La Colombie

"Pour les drageons de l'arbre tronqué": souvenirs des familles de la Force Publique

L'Association des veuves d'agents de la police nationale du Cauca (Asviponalca) lancera, avec le soutien du Centre national de la mémoire historique, le produit de son travail en tant qu'initiative de mémoire. C'est un programme dans lequel l'Association nous parle de ses objectifs et de la voix des veuves et des enfants des forces de l'ordre, nous en apprendrons davantage sur les souvenirs des parents, amis et conjoints, ainsi que sur les situations dans lesquelles ils se trouvent. les veuves ont fait face et comment elles ont réussi à avancer.

Le lancement aura lieu le 25 août et vous pourrez vous connecter via le live facebook du Centre national de la mémoire historique. Rejoignez-nous et apprenez-en plus sur un groupe de familles qui, depuis plus de 30 ans, s'est accroché à la vie.

Selon l'Observatoire de la mémoire et des conflits du Centre national de la mémoire historique, en Colombie entre 1958 et 2017, 23086 membres de la force publique ont été affectés dans des actions liées au conflit armé dans le pays. Ce chiffre nous invite à considérer non seulement les effets de la violence sur les personnes en uniforme, mais aussi la souffrance et l'incertitude vécues par de nombreuses familles confrontées à l'absence, à l'affection et à la douleur face à ce qui s'est passé avec leurs proches.

Asviponalca représente certaines de ces familles. L'association est née le 10 août 1986 lorsque, en raison de la perte de leur mari, certaines veuves ont commencé à s'accompagner dans le processus de deuil et dans les procédures administratives devant les entités étatiques. Leur travail a été forgé pour promouvoir collectivement la connaissance des implications vécues par les familles de ceux qui, en tant que membres des forces armées de l'État, ont été blessés, tués, ont disparu ou sont décédés; c'est aussi un engagement envers la reconnaissance des droits des familles.

«Pour les pousses de l'arbre tronqué» est la devise de l'association, une métaphore qui fait allusion aux uniformes comme arbres et à leurs familles, en particulier leurs enfants, comme leur progéniture; Cette devise révèle l'axe de son travail: le bien-être des familles de la force publique, notamment celles qui sont orphelines. Dans cet esprit, cette association travaille non seulement pour ceux qui ont été touchés par le conflit armé colombien, mais aussi pour un large univers de familles confrontées à la perte ou à la blessure de leurs maris, enfants ou parents.

Dans le processus d'accompagnement du Centre National de la Mémoire Historique qui a été réalisé grâce au soutien d'Initiatives de Mémoire, outre la reconnaissance de ces hommes comme serviteurs du pays, leurs rôles au foyer, leur caractère et leur dimension humaine ont été confirmés, ce que beaucoup parfois, ils sont dissimulés en raison de leurs liens avec les forces armées.

Revenir dans le passé a également conduit à la reconnaissance de l'importance qu'Asviponalca a pour ses associés, car le soutien et le lien d'amitié qui s'est développé entre eux leur ont permis de continuer leur vie. Selon Nancy Sánchez, participante au processus, «être proche de l'association a été un soutien important pour moi; J'ai senti que je ne suis pas le seul à vivre cela ». En particulier, l'association a joué un rôle déterminant dans la recherche des conditions de bien-être des familles, notamment en matière de santé, d'éducation et de logement.

'Quelques vraies héroïnes'

Le processus a favorisé une compréhension large de la mémoire, ce qui est pertinent pour la façon dont l'impact de la perte ou de la blessure est vécu, comment ce fait a été affronté et les façons dont les veuves ont inventé pour donner une continuité à la vie au milieu de la perte et la souffrance. Ainsi, non seulement on s'est souvenu des hommes en uniforme en tant que protagonistes de cette histoire, mais chacun des participants au processus a parlé d'eux-mêmes, ce qui leur a ouvert la voie pour justifier leur force, leur capacité de gestion et leur résistance par la mémoire. .

«Nous avons reconnu la difficulté, nous l'avons affrontée et nous l'avons acceptée. (…) Nous n'étions pas paresseux et pratiquement seuls, nous avons réussi à faire face à tous les assauts de la vie », raconte Ana Ruth Lemus, devenue veuve en 1986.

Asviponalca est devenu un réseau de soutien et d'amitié pour ses membres. Photo: Julián Moreno pour CNMH.

Asviponalca est devenu un réseau de soutien et d'amitié pour ses membres. Photo: Julián Moreno pour CNMH.

Les enfants ont reconnu leurs mères comme des héroïnes infatigables qui, avec patience, amour et courage, ont réussi à les élever et à jouer le rôle de mère et de père à la maison. «Ma mère est un super-héros. Je l'ai toujours vue travailler et aujourd'hui je lui suis reconnaissante de la force dont elle dispose pour se battre et travailler pour les victimes », ajoute Adriana Nievas, fille d'un policier décédé.

Ces rapports sont reflétés dans l'agenda "Pour les pousses de l'arbre tronqué" qui s'est matérialisé et sera présenté publiquement avec le soutien de l'Agence Catalane de Coopération au Développement (ACCD). Vous pouvez en apprendre davantage sur ce produit lors de l'événement de lancement qui aura lieu le 25 août à partir de 18h, au cours duquel nous écouterons les protagonistes de ces histoires et leurs expériences de construction de la mémoire.

L'événement sera diffusé sur facebook en direct du Centre national de la mémoire historique. Ils peuvent participer et suivre la campagne de communication à travers les hashtags #LaMemoriaRe Viceica et #TerritoriosyMemorias

Pour plus d'informations sur le lancement de l'Initiative, vous pouvez contacter:

Julieta Castiblanco (Stratégie de communication CNMH): 3168202740

Juan Pablo Esterilla (Stratégie de communication CNMH): 3125730785

Vous pourriez également aimer...