Le Brésil

Ômicron avance : neuf États et 10 capitales ont plus de 60 % d’unités de soins intensifs occupées

São Paulo – La propagation rapide de la variante omicron provoque déjà une surcharge des services de santé au Brésil. Selon l’Observatoire Covid-19, de la Fondation Oswaldo Cruz (Fiocruz), Pernambuco compte 82% de lits de soins intensifs pour covid-19 occupés. Quatre autres capitales sont également en « zone d’alerte critique » : Fortaleza (88%), Recife (80%), Belo Horizonte (84%) et Goiânia (94%). La note technique de Fiocruz a été publiée ce jeudi (13), sur la base des données d’occupation de lundi dernier (10).

Sept autres États sont en « alerte intermédiaire » : Pará (71 %), Tocantins (61 %), Piauí (66 %), Ceará (68 %), Bahia (63 %), Espírito Santo (71 %) et Goiás (67 %). %), en plus du District fédéral (74 %). Les capitales Porto Velho (76%), Macapá (60%), Maceió (68%), Salvador (68%), Vitória (77%) et Brasília (74%) sont également dans cette situation.

Les chercheurs soulignent que le nombre total de lits disponibles est actuellement inférieur par rapport au pic de la pandémie, l’an dernier. Cependant, ils préviennent que le nombre de nouveaux cas de covid-19 atteindra « des niveaux bien plus élevés » dans les semaines à venir. En ce sens, les systèmes de santé devront être encore plus sous pression.

En raison de l’avancement de l’Ômicron, la Fiocruz guide les gestionnaires publics pour qu’ils soient prêts à activer des « plans de contingence ». Des mesures doivent être conçues pour répondre à l’augmentation probable de la demande de soins. Il souligne également l’importance de réorganiser le réseau des services de santé pour faire face à l’absence des professionnels en arrêt de travail infectés.

En outre, ils suggèrent de renforcer les soins primaires, y compris le téléservice. Une autre mesure fondamentale dans la lutte contre la pandémie est de « continuer à vacciner la population ».

Urgence dans les tests

L’Association nationale des spécialistes des politiques publiques et de la gestion gouvernementale (Anesp), l’Observatoire COVID-19 BR et l’Association brésilienne de santé collective (ABRASCO) ont envoyé une note au ministre de la Santé, Marcelo Queiroga, et au président d’Anvisa, Tours Antonio Bar. Les entités demandent l’urgence de l’élaboration d’une politique de dépistage universel pour contenir le covid-19 dans le pays. Les entités affirment que, ces derniers mois, le Brésil a considérablement avancé dans la vaccination. Cependant, il ne s’est pas produit la même chose en ce qui concerne les tests.

« L’amélioration du plan national de dépistage est une mesure extrêmement urgente en ce moment, avec la généralisation de l’accès aux tests antigéniques pour le diagnostic du Covid-19 dans le réseau de santé publique, notamment en permettant le recours aux autotests », indique le document.

Les entités affirment que «l’absence» d’une politique de dépistage massive et universelle sape la réponse à la pandémie. En ce sens, ils ont demandé une modification de la réglementation pour permettre l’auto-test au Brésil. Ils soulignent que l’utilisation de ce type de test a permis de contrôler la pandémie dans des pays comme les États-Unis, l’Argentine, le Royaume-Uni, Israël, Singapour, la France et l’Allemagne. Depuis le début de l’année, Saúde et Anvisa se disputent les évolutions réglementaires nécessaires pour autoriser l’autotest.

Les entités affirment que l’incorporation de l’autotest en tant que politique publique réduirait également le potentiel de transmission de l’Ômicron dans les lieux où les tests sont effectués. Ils disent qu’avec des possibilités de test restreintes, il y a eu des concentrations de personnes dans les établissements de santé, les pharmacies et les laboratoires.

De plus, les pièces fermées, sans ventilation, contribuent également à la propagation du virus. « En d’autres termes, la politique actuelle finit par stimuler la contagion, pas pour l’atténuer ».

Covid au Brésil aujourd’hui

Avec l’avancée rapide de la contagion par la variante omicron du nouveau coronavirus, le Brésil a enregistré ce jeudi 97 986 nouveaux cas de covid-19, comptabilisés sur une période de 24 heures. La moyenne mobile des diagnostics atteint 61 141 pour chacun des sept derniers jours. L’indice progresse à des niveaux enregistrés en juin et juillet de l’année dernière, lorsque le pays a connu le pic de la soi-disant deuxième vague d’infection. Données fournies par le bulletin quotidien du Conseil national des secrétaires à la santé (Conass).

L’organe rapporte également qu’au cours de la même période, 174 décès ont été officiellement enregistrés. En conséquence, il y a officiellement 620 545 victimes de la maladie depuis le début de la pandémie en mars 2020. Cependant, le mois dernier, les chiffres ne sont pas exacts, en raison de la panne des données du ministère de la Santé le mois dernier. .

Vous pourriez également aimer...