Le Brésil

Mythocratie – Journal de l’USP

Nle principe était le verbiage débridé.

Mais, comme certains l’ont trouvé amusant et peu, le régime fallacieux a fini par être soutenu par le Père, les Fils et les esprits sans âme. En beaucoup moins de temps que les patriarches de la chrétienté, ils consolidèrent la nouvelle religion et ses dogmes. Cette fois, il n’y avait pas de miracles, pas de meilleurs exemples, pas d’enseignements ; que des apparitions : de temps en temps, des programmes télé, des journaux et des magazines commettaient l’imprudence de se concentrer sur le sujet stupide sous les projecteurs et les lettres rondes des soi-disant grands médias.

Parodie ringard de ceux qui prêchaient le mieux, bien avant eux, la secte Père-d’Aujourd’hui semble également avoir commencé avec onze ou douze apôtres, presque tous protégés par le marché et le jetom ; mais bientôt la douzaine opportuniste devint des centaines de milliers et infecta des millions, chacun des adeptes se spécialisant dans la capture de nouveaux moutons pour le troupeau, au nom de la patrie (qui n’appartient qu’à tous sauf à la nôtre), de la modernité (ce qui implique toutes sortes de retour) et la morale (qui accuse tout le monde, mais protège les enfants, amis et autres partenaires).

Maintenant que la capitale du pays a été transférée à Miami ; que les gens ici ne se soucient plus d’être dirigés par des dirigeants étrangers ; que le discours anti-corruption ne s’applique qu’aux adversaires ; que des pouvoirs parallèles disent quoi, comment et quand faire ; que la science a été nivelée avec le statut de conjecture ; que la basse opinion est devenue un argument ; que le professeur, le scientifique et le journaliste sont devenus cibles des négateurs ; que la chose publique a été diabolisée, nous allons certainement en meilleure compagnie.

La mythocratie est la mythomanie à l’échelle la plus complète. Le premier symptôme du trouble est d’être indifférent à toute autre cause que la sienne. La seconde consiste à crier des barbaries. Le troisième est de rivaliser avec les supporters et copains qui mentent le plus, au nom de Dieu, Marché, Brésil, Liberté, Peuple, Courage, Changement, Honnêteté, Douceur et autres chimères.

Mais il y a encore une vertu qui surpasse les autres. Comme elle n’a d’yeux que pour le profit, l’arme, la discorde, la fausses nouvelles et père de tout, le mythocrate ne voit aucun sens à consulter des livres, à comparer des journaux ou à vérifier la provenance de ce qu’il invente, nie et partage.

Sinon, je recommanderais aux sujets du patriarche-du-temps de vérifier ce que Sigmund Freud a démontré dans Le futur d’une illusion (sur les origines des religions, alimentant la recherche des fidèles d’un père primordial) et ce que Jacques Lacan a confirmé dans Les Noms-du-Père (sur les multiples formes de représentation de l’autorité).

Cependant, en supposant que les mythocrates préfèrent la fiction à la science, cela pourrait être le cas de suggérer qu’ils lisent attentivement la mule, de Darcy Ribeiro – travail très vaste, je le reconnais ; mais lecture agréable. Raconté à la première personne, le roman raconte les gloires et les mésaventures de Philogonio, un propriétaire terrien décadent qui a tout perdu sauf la folie de diriger, de mentir et de tirer.

Avez-vous déjà pensé que si ce type sortait du journal, quel rival sans égal il serait ?

Vous pourriez également aimer...