Le Brésil

Nous nous sommes et des jours meilleurs viendront, dit Lula

São Paulo – L'ancien président Luiz Inácio Lula da Silva a envoyé une lettre aux ramasseurs de déchets, qui ont organisé le Noël traditionnel des ramasseurs de déchets ce vendredi. Lula n'a pas assisté à la fête en raison de mesures préventives contre la contagion par le nouveau coronavirus.

Lisez la lettre en entier:

«Mes chers amis et collectionneurs de matières recyclables,

Je n'imaginais pas qu'après avoir quitté la prison, il pourrait y avoir quelque chose qui m'empêcherait de passer Noël avec vous, comme je l'ai fait lorsque j'étais président, comme je l'ai fait après avoir quitté la présidence, et comme je l'ai fait l'année dernière, après avoir quitté la prison. Mon engagement envers vous est plus que politique. C'est du sang, c'est de la peau.

Mais cette année, un ennemi terrible et invisible, le coronavirus, nous empêche d'être ensemble ce Noël, pour que nous puissions nous embrasser à Noël prochain.

Le coronavirus est un ravageur de la nature qui a affecté la planète entière. Mais la façon dont chaque société y réagit était différente selon la mesure de la solidarité entre les peuples et les dirigeants des gouvernements de chaque pays.

Le virus est le même. Nous qui pouvons agir différemment devant lui. Entraidez-vous, prenez soin les uns des autres, ayez de la patience et soutenez nos médecins et scientifiques.

La pandémie et son combat ne sont pas une question de politique ou d’idéologie. C'est l'humanité et la responsabilité du gouvernement.

Au Brésil, 2020 a été une année tellement difficile pour tout le monde, avec un gouvernement insensible et indifférent, qu'il n'a fourni une aide financière dans cette crise profonde qu'après beaucoup de pression, une aide temporaire qui prend fin, laissant les gens abandonnés, bien avant la fin de la crise. pandémie et l’arrivée du vaccin au Brésil.

Je sais à quel point vous avez été difficile cette année, avec des arrêts de recyclage, des amis et des parents tombés malades, avoir à gérer des masques jetés à la poubelle de manière incorrecte et faire très attention de ne pas attraper cette terrible maladie.

Tout le monde ne peut pas rester à la maison, car ils doivent sortir dans la rue pour gagner leur vie, avoir quelque chose à manger et parce qu'au Brésil, même aujourd'hui, tout le monde n'a malheureusement pas de maison.

Vous savez mieux que quiconque comment les populations et les familles vivant dans la rue se multiplient, victimes du chômage, de la drogue, de la cupidité de ceux qui veulent réduire les droits des travailleurs et concentrer les revenus entre les mains de quelques-uns.

Malheureusement, nous aurons encore des jours très durs devant nous en ce Noël de réflexion et de foi.

Mais vous êtes des guerriers qui se soucient et sauvent des vies, qui contribuent à l'environnement et à la ville, et vous ne pouvez pas l'oublier.

Et ils ne doivent pas oublier que nous nous sommes et que des jours meilleurs viendront pour nous et pour le Brésil. D'ici Noël l'année prochaine, si Dieu le veut, nous aurons vaincu ce virus. L'autre virus, celui de la bêtise qui gouverne notre pays, il faudra peut-être encore endurer un autre Noël.

Mais soyez sûr que ce mal passera aussi et nous aurons à nouveau la solidarité, pas l'égoïsme, le bonheur, pas la tristesse, l'intelligence, pas la grossièreté, l'espoir, pas la peur, guidant les destinées de notre pays.

Beaucoup de force et beaucoup d'affection pour tout le monde, avec beaucoup d'envie de vous faire un câlin.

Joyeux Noël,

Luiz Inácio Lula da Silva »

Vous pourriez également aimer...