Le Brésil

Pour la démocratie et la mémoire, les mouvements font une nouvelle Marche du Silence

São Paulo – Une nouvelle édition de la soi-disant Caminhada do Silêncio, ou Voix du silence, aura lieu jeudi prochain (31), au parc d’Ibirapuera, dans le sud de São Paulo. C’est une manifestation de plusieurs entités, à la date qui fait référence au coup d’État de 1964, pour la démocratie et la mémoire, pour les victimes de la violence d’État, dans le passé et dans le présent : victimes de la dictature, population noire, peuples autochtones, LGTBI+ communauté, touchée par covid . Et contre les risques de déboires institutionnels, qui semblaient plus présents ces dernières années, sous le gouvernement actuel.

La concentration commencera à 17h30 sur la Praça da Paz, avec accès par les portes 7/8 du parc. La marche partira à 19h en direction du Monument aux morts et disparus politiques (porte 10). Les responsables demandent l’utilisation de masques et de gel hydroalcoolique. Comme son nom l’indique, il n’y aura pas de discours en cours de route. Les manifestants apporteront des photos, des bougies et des fleurs.

Violence d’État

La Caminhada do Silêncio est organisée, entre autres entités, par l’Institut Vladimir Herzog et le Núcleo Memória, avec le soutien de la ville de São Paulo. Ainsi, plusieurs organisations « attirent l’attention de la société sur les violences commises par l’État pendant et après la dictature ».

« L’initiative met également en lumière les luttes et les populations rendues invisibles à cette époque – telles que les populations noires, les peuples autochtones, les LGBTQIA+ – qui souffrent à ce jour des conséquences du maintien et de la montée de projets politiques contraires aux principes démocratiques et droits de l’homme », disent l’IVH et le Núcleo Memória. « L’assaut de l’État par l’extrême droite et sa nécropolitique responsable de plus de 650 mille morts par covid-19, le recul des politiques publiques de préservation de l’environnement et des peuples autochtones, le retour du pays sur la carte de la faim, la le démantèlement de la culture et tant d’autres violations récentes des droits uniront à cette date d’innombrables fronts de résistance sociale.

contre le coup

En 2019, également à Ibirapuera, 10 000 personnes ont participé à l’activité, sous l’impact des manifestations pro-coup d’État émanant d’autorités liées au gouvernement. Le Président de la République lui-même, avant d’être élu, s’est manifesté à plusieurs reprises en faveur de la dictature. Plus tard cette année-là, quelques mois plus tard, un manifeste a été publié lors d’un événement au Teatro da Universidade Católica (Tuca), à l’ouest de São Paulo.

Le jeudi également, juste avant la promenade, à 17 heures, le journaliste et écrivain Camilo Vannuchi lance le livre en personne. Fossé des dindes – Une biographiepublié en 2020. L’ouvrage détaille l’histoire des ossements découverts dans une tombe clandestine au cimetière Dom Bosco, dans le quartier de Perus, en 1990. Le lancement aura lieu à Livraria Mandarina, à Pinheiros, également dans l’ouest.

La veille (30), à 18h30, un débat à la Livraria da Alameda (Bela Vista, centre de São Paulo) traite de la dictature et de ses conséquences. L’ancien député Adriano Diogo, qui a présidé la Commission vérité de l’Assemblée législative, l’historienne Deborah Neves et les journalistes Jan Rocha et Marcelo Godoy y participent.

Vous pourriez également aimer...