Le Brésil

politiques, actions et défis en révision permanente – Jornal da USP

ÇDans le but d’accélérer l’accès des patients du Système de santé unifié (SUS) au diagnostic, aux médicaments et aux traitements, une série de propositions et de lois ont émergé au fil des ans. Ainsi, en 2008, par exemple, la loi 11.664 a assuré le test Pap à toutes les femmes ayant commencé leur vie sexuelle, quel que soit leur âge, ainsi que la mammographie, dès l’âge de 40 ans, sans exclusion.

Cependant, le 1er octobre 2015, le ministère de la Santé, par l’Ordonnance 61, a rendu publique la décision de ne pas étendre l’utilisation de la mammographie pour le dépistage du cancer du sein chez les femmes asymptomatiques à risque habituel, en dehors de la tranche d’âge recommandée de 50 à 69 ans. , dans le cadre du SUS, en contradiction avec la législation en vigueur ; qui malheureusement reste en vigueur à ce jour. Si cela ne suffisait pas, il fallait créer des décrets et des normes pour le respect des délais diagnostiques et thérapeutiques en vue d’améliorer le pronostic sombre des maladies oncologiques dans le pays.

Ainsi, les patients SUS avec suspicion de cancer ont le droit de réaliser leurs examens dans un délai maximum de 30 jours, ce qui leur permet de réaliser la stadification adaptée à l’évolution de tout type de cancer, ce qui suppose des résultats largement encourageants, notamment lorsque le diagnostic est posé. à un stade précoce. Le moment de la détection de la tumeur a un impact décisif sur sa létalité, comme le garantit la loi 13 896 de 2019. Si le délai n’est pas respecté, le patient doit s’adresser au médiateur du service de santé de sa commune, car les flux sont organisés localement. , avec la possibilité de la persistance du fait recours à un avis juridique.

En revanche, le patient atteint d’un cancer a le droit de subir le premier traitement dans le SUS, dans un délai pouvant aller jusqu’à 60 jours, à compter du jour où le diagnostic est signé dans un rapport pathologique ou dans un délai plus court, selon le besoin thérapeutique du cas enregistré dans un dossier médical unique. S’il dépend d’autres méthodes de diagnostic, comme par exemple la réalisation d’un examen d’imagerie, la vérification de la maladie à la date du rapport signé par le professionnel responsable et entériné par le médecin assistant du patient, le début du décompte des trimestres prévaudra à cette fois-là. Le traitement sera considéré comme commencé lorsque le patient subira une intervention chirurgicale, une radiothérapie, une chimiothérapie, une hormonothérapie, entre autres, selon le besoin thérapeutique de chaque cas. Il est important de rappeler que ces délais ne s’appliquent pas aux cancers cutanés non mélaniques (basocellulaires ou squameux) et aux cancers de la thyroïde.

De nombreux projets sont encore à l’étude, soucieux de qualifier les soins prodigués aux personnes, notamment aux femmes atteintes de cancers du sein, du col de l’utérus, du rectum et du gros intestin, subordonnés aux responsables de la santé, tels que l’organisation des services, la construction de nouvelles unités pour recevoir exigences, définition des examens à réaliser, tranches d’âge bénéficiaires, etc.

Le cancer est déjà la deuxième cause de mortalité en Amérique latine, dont le fardeau économique est appelé à augmenter sensiblement dans les prochaines années, en raison du vieillissement et de la croissance démographique croissante, à l’approche de 2035.

Malheureusement, le budget du gouvernement pour la santé dans les pays d’Amérique latine, en particulier au Brésil, est maigre par rapport à ceux enregistrés dans les pays développés. De plus, en distribuant des fonds aussi limités, la situation du cancer est aggravée par le financement limité qui lui est alloué. Du fait de ces décisions budgétaires, le pays fait face à des ressources insuffisantes pour faire face aux besoins actuels en matière de cancer et encore moins pour envisager les demandes futures. L’allocation estimée de personnel en oncologie est rare, par exemple, le nombre d’infirmières spécialisées en oncologie, formées au Brésil, ne couvrirait que la moitié des besoins actuels de l’État de São Paulo. Il y a moins d’équipes d’avant-garde au Brésil par rapport à de nombreux autres pays développés.

Cependant, l’accès aux médicaments est l’un des domaines les plus complexes en termes de performance. L’approbation réglementaire des thérapies innovantes, leur inscription dans les Vade Mecums et donc l’accès à de telles thérapies sont lentes et fastidieuses, conduisant de plus en plus les patients à recourir à la justice pour obtenir des médicaments non couverts par le SUS. Enfin, les établissements qui dispensent des soins palliatifs sont rares et ceux qui dispensent ce service le font de façon précaire en termes de prise en charge de la maladie. Peu de pays comme le Brésil ont ce qui peut être qualifié de couverture universelle des soins de santé. Pour autant, les populations situées dans des zones géographiques éloignées des grands centres, dotées d’équipements spécialisés, disposant de ressources humaines et d’infrastructures limitées, subissent les conséquences de l’inefficacité et du manque d’intérêt, ce qui se traduit par un diagnostic tardif et une qualité de vie moindre.

Bien que les résultats atteints par le SUS n’aient pas encore atteint tout leur potentiel, tel qu’exprimé ici, résister à la situation actuelle d’attaques et de risques de démantèlement par les politiques d’ajustement budgétaire est et doit être le principal défi, fondé sur la perception que la santé n’est pas simple marchandise. La santé est le droit de tous et le devoir de l’État.

Construire sur la base de la prévention et du diagnostic précoce, à travers la vaccination anti-HPV, la législation anti-tabac, lutter contre l’épidémie de surpoids/obésité, des mesures réglementaires telles que la taxe sur le sucre, la prise en charge des maladies chroniques non transmissibles, en plus des politiques publiques Des questions pertinentes telles que car l’éducation et la santé sont fondamentales, mais elles ne seront efficaces que s’il existe des agents administratifs compétents qui les gèrent avec l’appui des autorités choisies par le peuple pour gouverner.

Cependant, d’autres choses, tout aussi efficaces, peuvent être faites. Si nous travaillons avec l’éducation à la santé et le changement des habitudes de vie inadéquates, nous pourrons prévenir 80% des décès dus aux maladies dégénératives chroniques, notamment cardiovasculaires, et 40% des cancers. La plus grande difficulté pour cette tâche est d’assurer des habitudes convaincantes et changeantes, compte tenu des différences individuelles de risques et de cultures. En plus de choisir le processus le plus efficace, le plus rentable, le plus pédagogique et le plus stratégique. C’est possible, démontrable et reproductible. Dans des enquêtes précédentes, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et les Nations Unies (ONU) ont déjà prouvé que 50 % des années de vie perdues peuvent être sauvées grâce à l’éducation à la santé, qui coûte en réalité très peu.

Le développement de la santé a toujours été considéré comme un processus qui dépend de la magie de la politique économique, étant souvent lié au concept de produit intérieur brut (PIB), avec des centrales hydroélectriques, avec de grandes routes, avec des hôpitaux de luxe, avec une lutte contre l’inflation, avec privatisation et un cortège du même genre.

La qualité de vie s’est définie à travers les normes de cultures considérées comme « modèles » et en imitant leur mode de vie. En interne, les classes à plus faible pouvoir d’achat ont cherché à adopter avec des résultats incertains les standards des classes socialement favorisées, mais malheureusement les résultats obtenus ne reproduisent pas ce qui est visé.

La science et la technologie transitent dans le monde clos de l’intelligence, guidées par la recherche, parfois aveugle et obsessionnelle, d’innovations.

Apparemment, la science ne remet pas en cause son divorce avec le bien-être et le développement, contribuant naturellement à la fabrication d’armes conventionnelles, nucléaires et de pointe, dont les produits ne répondent qu’aux besoins des pays développés, qui seront bientôt appliquées dans moins de développé.

Le discours préventif doit cesser d’être exclusif, pour n’être qu’un discours et venir au plan conscient du concret, avec sérieux et modernité. Pour cela, il est nécessaire d’intégrer des actions préventives et curatives et de déléguer des fonctions pour, en même temps, universaliser et introduire l’éducation à la santé et l’évaluation des risques, en tant qu’élément essentiel des soins primaires, offrant une éducation de qualité et accessible pour tous.

Vous pourriez également aimer...