Le Brésil

Pour avoir refusé la protection des Brésiliens contre la mort par covid, le sénateur présente une nouvelle plainte pénale contre Bolsonaro

São Paulo – Le sénateur et ancien gouverneur de Bahia Jaques Wagner (PT) souhaite que la Cour suprême fédérale (STF) ouvre une enquête pour déterminer si le président Jair Bolsonaro a commis un crime de malversation. Pour cela, le parlementaire a présenté, vendredi (5), une plainte pénale contre le président. «Sa position irresponsable et négationniste contribue à l’aggravation de la situation du pays causée par la pandémie de covid-19», a-t-il annoncé.

Pour Jaques, le crime de Bolsonaro est configuré en ne prenant pas les mesures nécessaires pour contenir la contamination incontrôlée de la population brésilienne par le nouveau coronavirus. Le Brésil a battu des records successifs de contagion et de décès par covid-19. «Le président sait que des gens meurent, qu’il a besoin d’acheter un vaccin et prétend ne rien savoir. Et il s’oppose toujours au vaccin. C’est un crime », a-t-il déclaré.

« Jusqu’a quand? »

Hier, au lendemain de la mort de plus de 1 910 Brésiliens en seulement 24 heures – en chiffres officiels – Bolsonaro a qualifié les efforts des gestionnaires et des spécialistes qui exigent des mesures du gouvernement fédéral de «mimimi» et de «fraîcheur».

«Plus de fraîcheur et de mimimi. Combien de temps vont-ils continuer à pleurer? », A déclaré le président, dénonçant les politiques d’isolement et les restrictions que les gouvernements des États ont décrétées pour contenir la contamination. Et il a même protesté contre les vaccins. «Il y a des idiots que l’on voit sur les réseaux sociaux, dans la presse,« va acheter un vaccin ». Seulement si c’est chez ta mère », a-t-il provoqué.

Le pays traverse le pire moment de l’épidémie de coronavirus et est devenu l’épicentre mondial de la maladie, egududno. Tous les États sont surchargés de systèmes de santé; de nombreuses villes s’effondrent. Il existe déjà de nombreux rapports sur la mort de Brésiliens sans même obtenir de soins médicaux.

La décision du cinquième ministre du STF, Marco Aurelio Mello, a été rendue publique concernant une autre plainte pénale contre Bolsonaro, présentée par le gouverneur du Maranhão, Flávio Dino (PCdoB). Le ministre veut que la Chambre décide si le président sera destitué et poursuivi pour le crime de calomnie dénoncé par le gouverneur.

Vous pourriez également aimer...