’âme, des hackers, qu’on soit dans un grand jeu vidéo, dans un grand panoptique (la prison que Jeremy Bentham a conçue, dont la conception fait qu’un gardien peut observer tout son intérieur depuis un point unique), même pour certains combattants humains qui sont dans le monde réel. En tant que commentaire sur le film sur le filaire dit à juste titre, les hackers – et ce sont les plus coriaces de la série de ces films – n’ont toujours pas de super-pouvoirs dans notre réalité. Mais à mesure que les ordinateurs en réseau pénètrent plus profondément dans nos vies et nos objets physiques (voitures, appareils domestiques et réseaux électriques ou autres), la capacité de contrôler ces systèmes informatiques devient une capacité qui peut modifier le monde réel. Le pouvoir n’est pas seulement celui des grandes entreprises ou de l’État. Ce sont aussi les précieux hackers.

Dans Matrice, l’« architecte » du système a expliqué que les premiers programmes ont lamentablement échoué, car ils avaient éliminé le conflit dans les relations virtuelles entre les êtres humains, quand le conflit fait partie de l’être humain, de l’humanité (y compris dans Résurrections matricielles, où les machines finissent par se faire face). Mais il faut savoir s’y prendre. et bien qu’en Résurrections matricielles, l’Oracle n’est pas revenu sur le devant de la scène, le véritable oracle est Lana Wachowski, qui doit déjà entrevoir que cette série, malgré ses nouvelles touches d’humour et d’inventivité, est à guichets fermés. Parce que la réalité avance à bien des égards. Si dans 22 ans nous changeons ce que nous changeons, comment changerons-nous dans deux décennies ? Il y a des « architectes » qui essaient de le concevoir.

Lire aussi:

Film ‘8 Présidents, 1 Serment’, de Carla Camurati : 35 ans d’histoire et un présent inachevé

Vous pourriez également aimer...