La Colombie

Nicolás Maduro a qualifié les États-Unis de « misérables » pour avoir refusé de faire don de vaccins contre le COVID-19 au Venezuela

Le président du Venezuela, Nicolás Maduro, a critiqué le fait que le gouvernement américain fasse don de vaccins au monde et exclue son pays, avec lequel il entretient un pouls et une inimitié manifeste depuis des années.

« James Story (représentant diplomatique des États-Unis pour le Venezuela depuis la Colombie) vient de déclarer que ete gouvernement de Joe Biden va faire don de vaccins au monde, mais il ne va pas faire de don de vaccins au Venezuela« , a déclaré Maduro lors d’une loi gouvernementale visant à promouvoir l’agrobusiness du pays.

La raison du refus des Etats-Unis de faire don de vaccins est la « haine » du pays nord-américain pour le Venezuela, a déclaré le président, tout en insultant l’exécutif de Joe Biden.

« Ils ont une haine pour nous, des sentiments bas et misérables. James Story, vous êtes misérable, qui détestez et méprisez le Venezuela parce que nous sommes des rebelles, nous sommes bolivariens, et le Venezuela va avoir tous ses vaccins », a ajouté Maduro lors de l’événement diffusé sur la chaîne de télévision d’État VTV.

Maduro a assuré que « sur la misère de l’empire, la grandeur morale et spirituelle du peuple du Christ, le peuple de Dieu, le peuple vénézuélien sera imposée ».

« Misérable, ils persécutent non seulement pour que personne ne vende de vaccins au Venezuela, mais aussi, quand ils le peuvent, ils ouvrent leurs cœurs pourris pour montrer leur misère et leur haine contre les Vénézuéliens« , a ajouté le président.

Il convient de rappeler que le Venezuela mène, depuis le 29 mai, une nouvelle phase de vaccination dans diverses parties du pays, malgré le fait qu’il n’a pas rendu public le plan en cours, qui est, selon le organisations d’opposition et de santé, discriminatoires, en utilisant le système Patria comme référence, utilisé pour la distribution des aides d’État.

Cette méthode est associée à la carte nationale, un document non obligatoire largement critiqué car considéré comme un système de contrôle citoyen à des fins électorales.

Pour le moment, le nombre de vaccins dont dispose le pays, ainsi que ceux qu’il a déjà injectés, est inconnu, car le chiffre varie en fonction du responsable qui fournit les données.

L’avancée nationale de la vaccination n’a pas non plus été rendue publique, qui vise à atteindre 70% de la population en octobre, après que Maduro ait prolongé son attente de vaccination de masse, initialement soulevée pour août.

Selon le dernier bilan officiel, le nombre total de personnes infectées au Venezuela s’élève à 236 755 et décès à 2 674, des données qui réfutent l’opposition et les associations médicales indépendantes, qui assurent qu’il y a une forte « sous-estimation » dans les chiffres.

Vous pourriez également aimer...