Le Brésil

Moraes autorise l’assignation à résidence de Zé Trovão, mais maintient la garde à vue pour Roberto Jefferson

São Paulo – Le ministre Alexandre de Moraes, de la Cour suprême fédérale (STF), a autorisé hier (17) l’assignation à résidence, avec utilisation de bracelets électroniques à la cheville, pour Marcos Antônio Pereira Gomes, dit Zé Trovão. Il fait l’objet d’une enquête (INQ 4 879) qui enquête sur la convocation, à la veille du Jour de l’Indépendance, d’actes criminels et violents de protestation.

Zé Trovão a fait l’objet d’une détention préventive le 1er septembre, car malgré son interdiction, il est resté sur les réseaux sociaux appelant à des actions, « en plus d’avoir violé de front l’autorité de la Cour suprême fédérale ». Mais l’arrestation n’a eu lieu que le 26 octobre, car le militant pocketnarista était en fuite. Selon les informations, il s’était enfui au Mexique et continuait de publier des vidéos et d’insulter la Cour, « révélant son mépris total pour la justice ».

La défense a fait valoir que Zé Trovão n’avait pas de casier judiciaire et s’est présenté spontanément à la Surintendance de la police fédérale de Joinville (SC), où il réside. Par décision de Moraes, il lui est interdit de communiquer avec d’autres enquêtés, de participer aux réseaux sociaux et de donner des interviews. Et aussi de recevoir des visites de non-membres de la famille sans autorisation judiciaire.

Le mépris des institutions

Dans le cas d’un autre militant sympathisant du président, l’ancien député Roberto Jefferson (PTB), le ministre STF a rejeté la demande de la défense et maintenu la détention préventive. Selon lui, il s’agit d’une « mesure nécessaire et indispensable pour garantir l’ordre public et l’instruction pénale ». La défense a affirmé que Jefferson avait été démis de ses fonctions de président du parti et n’avait plus accès aux médias sociaux.

Moraes a rappelé que le parquet général s’était prononcé pour le maintien de la détention préventive, décrété le 12 août. Cela s’est produit après la représentation de la police fédérale dans une autre enquête (INQ 4.874) sur l’existence d’une organisation criminelle visant à attaquer la démocratie et l’État de droit.

Le ministre a souligné le « mépris total » de Jefferson pour la justice et les institutions. Et il a ajouté que, même ayant reçu le « bénéfice exceptionnel » d’un traitement médical à l’extérieur de la prison, le PTB a diffusé une vidéo avec des infractions aux membres du STF. « Comme on peut le voir, Roberto Jefferson ignore complètement les termes et la nature de son arrestation, de sorte que son remplacement par des mesures de précaution est totalement déraisonnable à ce moment de la procédure. »

Vous pourriez également aimer...