Le Brésil

On remonte 100 ans en arrière, on s’appauvrit et on perd encore Elza Soares

Comment gérer autant de retard ? Nous avons perdu Elza Soares, nous nous sommes appauvris artistiquement, nous avons perdu la voix du millénaire. Et nous continuons avec les vieux problèmes, plus le triste fait que nous commençons à perdre des enfants à cause du covid. Et nous continuons d’avoir la même résistance de la part du gouvernement fédéral, au point de suggérer que les décès d’enfants n’étaient pas suffisants pour générer des actions d’urgence, comme le déblocage et la promotion de leur vaccination immédiate. Les gouverneurs prennent, une fois de plus, l’initiative malgré la position fédérale. Qu’est-ce qui a changé de toute façon ?

Cela pourrait signifier que le Covid CPI n’a tout simplement rien généré. Difficile à gérer. On a l’impression de patiner dans l’histoire. L’économiste Eduardo Nunes dit, dans une de ses analyses, que ce gouvernement nous a emmenés à l’ère pré-Vargas, c’est-à-dire aux années 1920.

C’est 100 ans trop tard !

Il ne semble pas y avoir assez de sensibilisation pour traiter tout cela. On remonte au temps des vieux colonels, qui se cachent désormais derrière le nom pompeux d’agro-entrepreneurs.

Sans parler de l’augmentation de la violence contre la population indigène et quilombola et les défenseurs des droits de l’homme. En plus de la violence physique, nous avons la violence institutionnelle. Il y a eu une plainte selon laquelle le gouvernement fédéral pensait accorder aux garimpeiros la même reconnaissance que les peuples traditionnels, tels que les peuples autochtones et les quilombolas.

L’Anvisa, qui répondait à tous les souhaits des agro-industriels, en libérant les pires et les plus méprisés des pesticides, a été blâmée sans vergogne pour avoir recommandé la vaccination des enfants, reconnaissant la qualité technique des vaccins proposés.

Et les ministres se sont précipités pour rendre visite à l’enfant soupçonné d’avoir été lésé par le vaccin, ce qui a été rapidement démenti par un examen effectué par 10 techniciens reconnus.

Mais personne n’a vu le président s’ébranler devant les cataclysmes qui ont touché certains États de la fédération. Et c’est dans une année électorale !

Et le principal candidat possible à la présidence a été résisté pour avoir déclaré qu’il révoquerait la soi-disant réforme du travail, qui, en fait, était la légalisation du travail analogue à l’esclavage.

Il suffit de découvrir que le président dispose de ressources ou de données imprévues et que, de plus, il est revenu à la période d’avant la Révolution française. Et s’il ne l’a pas encore dit, il agit déjà comme si l’État, c’était lui.


Ariovaldo Ramos est coordinateur du Front des Evangéliques pour l’Etat de Droit. et présentateur À partir de maintenanttous les mercredis à 20h00 dans le TVT

Les articles de cette section n’expriment pas nécessairement l’opinion du RBA

Regardez cette semaine à partir d’ici

Vous pourriez également aimer...