Le Venezuela

Plus de 50 femmes assassinées au Chili en 2020

Avec plus de cinquante femmes tuées cette année, le Chili commémore pour la première fois la Journée nationale contre le féminicide, un mal qui s’accentue au milieu de la pandémie.

Le ministère de la Femme et de l'Égalité des genres compte jusqu'à présent 40 cas en 2020, mais le Réseau chilien contre la violence à l'égard des femmes ajoute 13 autres meurtres fondés sur la violence de genre, bien qu'ils ne soient pas qualifiés de fémicides dans la loi qui criminalise ce crime.

Les données qui accentuent la gravité de cette situation indiquent que parmi les crimes officiellement enregistrés, un tiers concernait des femmes qui avaient déjà déclaré être victimes d'abus.

De plus, 65 pour cent des agresseurs étaient le partenaire de la victime au moment du décès et 25 pour cent l'étaient.

La moitié des personnes assassinées avaient entre 15 et 30 ans, 28% entre 31 et 45 ans, mais il y avait aussi d'autres âges et, comme l'une des conséquences les plus regrettables de ces événements, 50 mineurs sont devenus orphelins de leur mère.

Les autorités et les organisations sont de plus en plus préoccupées par ce problème, car en raison de l'isolement nécessaire pendant de longs mois pour faire face à la pandémie de Covid-19, le danger pour les victimes de violence domestique a augmenté.

Dans une déclaration à l'occasion de cette date, le Réseau chilien contre la violence à l'égard des femmes et d'autres organisations sociales ont souligné que, bien que la sensibilisation à la violence patriarcale se renforce, en particulier parmi les femmes, elle continue d'être un problème urgent à résoudre.

En plus des 53 fémicides enregistrés par ce réseau, on estime que les tentatives d'assassinat représentent trois fois le nombre commis, et cette organisation souligne également que depuis 2017, 80 décès de femmes sont restés flous.

Le communiqué souligne que les fémicides sont l'aboutissement d'une violence continue à laquelle les femmes sont confrontées tout au long de leur vie et qu'il est nécessaire de faire face à toutes les manifestations qui se produisent et se reproduisent dans des espaces différents, afin de vraiment prévenir les meurtres sexistes. .

De même, il indique qu '«  il ne sera pas possible d'éradiquer le fémicide tant que les différentes pratiques patriarcales inscrites dans la société et la culture ne seront pas éradiquées' 'et critiqué «  la négligence de l'État et le manque de volonté politique de résoudre ce problème dans un intégral'. / Presse latine

Vous pourriez également aimer...