Le Brésil

Paulo Freire Occupation – Journal USP

LES L’extrême droite brésilienne n’aurait jamais imaginé que l’esprit de Paulo Freire nous habiterait et nous donnerait autant d’énergie.

Au Brésil depuis l’année dernière, tous les freirianos se rassemblent, se parlent et conquièrent de nouveaux lecteurs et interprètes des idées de Paulo Freire.

Le Coletivo Paulo Freire, très bien coordonné par ceux qui ont travaillé avec lui, a espéré pour nous tous et vient de lancer le livre de 100 ans écrit par 100 collaborateurs.

Le jour exact de l’anniversaire de Paulo Freire, Itaú Cultural a ouvert Ocupação Paulo Freire, au deuxième étage de son immeuble. Heureusement, il sera ouvert jusqu’en décembre et j’exhorte tous ceux qui veulent l’annuler et ceux qui ne sont pas d’accord avec la tentative de détruire les idées de Freire à le visiter.

Les organisateurs de l’occupation ont donné à l’installation une apparence joyeuse, choisissant des extraits de vidéos qui le présentent dans des conversations détendues. Dans l’une des vidéos, lui, qui était un grand conteur, raconte avoir été surpris par l’assimilation inconsciente des normes culturelles et des préjugés qu’il m’avait dit à moi et à mon mari dans le passé. Voici l’histoire : dans son exil au Chili, il s’est lié d’amitié avec un enseignant ; un jour, les deux discutaient et Paulo Freire met sa main sur l’épaule de son collègue pendant qu’il parle, ce qui était une habitude pour lui à Recife. L’ami gêné l’avertit qu’au Chili, un homme ne met pas sa main sur l’épaule d’un autre homme, car cela pourrait être mal interprété.

Il rentre chez lui en pensant qu’il doit y avoir quelque chose qui ne va pas dans ce pays pour condamner un simple geste d’affection.

Plus tard, en Tanzanie, en Afrique, il quitte une classe avec un camarade de classe pour se promener sur le campus et le camarade de classe lui prend la main et s’éloigne. C’est donc au tour de Paulo Freire d’être très embarrassé, se demandant ce que diraient ses amis de Recife en le voyant marcher main dans la main avec un autre homme, et dès qu’il le peut, il garde la main dans sa poche. Les interdits culturels affectifs nous pénètrent sans en avoir conscience.

L’épistémologie de Paulo Freire est fondée sur la prise de conscience et le dialogue qui conduisent à la décolonisation de soi et de l’histoire.

Parmi les nombreuses photos révélant sa personnalité captivante, il y en a une à la Semana de Arte e Ensino à ECA 1980 et beaucoup de matériel réalisé en espagnol inconnu au Brésil. La scénographie de l’exposition est très attrayante, claire et ondulante, motivante et accueillante.

Parmi les livres exposés avec les commentaires de Paulo Freire dans le livre lui-même (marginal) figure celui d’Aldous Huxley, un grand critique de la civilisation européenne que ma génération lisait avidement. Paulo Freire est un décolonialiste, ce n’est donc pas un hasard si son Occupation, numéro 53, coïncide avec le numéro 52, en l’honneur de Sueli Carneiro, un intellectuel noir qui a mené la lutte antiraciste en tant qu’activiste, philosophe et philosophe très intelligent et intrépide. professeur. Dans cette exposition, la fille de Sueli raconte une histoire amusante. Elle demandait souvent à acheter quelque chose, et sa mère disait qu’elle ne pouvait pas parce qu’elle était « dure ». Un jour, elle a demandé :

« Maman, est-ce que tu m’achèteras ça quand tu seras ‘doux’ ?

Les occupations d’Itaú cultural constituent l’un des premiers projets culturels et de curatelle à décoloniser à São Paulo. Les professions s’approprient les méthodes de recherche féministes et les méthodes fondées sur l’histoire de la vie.

Le décolonialisme se développe à travers des actions et pas seulement un discours verbal. La décolonialité dans les musées et les centres culturels est la prise de conscience de la pratique. Les déguisements de multiculturalisme addictif que nous voyons dans la plupart des musées ne fonctionnent plus.

C’est-à-dire faire une exposition qui exalte les codes de l’art blanc européen et nord-américain et, au milieu du white cube, modèle copié d’Europe, placer une pièce, peinture, dessin ou sculpture d’un artiste indigène ou afro pour faire semblant égalitarisme.

C’est la pratique instrumentale du colonisateur pour faire proliférer le processus caché de colonisation qui nous a anéantis depuis 500 ans.

Une « veillée civique » est nécessaire pour nous défendre du colonialisme insidieux.

Vous pourriez également aimer...