Le Brésil

«  Mentir et se déconnecter de la réalité ont été la stratégie du bolonarisme  »

São Paulo – La «motociata» du président Jair Bolsonaro ce dimanche (23), à Rio de Janeiro, est une tentative de démontrer la force de quelqu’un de plus en plus acculé, à la tête d’un gouvernement marqué par des allégations d’omission dans la conduite de la pandémie avec une économie fragile. Compte tenu de ces faits, Bolsonaro réaffirme son engagement envers les segments les plus fidèles et les plus radicaux, qui sont prêts à ignorer le monde et à croire en ce que le dirigeant défend.

L’évaluation est réalisée par le professeur de science politique de l’Université fédérale de Rio Janeiro (UFRJ), Mayra Goulart, coordinatrice du Laboratoire des partis, des élections et de la politique comparée. Dans une interview avec Glauco Faria, Journal actuel du Brésil, elle souligne que Bolsonaro agit de plus en plus agressivement dans ses gestes politiques. Lors de sa tournée en moto ce dimanche, le président a provoqué une agglomération dans la capitale de Rio de Janeiro, malgré les décrets de la mairie et du gouvernement de l’Etat qui empêchent des actes du genre dans la ville dont le taux d’occupation des lits de l’USI est supérieur à 95 %.

Lula et FHC

Selon le politologue, l’approbation de ce type de manifestation révèle également l’inquiétude de Bolsonaro face à la montée en puissance de l’ancien président Luiz Inácio Lula da Silva. Depuis des semaines, Lula mène les sondages sur l’intention de voter pour 2022. Deux jours avant la «motociata», la divulgation de la rencontre entre lui et l’ancien président Fernando Henrique Cardoso a attiré l’attention du monde politique. Les profils du PT ont publié une photo des deux, avec un texte décrivant un «déjeuner avec beaucoup de démocratie au menu». La rencontre a eu lieu le 12 mai, mais il n’y a eu aucune révélation avant vendredi (21). Dans des interviews, FHC lui-même a déclaré que, lors d’un éventuel second tour entre Lula et Bolsonaro, il voterait pour l’ancien président.

Une approche qui peut symboliser une sorte de ma faute, selon Mayra, d’un groupe d’acteurs politiques venus soutenir le bolonarisme en 2018, mais qui sont désormais « désolés de voir le génocide qui se produit à cause du covid-19 », comme décrit. «Il y a une certaine déshydratation du pouvoir de Bolsonaro, réduisant ses chances d’être réélu. Ce qui pousse certains acteurs à s’éloigner du bolsonarisme », explique-t-il.

Mentir comme stratégie

Dans ce réalignement des forces au milieu d’un mécontentement croissant à l’égard de son gouvernement, Bolsonaro utilise «le mensonge et la déconnexion avec la réalité, comme une stratégie délibérée». «C’est un pari sur un détachement complet de la réalité. Ce n’est pas fou, c’est bien fait. Parce que ces segments sont prêts à renoncer à toute information reçue de l’extérieur et à ne croire qu’en ce qui vient du cercle, leur leader et leurs partisans », déclare Mayra dans Radio Brésil actuelle.

«C’est impressionnant, car les gens ont crié des odes à la ‘fin de la corruption’, ‘le vol est terminé’, un discours complètement déconnecté de la réalité. Et quand quelqu’un était là et criait «où est le vaccin?», Ou «génocidaire», les autres l’ont ignoré et ont dit: «ah, le vol», «le PT l’a volé» », décrit-elle, qui a assisté à la manifestation. «C’est une stratégie gouvernementale. À tel point que la phrase du (général) Eduardo Pazuello, quand il dit qu’il s’agit d’un «truc Internet» (à l’IPC de Covid au Sénat), est très significative. C’est discréditer les informations que le sujet est capable d’obtenir seul, via les médias, les véhicules d’information, et en disant «  crois-moi seulement, dans ce que je te dis  », «  ne crois rien de ce que tu entends, tout va bien, le le gouvernement a fait ce qu’il pouvait ».

Démocratie en péril

Mayra cite également comme exemple de stratégie l’interview du sénateur Ciro Nogueira (PP-PI), publiée hier. Dans un équilibre du travail de la commission à la Le globe, le membre du Congrès a déclaré que l’IPC de Covid « apportait des faits favorables au gouvernement ». L’allié de Bolsonaro a également déclaré que même la divulgation des 10 e-mails d’achat de vaccins de Pfizer, ignorés par le gouvernement, «n’a en rien affecté l’achat de vaccins».

L’adoption de ce type de posture a des répercussions parmi les responsables gouvernementaux qui font partie de l’IPC de Covid, en plus de se traduire par des actes antidémocratiques, comme l’attaque des bolonaristes contre les professionnels de la presse. Reporter Pedro Durán, de CNN Brésil, a dû être escorté par la police jusqu’à l’acte, entouré de manifestants qui criaient « CNN trash ». L’hostilité a été enregistrée et diffusée sur les réseaux sociaux et le journaliste a de nouveau été harcelé. L’un des promoteurs était le conseiller de poche de Niterói Douglas Gomes (PTC).

«C’est certainement trop inquiétant pour la démocratie (cette stratégie). À tel point que Bolsonaro, à la fin de la manifestation d’hier, est allé parler à ses partisans et a investi contre le système institutionnel, en parlant de vote imprimé. Cette clameur pour le vote imprimé est une justification préalable pour contester les résultats des élections », souligne le politologue de l’UFRJ.

Les racines de l’autoritarisme en 2014

Mayra conclut cependant que le moment actuel d ‘«érosion des institutions brésiliennes» est né lorsque les dirigeants du PSDB, après les élections de 2014, ont remis en question le résultat qui garantissait la présidence à Dilma Rousseff (PT). « Quelque chose qui ne s’était jamais produit dans la Nouvelle République », souligne-t-il. Là, se souvient-elle, les médias commerciaux ont contribué à créer «un ballon d’essai d’une crise économique et sociale qui n’existait pas, dans laquelle le PT a« brisé »le pays». Cette «soupe culturelle», dit le professeur, a favorisé le bolonarisme d’aujourd’hui.

« La remise en cause du résultat de l’élection, du fonctionnement des institutions démocratiques, est une voie dont le résultat ne peut être que l’autoritarisme », prévient-il.

Découvrez l’interview

Rédaction: Clara Assunção

Vous pourriez également aimer...