Le Brésil

« Nous avons une presse qui ne défend pas le pays »

São Paulo – Pour le journaliste Luis Nassif, qui dirige le Journal GGN, Le Brésil connaît aujourd’hui un climat de restriction à la liberté d’expression équivalent à celui vécu à l’époque de la dictature. Outre l’offensive juridique des politiciens et des membres de la magistrature contre les journalistes, comme lui, qui publient des articles dénonçant des «scandales» et des «accords» impliquant de l’argent public, un autre problème est que les véhicules de presse traditionnels se sont alliés aux agents des marchés financiers, qui participent activement à ces jeux suspects. «Nous avons un pays qui n’est pas défendu par la presse», a déclaré Nassif, dans une interview à Marilu Cabañas, pour la Journal actuel du Brésil ce mercredi (7).

Il a souligné que, pendant la pandémie, la presse a joué un rôle important en défendant les mesures sanitaires dans la lutte contre le covid-19. «Mais les grands mouvements, ce qu’ils font avec le pays aujourd’hui, dans les négociations partout, est quelque chose de scandaleux, avec des conséquences terribles pour l’avenir. La destruction d’entreprises publiques, comme Petrobras, et les privatisations, par exemple. Et nous n’avons pas de presse pour faire cette défense. Et quiconque fait cette défense est rendu invisible », a-t-il déclaré.

Pour Nassif, les médias dits traditionnels «sont devenus dépendants des grands financiers, des banques d’investissement». En conséquence, les plaintes révélant ces scandales sont «réduites au silence». Le journaliste a également déclaré que ce «pacte de silence» intervient depuis 2016, dans la construction du coup d’État de destitution de la présidente Dilma Rousseff.

Ce mercredi également, Journée des journalistes, Nassif reçoit le Trophée Audálio Dantas – Indignation, courage et espoir, pour son travail en faveur de la démocratie, de la justice, du droit à l’information et de la liberté d’expression.

Guerre légale

L’année dernière, le Journal GGN avait 11 articles sur la banque BTG Pactual censurés par décision d’un juge de la Cour de justice de Rio de Janeiro. L’un des reportages a dénoncé la vente, avec une remise de 90%, à cette banque, provenant d’un portefeuille de prêts de Banco do Brasil. Un autre cas concernait une offre «avec des cartes marquées» remportée par BTG Pactual pour exploiter le système électronique Blue Zone dans la ville de São Paulo.

Par la suite, à des niveaux plus élevés, le la censure a été renversée. Mais Rádio Brasil Atual, Nassif a également cité d’autres cas dans lesquels la Justice lui a imposé le paiement d’indemnités de milliers de reais, favorisant les responsables des négociations que ses rapports soulignent. Par exemple, il a été condamné à payer 40 000 reais pour diffamation à l’ancien maire et ancien député fédéral Eduardo Cunha.

Ces décisions ont même abouti au blocage des comptes personnels et professionnels de Nassif, mettant en péril ses moyens de subsistance et le développement de son travail de journaliste. «C’est un siège non seulement pour vous empêcher de faire du journalisme. Mais pour vous empêcher de vivre », a-t-il dénoncé.

La récompense

Le prix est une initiative conjointe de l’Agence syndicale, du Centre d’étude des médias alternatifs Barão de Itararé et Oboré Projetos Especiais. Par la suite, à partir de 2018, le trophée a pris le nom d’Audálio, qui était président de l’Union des journalistes professionnels de São Paulo pendant les dernières années de la dictature.

Outre Nassif, les journalistes Mara Régia et Jamil Chad recevront également le Trophée Audálio Dantas. L’émission aura lieu ce mercredi (7) à partir de 19h, sur la chaîne Youtube d’Oboré, avec retransmission par TVT, à partir de 22h30.

Regardez l’interview

Rédaction: Tiago Pereira

Vous pourriez également aimer...