Le Brésil

Petrobras, haine et politique – Jornal da USP

Qu’est-ce qui explique l’indifférence de la population à l’égard des politiques incapables de réduire la mortalité en cas d’épidémie?

Par Janice Theodoro da Silva

«Petrobras, la Cour suprême fédérale, la Fondation Oswaldo Cruz, l’Institut Butantan et les médias sont devenus des objets de haine» – Photo: Petrobras Disclosure

Petrobras, la Cour suprême fédérale (STF) au Brésil, la Fondation Oswaldo Cruz (Fiocruz), l’Institut Butantan et les principaux moyens de communication (chaînes de télévision et journaux) sont devenus des para-haines. Les agressions politico-personnelles faites par Daniel Silveira (député fédéral, PSL / Rio de Janeiro) au STF, au Brésil, sont de même nature que les agressions faites au Congrès américain après les élections de Biden. Examiner la violence contre les infirmières, contre les femmes, les homosexuels, les Noirs et d’autres minorités. Quelle est la signification politique de ces interventions et quelle est la source de tant de violence?

Première impulsion: la logique apparente

Au vu des faits, la première impulsion est de répondre de manière rationnelle aux attaques portées contre Petrobras en publiant son bilan, au STF, affirmant l’importance de la séparation des pouvoirs pour la démocratie. Ensuite, défendez l’application des vaccins et la valorisation du rôle des médecins et des infirmières. Et soutenez les médias, valorisant l’importance de la science et dénonçant les fausses nouvelles.

Il semble simple, logique et rationnel de défendre des personnes, des institutions et des réseaux de communication qui sont des objets de haine injustifiée.

Le problème

Ce que nous voyons dans le monde contemporain n’est pas simple et ne peut être expliqué par une logique apparente. Nous sommes confrontés à un nouveau phénomène politico-social dont la genèse se situe dans une longue période d’approfondissement des inégalités sociales, de différenciation et d’infériorisation de larges couches sociales. Ce processus s’est accompagné d’une expansion correspondante de soi (individualisme), stimulée par l’utilisation intense des réseaux sociaux. Les nouveaux médias (Instagram, Facebook, podcasts, entre autres, avec des centaines et des milliers d ‘«amis») prouvent la croissance des comportements narcissiques et individualistes. Une visibilité excessive sur les réseaux sociaux ne produit pas toujours l’effet escompté, c’est-à-dire la reconnaissance sociale. La plupart du temps, c’est le contraire qui se produit, la frustration.

L’antidote le plus fréquent à ce malaise social est l’utilisation d’une scénographie flashy, en désaccord avec les circonstances: porter une veste verte ou porter des costumes dans des situations inhabituelles. Un autre instrument est la langue. Les métaphores peuvent attirer l’attention, en particulier celles qui font référence aux objets et aux animaux. Retourner l’alligator, prendre du détergent, entre autres. Une métaphore suggestive peut produire un moment de gloire, si les médias se répètent. Mais, malgré l’effort linguistique, le geste d’attirer l’attention ne satisfait pas l’expéditeur du message. La sensation d’un désir insatisfait reste dans le subconscient de l’auteur. En d’autres termes, le modèle de représentation politique de la société dans laquelle elle vit, exprimé scénographiquement par le pouvoir judiciaire et d’autres institutions de pouvoir et de pouvoir, est injuste.

Qui sont ces nouveaux agents sur la scène politique?

Ils peuvent être pauvres, faire partie de la classe moyenne ou être riches, voire très riches. Ils sont ambitieux, mais ils n’ont pas les outils (politiques, éducatifs, personnels, émotionnels) pour atteindre leurs objectifs (pouvoir). Ils recherchent une reconnaissance politique et sociale, mais ont du mal à maintenir ou à nouer des amitiés et des relations stables au sein de groupes ou de partis. Ils sont belliqueux et évaluent la réalité à travers le prisme de la guerre et qualifient l’autre (toujours contenu dans la dissidence) d’ennemi. Ils sont attachés au risque et n’excluent pas la possibilité d’une mort utile dans leurs actions, lorsque cela convient à leurs intérêts et à leur champ politique. Ils ne considèrent pas l’être humain comme une catégorie universelle et ne lui attribuent pas de valeur. Ils s’identifient facilement aux thèmes nationalistes et exclusifs, du fait de leur attachement à l’idée de frontières et de différenciation (nationale, sociale et ethnique). Ils aiment les murs et ne valorisent que les Blancs. Ils sont souvent antisémites, sexistes, masculinistes et racistes. Ils reconnaissent le monde à travers des clichés et des stéréotypes. Ils montrent de l’irritation face à certains mots, tels que: vérité, justice, doute et droits de l’homme. Ils n’aiment pas la conversation ou la discussion et valorisent l’autoritarisme et l’obéissance dans leur dimension militaire. Ils défendent l’élimination des opposants et l’effacement des espaces de mémoire et d’histoire.

Député fédéral Daniel Silveira – Photo: Reproduction TV Globo via le Sénat fédéral

Les plus agressifs sont les masculinistes. Ils détestent les femmes, défendent l’idée qu’ils devraient être chassés et utilisés uniquement pour la reproduction. Ils portent des vêtements en cuir, des tatouages, produisent et diffusent une culture homoérotique. Une esthétique théâtrale violente est essentielle pour gagner et maintenir une visibilité. Ce mécontentement, d’une vie sans lumière, sans applaudissements, sans amis, conduit ce personnage vers la politique à la recherche de ce qui manque, répondant à l’humiliation par la vengeance, résultat d’asymétries historiques.

Quelles formes de représentation politique peuvent répondre aux asymétries profondes et aux invisibilités socioculturelles?

La haine est une colère excessive accumulée dans la société. Quelle est la racine?

Un peu d’histoire

Les inégalités, la faim et le manque de liberté à diverses époques de l’histoire ont conduit à des soulèvements de population. La Révolution française, par exemple, a éclaté le jour où le prix du pain était le plus élevé, mettant en évidence la racine du conflit: des ressources limitées pour survivre et des dépenses excessives des monarques. Dans les sociétés modernes et démocratiques, la politique était menée par des partis qui, par le biais de négociations, cherchaient à lutter contre les asymétries économiques et politiques et à mettre en œuvre leurs projets (avec plus ou moins de succès).

Bien que, de nos jours, en particulier au Brésil, la plupart des partis se soient éloignés de leurs programmes et projets politiques, certaines tendances sont restées marquantes dans les projets. Ils peuvent être plus ou moins étatistes, plus ou moins soucieux de l’environnement, des politiques sociales et des changements de coutumes. Ces lignes directrices réunissaient et séparaient les membres du Congrès, rendaient plus ou moins difficile l’action de l’Exécutif et, après la Constitution de 1988, ils vivaient avec les décisions du pouvoir judiciaire, dans leur rôle de gardiens de la Constitution.

Les élections de Jair Bolsonaro et Donald Trump ont représenté une rupture avec les modèles traditionnels de formes de représentation politique. Un grand nombre d’électeurs marqués par une formation précaire et attachés à un schéma coutumier traditionnel, profondément conservateur, raciste et sexiste, plus lié aux coutumes de la campagne que de la ville, sont entrés en scène. Dans le cas du Brésil et des États-Unis, ce programme était lié à une vision libérale (libre de marché) de l’économie. Le marché financier, dans le cas brésilien, était enthousiaste, en particulier avec les annonces de privatisation, et considérait l’agenda culturel comme une question moins importante. Il était courant de considérer un développement économique capable d’améliorer l’éducation et la santé et de favoriser la liberté des coutumes et même l’éthique, sans qu’il soit nécessaire de mettre davantage l’accent sur ces directives. Ils viendraient en remorque.

Les hypothèses soulevées ne prenaient pas en compte les changements profonds survenus dans la société, notamment les nouvelles logiques du champ médiatique et leurs interférences dans la politique. Peu de partis ont observé les nouvelles formes d’inégalité, en particulier dans le domaine culturel. Ces nouveaux acteurs sociaux ont pu produire et mobiliser, sur les réseaux sociaux, un grand capital symbolique, éloigné des champs politiques traditionnels et proche d’un moi élargi, porté par une longue chaîne de frustrations. L’acteur Jair Bolsonaro est entré sur la scène politique sans lien avec les intérêts du parti, marqué par une envie de construire sa propre voie, sans connaissance des choses, sa manière de voir le monde. Il a gardé comme profil l’attachement au risque, les situations de violence et de guerre, l’indifférence à la mort, attentif aux positions clés et aux positions de pouvoir.

Jair Bolsonaro et Donald Trump – Photomontage: Journal de l’USP à propos de la photo par Isac Nóbrega-PR / Agência Pública

En voici un exemple: le cas de Petrobras. Le licenciement de Roberto Castello Branco, une position de pouvoir et de visibilité, démontre ce que signifie un moi élargi et son éloignement des projets politiques et économiques. Il ne s’agit pas ici de discuter du projet économique proposé par son ministre Paulo Guedes, mais de pratiques politiques axées sur la persécution et l’élimination des ennemis, quel que soit le projet auquel ils sont liés. Encore une fois, la politique est la volonté d’un seul.

Le président dit: «Je n’ai pas peur de changer, non. La semaine prochaine, il devrait y avoir plus de changement. Et le changement avec moi n’est pas grave, non, c’est un requin »(L’État de S. Paulo, 21/02/2021). Bolsonaro, loin de ses engagements électoraux, veut faire preuve de force, il n’a pas peur, il est de sexe masculin. C’est la place centrale de sa politique, car il se fait voir au centre du spectacle du pouvoir, un spectacle qu’il a regardé pendant des années assis au dernier rang du cinéma. De député sans importance au Congrès (infériorisation) à président du Brésil, en élargissant le soi, de «bagrinho para tubarão», comme il a lui-même caractérisé sa décision indiquant un nouveau chef pour Petrobras. Il n’y a pas de projet politique, il peut en être un aujourd’hui, demain un autre. Ce qui se dévoile, c’est la volonté de puissance d’un personnage qui siégeait au dernier rang du cinéma.

L’autre exemple est le cas des vélos. André Shalders (L’État de São Paulo, 22/02/2021), interrogeant le vice-président de la Chambre, Marcelo Ramos (PL-Amazonas), commente que le président prend certaines décisions par impulsion parce que quelqu’un lui a suggéré, en faisant du vélo, une décharge fiscale. Encore une fois la volonté de l’un, sans politique indiquant la direction de l’économie.

La partie la plus compliquée de ce véritable feuilleton est que 32,9% des Brésiliens soutiennent Bolsonaro et 43,5% soutiennent sa performance personnelle. Ces données sont effrayantes si l’on pense à la pandémie, avec plus de 250 000 morts et, malgré la tragédie, son approbation reste parmi un nombre important de personnes.

Qu’est-ce qui explique l’option d’aliénation politique et l’indifférence de la population aux politiques publiques incapables de faire baisser la mortalité en pleine épidémie?

Selon le président de l’IBGE, Eduardo Nunes, en 1960, le revenu total des 10% les plus riches était 34 fois plus élevé que celui des 10% les plus pauvres. Trente ans plus tard, la différence était passée à 60 fois. Le pays est passé du rural à l’urbain. En 1949, 69% de la population vivait à la campagne et, en 2000, seulement 19%. Deep Brazil a gagné une voix. Les élites politiques, marquées par une supériorité intrinsèque et une sensibilité déconnectée de la vie réelle, ont trouvé un partenaire, soi-disant lié au marché libre, «un peu» extravagant.

La circonstance m’a rappelé la dernière scène du film Brûlé (réalisé par Gillo Pontecorvo). Marlon Brando, représentant un Anglais, manipule politiquement la population d’une île des Caraïbes, en raison des intérêts économiques d’une élite. Il pensait qu’il était toujours possible de tromper et de manipuler les habitants de l’île, naïfs et incompétents. Mais, dans la dernière scène, un sympathique porteur de valise offre ses services (tenant la valise) et, au milieu de sourires et d’un regard soumis, donne un coup de couteau, tuant le protagoniste puissant et arrogant: sur le papier, l’acteur Marlon Brando.

Un résumé de l’opéra, avec Lacan on peut réfléchir: la racine du problème est-elle contenue dans la construction ou dans la déconstruction de soi? De quel côté de la pyramide (représentant la population et le revenu)? D’en haut ou d’en bas? Quelle est la place de la crise et comment reformuler la critique dans l’économie et en politique?

Janice Theodoro da Silva est professeur au Département d’histoire de la Faculté de philosophie, lettres et sciences humaines (FFLCH) à l’USP

Vous pourriez également aimer...