Le Brésil

Plus isolé, Bolsonaro menace STF et signe l’état d’urgence

São Paulo – En plus d’avoir encouragé des actes de coup d’État et des agendas antidémocratiques ce 7 septembre à Brasilia, Jair Bolsonaro s’est adressé à ses partisans lors de la manifestation matinale à Brasilia, avec un discours sur un ton menaçant. D’une part, il a attaqué et menacé la présidente du Tribunal fédéral (STF), Luz Fux. « Soit le chef de ce Pouvoir encadre le sien, soit ce Pouvoir peut subir ce que nous ne voulons pas. Parce que nous valorisons et reconnaissons le Pouvoir de chaque République. Nous tous ici à Praça dos Três Poderes jurons de respecter notre Constitution. Quiconque agit en dehors de celui-ci s’intègre ou demande à partir », a-t-il déclaré.

La demande d’inscription fait référence au ministre Alexandre de Moraes, qui a pris des mesures sévères contre le portefeuille et ordonné l’arrestation de fauteurs de troubles qui menacent les institutions et les autorités. Le public qui a assisté à l’acte antidémocratique était plus petit que prévu par Bolsonaro et le gouvernement, bien qu’il ait été financé par l’agro-industrie.

En revanche, il a annoncé au public qu’il se réunira demain (8) avec le Conseil de la République. Il s’agit d’un organe consultatif dont la composition est la suivante : Vice-président de la République, Président de la Chambre des députés, Président du Sénat, Chefs des majorités et des minorités à la Chambre, Chefs des majorités et des minorités au Sénat, Ministre de la Justice, en en plus de six citoyens brésiliens natifs, âgés de plus de 35 ans.

« Demain, je serai au Conseil de la République, avec les ministres, avec le président de la Chambre, du Sénat et du Tribunal fédéral, avec cette photo de vous montrant où nous devons tous aller », a-t-il promis. Il s’avère que, comme le rapporte la presse, aucun des chefs de puissance ne semble être au courant de la réunion.

Il appartient au Conseil de la République de se prononcer sur l’intervention fédérale, l’état de défense et l’état de siège et « les questions relatives à la stabilité des institutions démocratiques ».

Les manifestations à Brasilia ont confirmé l’isolement croissant de Bolsonaro. En plus de ne pas être apparemment au courant de la réunion, Fux et le président du Sénat, Rodrigo Pacheco (DEM-MG), et la Chambre des députés, Arthur Lira (PP-AL), ont été invités à participer au drapeau brésilien. -cérémonie d’élévation au palais d’Alvorada, mais ils ne sont pas apparus. Lira n’était même pas à Brasilia.

« Ranimer Hitler »

Sur Facebook, le juriste Pedro Serrano a commenté la « convocation » du chef du gouvernement. « Bolsonaro a dit qu’il convoquerait le Conseil de la République. La manifestation du Concile est une condition pour décréter l’état de siège ou de défense. Le coup peut venir sous la forme « à l’ancienne » de l’état d’exception. Nous pourrons ressusciter Hitler avec son exception décrétée à cause de l’incendie du Reichstag », écrit-il.

Vous pourriez également aimer...