Le Venezuela

Pfizer met en garde contre la nécessité d’une éventuelle troisième dose

Les personnes qui ont reçu le vaccin Pfizer auront « probablement » besoin d’une troisième dose dans un délai de six mois à un an, puis probablement d’une injection chaque année, a déclaré le chef du géant pharmaceutique américain.

« Une hypothèse probable est qu’une troisième dose est nécessaire, entre six et 12 mois, et à partir de là, il faudra vacciner chaque année, mais tout cela reste à confirmer », a déclaré le PDG de Pfizer Albert Bourla, dans un communiqué publié jeudi par CNBC.

« Et d’un autre côté, les variantes joueront un rôle fondamental », a-t-il ajouté.

« Il est extrêmement important de minimiser le nombre de personnes vulnérables au virus », a poursuivi Bourla.

Auparavant, le directeur de la cellule anti-covid de l’administration Biden avait également assuré que les Américains devraient s’attendre à recevoir une injection de rappel du vaccin pour se protéger des variantes circulantes du coronavirus.

« Pour le moment, nous ne savons pas tout », a reconnu le docteur David Kessler lors d’une audition devant les législateurs américains.

« Nous étudions la durée de la réponse anticorps », a-t-il déclaré.

L’alliance Pfizer / BioNTech avait déjà annoncé en février qu’elle étudiait les effets d’une troisième dose de son variant de vaccin dans une étude clinique.

Administré en deux doses, ce vaccin, comme celui de Moderna, utilise une technologie innovante d’ARN messager, qui n’a jamais été utilisée auparavant dans la vie réelle.

À l’heure actuelle, ces deux vaccins sont ceux qui fonctionnent le mieux, le vaccin Pfizer / BioNTech montrant une efficacité de 95% contre COVID-19 et 94,1% de Moderna, selon des études cliniques.

Vous pourriez également aimer...