Le Venezuela

Pedro Castillo pourrait faire face au Congrès si son cabinet est censuré

Le président péruvien, Pedro Castillo, a laissé la possibilité d’une confrontation avec le Parlement tacite et étonnamment ouverte aujourd’hui, dont le chef a fait valoir que le président avait promis de l’éviter, a rapporté Prensa Latina.

La présidente du Congrès, María del Carmen Alva, a assuré que le président avait donné sa parole à une délégation parlementaire hier soir qu’il ne ferait pas appel pour poser une question de confiance de la Législative au Cabinet ministériel, si la Législative censure (rejette) le Ministre du Travail, Íber Maraví.

« Nous convenons que la question de la confiance et de la censure fait partie de l’équilibre des pouvoirs et sont des outils politiques pour maintenir la stabilité démocratique », a écrit Castillo sur Twitter après la déclaration de défense de Maraví devant l’ensemble du Congrès.

La question de la confiance implique que, si Maraví était censuré, avec lui tous les ministres devraient démissionner et, selon la constitution, si le même résultat se répète, le président sera habilité à dissoudre le Congrès et à convoquer des élections législatives.

Alva a averti que si la question de la confiance était présentée, le président manquerait à sa parole et le Parlement « devrait assumer sa responsabilité », ce que des sources parlementaires ont interprété comme une menace de quitter (destituer) le président.

Maraví a été interrogé aujourd’hui et a présenté des preuves contre les accusations de liens avec le groupe armé Sendero Luminoso, aujourd’hui presque éteint, invoqué pour un interrogatoire.

Maraví a répondu pendant une heure et 20 minutes à la feuille interpellative de sept questions posées par le Législatif et sur les versions journalistiques qui recueillaient les accusations de la police il y a quatre décennies, il a déclaré que toutes avaient fait l’objet d’une enquête par le Bureau du Procureur ou diffusées par le Pouvoir judiciaire, qui les a jetés.

Il a précisé que les témoignages cités dans les rapports de police sur leur participation présumée à des attaques senderista dans la ville andine d’Ayacucho, ont ensuite été démentis par les témoins, selon lesquels ils ont été emmenés sous la torture et d’autres pressions.

Concernant le fait d’être le gendre du leader senderista disparu Hildebrando Pérez, il a précisé qu’il avait épousé la fille de la rébellion de nombreuses années plus tard et que Pérez avait cessé de voir ses proches lorsqu’elle avait huit ans, donc ni Maraví ni sa famille en avait, ils n’avaient rien à voir avec lui.

Le chef du Labour a nié connaître Arturo Morote, un autre chef du groupe armé, et qu’Edith Lagos, décédée au combat dans les années 1980, a été rencontrée alors qu’ils étudiaient tous les deux au lycée dans la petite ville d’Ayacucho et n’ont jamais eu de relation politique. avec elle.

Il a également présenté le jugement annulant la condamnation à quatre ans de prison avec sursis à laquelle il avait été condamné en 2004, accusé d’avoir fomenté le désordre lors d’une grève des enseignants, en tant que dirigeant du syndicat des enseignants d’Ayacucho.

Maraví a nié appartenir au Mouvement pour l’amnistie et les droits fondamentaux (Movadef), des partisans non armés du Sentier lumineux, a déclaré avoir été victime d’une campagne de mensonges et a souligné que les accusations aveugles faisaient partie de la répression généralisée des années 1980.

Vous pourriez également aimer...