MinTic explique le projet avec lequel les communautés offriraient la fibre optique

La semaine dernière, le président Gustavo Petro, dans le dialogue avec les conseils communautaires de Norte de Santander, a proposé de construire une grande alliance avec le gouvernement pour faire avancer que lC’est à la même communauté qui peut apporter des réseaux de fibre optique dans les régions et les quartiers où les grands opérateurs n’atteignent pas des télécommunications.

A cet égard, le Ministre des Technologies de l’Information et de la Communication, Sandra Urrutiaa annoncé le plan du gouvernement national de renforcer la connectivité Internet régionale pour atteindre les territoires où la présence de l’État Il a été rare ou presque inexistant, et il comprend la mise en relation et la formalisation des réseaux communautaires dans la « Colombie profonde ».

« Ce n’est pas une utopie ni un rêve. Par exemple, dans des municipalités comme La Macarena, à Meta, il y a aujourd’hui la Red Poliniza, qui compte 40 familles, avec 120 personnes connectées. Ou à Uribia, à La Guajira, où il y a 144 personnes connectées », a souligné le ministre des TIC, dans un entretien avec le Secrétariat aux communications et à la presse de la présidence.

Il a également souligné que la stratégie du gouvernement du président Petro cherche à relier des territoires tels que l’Amazonie, Vaupés, Guainía, Guaviare, Chocó, San Andrés et Providencia et Cauca.

« L’objectif que nous avons est de connecter 85%, ce qui, si nous le mesurons en habitants, est d’ajouter 32 millions de Colombiens et les Colombiens qui ont accès à Internet », a souligné le MinTIC, ajoutant que de multiples canaux technologiques tels que la fibre optique, les micro-ondes, la capacité satellitaire ou encore la combinaison de ces technologies seront utilisés si nécessaire.

Qu’est-ce qu’une communauté de connectivité ?

Selon le ministre, cela existe déjà dans le pays. « Ce qui s’est passé, c’est qu’ils n’ont pas été rendus visibles par l’État, mais dans ce gouvernement de changement, dès le premier jour et depuis que le président de la République, Gustavo Petro, nous a confié la tâche de diriger le ministère des TIC, nous sommes allés rechercher et coordonner ».

En ce sens, il a expliqué qu’en effet, ilLes réseaux communautaires sont ces infrastructures de télécommunications qu’un groupe local de personnes installe pour répondre à leurs besoins. de communication; C’est le produit d’un travail conjoint, où les gens eux-mêmes organisent leurs efforts et se rassemblent pour combler le fossé de la connectivité.

Dans quelles régions envisagez-vous de mettre en place ce mécanisme ?

« Nous espérons atteindre des territoires où la présence de l’État a été rare ou quasi inexistante. Se connecter, par exemple, à l’Amazonie est un rêve que nous devons réaliser. Aussi à Vaupés, Guainía, Guaviare, Chocó, San Andrés et Providencia, Cauca. L’objectif que nous avons est de connecter 85%, ce qui, si nous le mesurons en habitants, c’est ajouter 32 millions de Colombiens et de Colombiens qui ont accès à Internet », a déclaré le ministre.

Selon le chef de portefeuille, la stratégie régionale ou ciblée, que nous espérons travailler avec les communautés organisées et avec Les opérateurs Internet, seront appliqués dans les départements où la fracture numérique est très élevée, c’est-à-dire où nous avons pratiquement la déconnexion.