Le Venezuela

Pas plus de deux millions de barils par jour

Les désirs renouvelés des Vénézuéliens d’aller travailler comme source de richesse pourraient trouver des freins voire des reculs dans l’indicateur tant vanté et douloureux installé dans l’imaginaire collectif d’atteindre à tout prix la production de pétrole la plus élevée possible.

Celui de produire et produire plus de pétrole a son ancrage au Venezuela, premier au monde en tant que premier exportateur de pétrole, une phrase qui exprime les intentions toujours sournoises des pays industrialisés de faire le plein d’essence bon marché.

Revenons en arrière. Notre histoire économique marquée par l’imposition de la quasi monodépendance de quelques ressources agricoles et naturelles, a soumis le pays aux revenus élevés et faibles des devises provenant des quasi mono-exportations correspondantes.

Que ce soit pour le cacao, le café, le pétrole, l’abondance des devises étrangères pour les exportations s’est traduite par des taux de change surévalués, des pesos ou des dollars bon marché, qui ont été chargés de cimenter une bourgeoisie commerciale importatrice, produit d’un modèle socio-économique qui écrase tout tentatives d’élever une production nationale autochtone et authentique, au point de la rendre incapable d’assimiler la masse élevée des devises étrangères à des investissements productifs.

Le résultat d’une telle intoxication monétaire a été « Los botaratas », comme l’a dit Rómulo Betancourt ; « Les bon marché, donnez-moi deux », lors du premier gouvernement de Carlos Andrés Pérez ; « Los raspacupos », à l’époque du président Hugo Chávez. La BCV enregistre que seulement en dépôts et en devises, les Vénézuéliens ont, fin 2019, plus de 133.000 millions de dollars.

Mais les grands bénéficiaires ont été les compagnies pétrolières elles-mêmes, les corrompues et le système financier international, tous habiles à manœuvrer pour faire rentrer dans leurs cartons les dollars payés pour les matières premières, le pétrole ; et plus d’une fois « les banques nous ont trompés » en obligeant les gouvernements à demander des prêts alors qu’ils n’en avaient pas besoin ; Eh bien, quand ils sont déjà fauchés et qu’ils en ont besoin, le FMI apparaît.

A sa manière, Pérez Alfonzo a dit « Assez de pétrole ». Le fondateur de l’OPEP a affirmé que dans la mesure où nous investissons dans l’exploration et parvenons avec succès à apporter de nouvelles réserves de pétrole au comptoir des ventes, dans la même mesure il devient plus difficile de réduire la production et de plafonner les revenus pétroliers.

Il s’est ainsi interrogé sur le fait que, sous l’imaginaire, l’expression produire et produire plus, synonyme d’abondance et d’efficacité, était devenue récurrente dans le discours politique des ministres du pétrole de certains gouvernements de l’Action Démocratique et du Copei, pour exprimer aux autorités américaines que le Venezuela était un fournisseur de pétrole sûr et fiable.

Difficile à casser, la thèse d’une production accrue a été prononcée par Luis Giusti, qui a été président de l’industrie entre 1994 et 1998, plus tard conseiller de Shell, qui lors de son ouverture pétrolière incluse dans le PDVSA prévoit d’augmenter la production à 6 millions de barils par an. journée.

Et il n’y est pas resté. Le programme gouvernemental d’Henrique Capriles, lorsqu’il était candidat à la Table de l’unité démocratique, proposait également de porter la production à 6 millions de barils par jour.

Et les plans de la Patrie 2013-2019 et 2019-2025, faits lois, programmes sociétaux du mouvement bolivarien, font leur chose avec le même chiffre de 6 millions de barils par jour : le premier le fixe comme objectif pour 2019 et le second pour 2025, montrant ainsi à quel point la culture PDVSA de « fournisseur fiable et sûr » domine l’industrie.

La proposition est que le Venezuela ne dépasse pas deux millions de barils par jour, en signe de son attention et de sa compréhension de la nécessité d’abolir la pauvreté et de lutter contre les problèmes environnementaux exacerbés par la crise systémique du néolibéralisme.

La proposition était déjà exposée dans l’article Produire plus de pétrole empêche le développement et détruit l’environnement, écrit dans ce média le 26 août 2020. Par la suite, le président du Mexique, Luis Manuel López Obrador, a soulevé une thèse de production similaire le 26 août 2021.

Les deux millions de barils par jour satisfont à la capacité moyenne de l’usine de raffinage nationale, répondent aux besoins en devises du pays et répondent aux engagements incontournables d’approvisionnements extérieurs déjà acquis.

La capacité nationale de raffinage est de 1,3 million de barils, mais aucune usine de raffinage ne fonctionne à 100 %, donc une moyenne de 60 % peut être prélevée, ce qui équivaut à 780 000 barils. 1 220 000 barils de pétrole brut seraient disponibles pour faire face aux engagements extérieurs.

La relance économique actuelle, alors que la production a été inférieure à un million de barils par jour, montre que le pays a besoin de moins de devises pétrolières pour relever ses indicateurs, même s’il est évident que l’Etat a besoin de devises pour augmenter les salaires et faire face aux dépenses d’éducation. , système sanitaire et judiciaire, car sans la force de ces trois secteurs il n’y a pas de projet de pays possible ; meurt avant de naître.

Plus de production, plus de dépendance aux importations, plus de destruction de l’establishment industriel national, plus d’écocides, plus de déchets, plus de corruption. L’idée est de produire de moins en moins car nous atteignons un développement industriel fort et diversifié, ce qui nous rend chaque jour moins dépendant des hydrocarbures.

La thèse antinéolibérale est de produire de moins en moins de pétrole. L’économie doit répondre et être liée, ensuite, à l’évaluation pragmatique d’indicateurs environnementaux et économiques qui montrent le respect de notre immense et belle diversité biologique, que les revenus de l’exportation d’articles autres que les hydrocarbures soient renforcés, ainsi que la croissance du pouvoir d’échange et la consommation de la population des produits générés par l’industrie nationale.

Vous pourriez également aimer...