La Colombie

Nostalgias del Pascual

31 mars 2021 – 23h45


Pour:

Gerardo Quintero

J’appartiens à une génération qui est allée au stade pour la première fois aux mains de leurs parents, oncles ou grands-parents, qui ne voyaient aucun danger à emmener le petit qui rêvait de voir les footballeurs de leur équipe d’âme au colisée du quartier de San Fernando . J’appartiens à cette «  corrinche  » qui a grandi en fréquentant le stade avec des amis du quartier qui appartenaient à l’équipe adverse, nous avons pris le Blanco y Negro ou l’Alameda Ruta 2, là-bas dans la Carrera Primera, et nous sommes allés partout dans les Quinze. raconter des blagues ou en espérant que Battaglia ou Cabañas nous raviront avec une pièce spectaculaire.

Oui, je suis de cette génération qui est allée à la Tribune Nord de la chère Pascual et qui comme mon compadre César Polanía et cet autre grand ami de la vie, Kike Rojas, nous avons mangé du saucisson ‘Pipico’, nous avons léché la palette que ‘Checho’ a vendue et nous avons haché les cacahuètes de «Tostaíto». Dans cette tribune, lors d’un classique du dimanche ensoleillé, les fans d’Amérique et de Cali se sont assis, sans aucun problème, sans combats, sans mort, sans sauvagerie. Comme les bons Caleños, la bouteille de coq ne pouvait pas être absente, et nous avons tous ri des notes fines. Et si quelqu’un avait chaud, tout se terminait par une prise au corps à corps, comme c’était le cas dans le passé. Une fois le jeu terminé, nous nous réunissions tous pour acheter la «sapote hachée aux enchères» et le populaire «guanabanazo», réduit par la quantité de glace fondue.

J’appartiens à une génération qui est allée au stade pour profiter d’un bon match, que l’on s’est levé tôt non pas pour se constituer une foule ou consommer de la drogue mais pour voir les préliminaires des réserves à partir d’une heure de l’après-midi. Nous n’avons pas non plus pris de «patecabras» ou autres armes parce que nous n’allions pas en guerre, et encore moins avons-nous prévu d’attendre que le bus de notre équipe ou du rival passe pour lui tendre une embuscade à bout portant. Des gars qui n’avaient pas à se précipiter car il n’y avait aucun risque de se faire voler à l’extérieur du stade.

Une génération qui ne se croyait pas propriétaire de l’équipe, ni des joueurs, ni du stade. Aujourd’hui, tout a changé. En moins d’une semaine, le brave bar Cali a cassé les vitres du club-house, brisé les vitres du bus de l’équipe, réprimandé l’entraîneur, est intervenu une séance d’entraînement pour intimider les joueurs, quelle est la suite …

Ils disent que le football et ses environs sont le reflet du pays dans lequel ils vivent. Sous cette prémisse, il est expliqué à quel point ce sport est malade, avec des gangs criminels transformés en fans et un football corrompu truqué au plus haut niveau. Et ce n’est pas que dans les années 80 les mafias n’avaient pas coopté le football, mais dans les stades l’ambiance était différente, personne n’a été tué pour un maillot. Aujourd’hui, il est effrayant d’approcher lorsqu’ils annoncent un match clé.

J’adore le football, mais aujourd’hui, je n’emmènerais pas mes enfants au stade ni n’encouragerais leurs fans dans aucun club. Comme tant d’autres choses dans le pays, et comme on dit à Cali, le projet d’aller au stade a été «rejeté».
.Suivez sur Twitter @Gerardoquinte

Vous pourriez également aimer...