Le Brésil

On en sait déjà beaucoup. Mais il reste encore beaucoup à savoir – Jornal da USP

SES banal pour affirmer que 2020 sera une année remarquable et inoubliable; reconnaissant également que les autres auront tendance à se rétablir dans tous les aspects de la vie: subjectif, affectif, économique, politique, culturel, santé, entre autres. La pandémie a dévasté toutes nos formes de coexistence et imposé des restrictions telles que projeter son dépassement est un exercice dangereux et nous ne sommes pas encore autorisés à en évaluer toutes les conséquences, l’imprévisibilité étant notre conseil quotidien. Dans ce contexte, il nous sera très difficile de pouvoir avancer, avec conviction, les effets provoqués par l’expansion de ce mal qui n’a épargné aucune région de la planète.

Malgré cela, certaines reconnaissances sont susceptibles d’être admises: le déséquilibre environnemental causé par l’action humaine prédatrice est à l’origine du coronavirus; le transit global des personnes, quelles que soient leurs motivations, a brisé les frontières, a été freiné au cours de l’expansion de la maladie, mais remplacé par des déplacements virtuels; les mécanismes technologiques de la communication humaine se sont approfondis, qui se déplacent sans lien, que ce soit de manière vertueuse ou dissolvante; les activités de travail se sont principalement déplacées vers la sphère domestique, impactant l’univers des relations intimes, en éliminant la séparation entre les espaces publics et privés; les gouvernements ont été stupéfaits par la perversité et ont souvent répondu de manière erratique à ce qui s’est passé; la crise économique a frappé l’ensemble, mais a touché sans pitié les salariés et les travailleurs informels, aggravant le manque d’assistance; les politiques économiques dominantes ont été remises en question; la science, face à l’insolite, a été amenée à faire appel à des mesures connues depuis des millénaires, comme la quarantaine et la distance sociale; les pratiques pédagogiques sédimentées depuis des décennies ont été contraintes de s’adapter aux nouveaux formats; le sens civilisateur de l’école et les formes dominantes extraverties de sociabilité se sont refroidis; la consommation a été freinée, devant passer à l’achat de produits en ligne.

Toutes ces manifestations – et qui ont atteint les habitants de la planète – ont renversé les croyances, les comportements, les relations, bref, le mode de vie institué par la mondialité moderne. Son impact sur la production de connaissances, de culture et de science a été considérable, comme l’ont révélé des recherches récentes, en particulier dans le domaine des activités créatives. Après les premiers instants de perplexité, les Sciences Médicales et Biologiques ont dû accélérer leurs expérimentations, avec la découverte de vaccins en un temps record, et elles ont été obligées de mettre en place des mesures de santé et de prise en charge des patients pas toujours dans le domaine actuel. L’héritage laissé sera très positif, car les découvertes scientifiques ont été augmentées à un point tel qu’elles devraient devenir le bassin versant de la recherche future. La croyance en la puissance supérieure de la science, cependant, a été contredite par l’obscurantisme des gouvernements et des manifestations dans les réseaux sociaux. Mais la valorisation de la recherche scientifique doit être imposée, compte tenu des effets réducteurs de la vaccination. Il en résultera probablement une sorte d’humilité, qui découragera l’arrogance face au pouvoir illimité de la science et de la technologie spécialisées. Si on en sait beaucoup, il faudra en savoir beaucoup.

L’apprentissage qui en découlera dépendra, concomitamment, de la reconnaissance de la complexité de la pandémie, dont la solution est due à la concurrence de plusieurs autres disciplines et politiques étatiques qui peuvent briser le domaine effréné du mouvement des actifs sur le marché mondial. En d’autres termes, la pandémie a ouvert des inégalités sociales extrêmes à l’échelle mondiale, mais elle a entraîné la révélation d’un gradient de personnes non assistées, plus profond dans certaines régions que dans d’autres, mais commun à tous lorsqu’on considère les marqueurs ethno-raciaux. et le sexe. Le racisme, la domination des femmes et la pauvreté ont commencé à montrer le caractère inconvenant de la richesse de quelques-uns face à la misère du plus grand nombre. Dans ce scénario, les sciences de la santé devraient approfondir les liens avec les sciences humaines et sociales et postuler des politiques de santé intégrées, un système de santé solide et socialement complet.

Il est certain que l’agitation provoquée par la crise pandémique entraînera des changements dans les pratiques et la compréhension de la nature de la recherche scientifique. Dans ce pitch, les croyances néolibérales, qui ont réaffirmé l’idée d’un État minimum, avec une diminution conséquente des ressources pour les politiques sociales, devraient ouvrir des espaces à des initiatives publiques socialement compromises, qui sont la condition même de surmonter la calamité qui en résulte, dont les milliers de les morts sont des exemples douloureux, mais d’occurrence inégale, atteignant davantage les «inférieurs». La qualité des politiques gouvernementales devrait donc gagner en espace. En plus d’être conscients du résultat inéquitable des inégalités, qui nécessite la soumission de projets de santé, les politiques de préservation de l’environnement gagneront en importance, car la pandémie a mis en évidence les effets néfastes des pratiques prédatrices, qui en résultent des déséquilibres, qui sont à l’origine de la virus.

Enfin, d’autres développements sont annoncés, modifiant substantiellement la vie sociale, de manière objective et subjective. C’est la virtualité qui dictera le rythme de toutes les sphères de la coexistence humaine, dont l’ampleur et les conséquences imprévues ne peuvent pas encore être estimées avec certitude. Des millions d’habitants de la planète ont été contraints de profiter des technologies numériques, souvent avec de grandes difficultés. Le monde du travail est indifférencié de la sphère de l’intimité et de la famille, des personnes privées de leurs activités productives, du reste de l’obligation permanente. Si, pour les professions intellectuelles et artistiques, cette coexistence était déjà courante, le nouveau format commençait à exiger, cependant, l’accomplissement constant des tâches, sans délimitation d’horaires, en flux continu, du fait de l’activisme numérique qui prospérait dans le domaine de l’isolement, soit par par procuration, ou en imposant le rythme rapide imposé par la technologie. Dans cette perspective, la séparation entre la vie publique et privée a perdu son caractère spécifique, face à une culture des médias d’information qui en est venue à commander la dynamique de la société. Les effets seront pesants, puisque la communication médiatisée sera présente à l’horizon des sociétés contemporaines, progressant dans le champ du travail précaire, dissolvant la sphère privée dans sa perte d’autonomie. À de tels changements affectifs, les repères caractéristiques du monde connu jusqu’à l’année 2020 ne sont pas garantis.

Vous pourriez également aimer...