La Colombie

Petit chaperon rouge et oeufs

26 juillet 2020-11: 40 p. m.
Pour:

Victor Diusabá Rojas

Si l'on ajoute le règlement qui est destiné à l'étiquetage des œufs que nous consommons, plus la proposition de mettre fin à l'exportation maritime d'animaux vivants, assez chargé que le Congrès sera dans les prochains mois. Ce qu'il serait bon de savoir, c'est où se trouve la chose urgente et importante dans ce pays, surtout face aux besoins urgents que la pandémie nous laisse au quotidien.

Et je ne dis pas qu'il est mal de nous dire d'où vient notre nourriture ou comment les êtres destinés à notre alimentation sont traités. Seulement, cela me semble insultant de parler en ces termes de nourriture – œufs, poulet, viande – qui sont si étrangers dans de nombreux foyers colombiens, ceux-là même qui se battent quotidiennement pour leur propre subsistance et vivent maintenant dans des conditions pires en raison de la pandémie.

Ou plutôt, ils voulaient déjà, les plus pauvres (13,07 millions de personnes en situation de pauvreté monétaire en juillet de l'année dernière, combien d'autres aujourd'hui?) Avoir ce débat pour savoir s'ils préfèrent faire étiqueter leurs œufs ou leur dire si le surlonge Angus, moyen, est venu, ou est parti, en classe affaires ou en classe économique. Je comprends cela en Autriche, en Suède ou au Danemark. Pas ici, c'est Cundinamarca et ce sera pour longtemps.

Ce que les promoteurs des deux initiatives (le sénateur Juan Luis Castro et Andrea Padilla, conseiller animalier de Bogotá, militants du mouvement animal autoproclamé) voudraient seulement, c'est retirer des cages et des abris environ 60 millions d'oiseaux afin qu'ils ne soient pas soumis à de ce qu'ils considèrent comme des mauvais traitements et, par conséquent, les œufs pondus par les poulets, dans un environnement de liberté et de plein exercice des droits, contiennent une qualité supérieure et moins de stress.

Le bétail est moins clair. En principe, il semble réglementer le transport par mer, mais … Mais, et là, la question est, il y a des moments où eux, les législateurs, glissent une nouvelle portée dans leur proposition ambitieuse: ce que l'on cherche, c'est d'y mettre fin. type de transport; et l'exportation, bien sûr.

C'est alors qu'il me semble qu'il y a ici plus qu'une simple coïncidence, au point de penser qu'une chose est reliée à l'autre dans la poursuite du véritable but: à la longue, retirer les deux produits de notre chaîne alimentaire. Pour cela, d'abord, les producteurs sont acculés et, dans le même temps, il sert à proposer des alternatives au consommateur dans le rêve infini de certains: un monde vegan, sans droit à la dissidence.

Je veux dire, il me semble. Et je sais que les vignobles pseudo-animaliers (forts et avec beaucoup d'argent, grâce aux parrainages qu'ils ont) me tomberont dessus à cause de mon statut de tauromachie, comme je le suis fièrement; en plus d'animaux, basé sur ma défense du taureau courageux.

Oui, Castro et Padilla, je sens que vous voulez nous mettre tous dans le même troupeau (ce qui se rapproche le plus du fascisme). Et pas seulement cela, mais j'ai un indice:

«Sur tous les sujets, nous nous débrouillons bien mais pas sur la consommation», déclare Padilla. Et cela a à voir avec l'habitude, les gens ne veulent pas arrêter. Vous demandez à quelqu'un s'il va utiliser des peaux d'animaux et il vous dit non, s'il va assister à une corrida, et ni l'un ni l'autre. Les gens ne vont pas aux cirques. S'ils veulent un meilleur chat, ils l'adoptent. Mais demandez aux gens s'ils laisseraient la viande (…) Je ne touche pas à la viande, ils disent: ne touchez pas aux œufs ».

Qui dit ça? Andrea Padilla elle-même, dans une interview avec Cartel Urbano en juillet de l'année dernière. A qui avez-vous dit? À vous, à vous et à vous. C'est-à-dire à nous tous qui sommes incapables de renoncer à la viande et aux œufs. Un «singe» géant et pas exactement enfermé. C'est plutôt blanc, dit-elle.

Messieurs du Congrès, vous verrez jusqu'où vous comptez aller pour le bien de notre santé et du respect des animaux. Mais, au moins pour moi, cette version du nouveau «Petit Chaperon Rouge» me semble écrite par le f big bad wolf ».

Suivez sur Twitter @VictorDiusabaR

Vous pourriez également aimer...