Le Brésil

«  PEC Emergencial  »: le rapporteur recule et supprime le déliement de la santé et de l’éducation

São Paulo – Le déliement du plancher constitutionnel minimum pour les investissements dans la santé et l’éducation, qui est inclus dans la proposition d’amendement à la Constitution (PEC) 186, connu sous le nom de PEC d’urgence, devrait tomber. Ce vendredi (26), la chaîne CNN, le rapporteur du projet du Sénat, Márcio Bittar (MDB-AC), a admis qu’il supprimera de son avis l’article qui ouvre la possibilité de coupes dans les domaines des services essentiels.

Selon lui, la décision est intervenue après s’être rendu compte que la majorité des sénateurs étaient contre la mesure. «Ce que nous avons vu en plénière aujourd’hui, c’est que le Sénat l’a pratiquement enterré, a montré qu’il était contre le déliement et qu’il était contre même le débat. Si je gardais le désengagement, je pourrais compromettre l’ensemble du processus », a-t-il déclaré à la CNN.

La nouvelle a été célébrée par l’opposition via les réseaux sociaux. La députée fédérale Jandira Feghali (PCdoB-RJ) a qualifié la retraite de «victoire». «Le texte doit encore beaucoup s’améliorer, garantissant l’aide d’urgence dans sa valeur d’origine! Nous allons lutter pour que ce thème, oui, soit urgent », a-t-il tweeté.

La députée Fernanda Melchionna (Psol-RS) a déclaré que la pression populaire avait un effet. Hier (25), le hastag #AuxilioSimDesmonteNao était parmi les plus commentés sur Twitter. « Il est de plus en plus difficile de maintenir le déliement des ressources de santé et d’éducation dans le PEC 186. C’est le résultat de la pression qui doit être suivie pour garantir l’aide d’urgence sans mentir le chantage des élites », a-t-elle déclaré.

Tribunaux pénaux

L’idée de la proposition de permettre la migration des ressources de santé et d’éducation vers d’autres zones a été incluse dans le PEC 186. La contrepartie du retour de l’aide d’urgence a été imposée par le ministre de l’Économie, Paulo Guedes, dont l’action a été classée comme  » chantage »pour retirer plus de droits à la population.

Dans une interview avec Radio Brésil actuelle, ce vendredi, le médecin hygiéniste Arthur Chioro, ancien ministre de la Santé, affirme que les éventuelles coupes représenteraient un démantèlement majeur dans le domaine de la santé. «Le plafond des dépenses PEC a déjà entraîné une perte de 21 milliards de reais pour le système de santé unifié (SUS) au cours des trois dernières années. En gelant les ressources de santé pour 2021, au milieu d’une pandémie, le ministère de la Santé a perdu 37 milliards de reais supplémentaires. Objectivement, la logique du déliement est d’élargir l’espace de privatisation et de détruire le réseau de protection sociale », a-t-il déclaré au journaliste Marilu Cabañas.

Pour le coordinateur de la Campagne nationale pour le droit à l’éducation, Daniel Cara, la déconnexion du PEC d’urgence entraînerait une perte de 90 milliards de reais pour l’éducation. « L’argument des partisans parlementaires de Bolsonaro est de pousser le programme Future-up, avec ce PEC, qui privatiserait l’enseignement supérieur brésilien », a-t-il critiqué.

Vous pourriez également aimer...