Le Brésil

Pourquoi célébrer le centenaire de Paulo Freire ? – Journal USP

Depuis l’année dernière, des célébrations autour du centenaire de Paulo Freire ont eu lieu dans différentes parties du monde. Certains pourraient se demander : pourquoi célébrer le centenaire de Paulo Freire ?La question est correcte, car il n’aimait pas les honneurs. Je disais, quand je recevais des distinctions, et il y en avait beaucoup, que je les recevais parce que j’étais sûr qu’elles n’arrivaient qu’à cause des causes que je défendais.

Il a laissé des traces profondes sur de nombreuses personnes et professionnels de différents domaines. Non seulement pour leurs idées, mais surtout pour leur engagement éthico-politique. Cependant, il n’a pas laissé de disciples comme adeptes d’idées. Laissé plus que ça. A laissé un esprit. « Pour me suivre, vous ne devez pas me suivre », a-t-il dit. Pédagogie des opprimés il a eu une grande répercussion car il exprimait ce que beaucoup de gens avaient déjà en tête dans leurs rêves et leurs utopies, un monde égal et différent, et il résonnait dans les environnements les plus divers. Sa philosophie de l’éducation a franchi les frontières des disciplines, des sciences et des arts au-delà de l’Amérique latine, s’enracinant dans les sols les plus variés.

Pour nous, à l’Institut Paulo Freire, elle continue d’être la grande référence de l’éducation comme pratique de liberté et d’éducation populaire. De nombreux messages reçus à l’Instituto Paulo Freire, à São Paulo, peu après le 2 mai 1997, date de sa mort, disent textuellement : « Ma vie ne serait pas la même si je n’avais pas lu l’œuvre de Paulo Freire » ; « Ce qu’il a écrit restera dans mon cœur et mon esprit. » Ces messages ont révélé l’impact sur la vie de tant de personnes dans de nombreuses régions du monde.

Il ne fait aucun doute que Paulo Freire a apporté une grande contribution à l’éducation pour la justice sociale et à la conception dialectique de l’éducation. La pédagogie autoritaire et ses théoriciens combattent leurs idées précisément à cause de leur caractère émancipateur et dialectique. En tout cas, qu’on accepte ou non leurs apports pédagogiques, elle constitue un jalon décisif dans l’histoire de la pensée pédagogique mondiale.

Les idées de Paulo Freire sont toujours valables non seulement parce que nous avons encore besoin de plus de démocratie, de plus de citoyenneté et de plus de justice sociale, mais parce que les écoles et les systèmes éducatifs d’aujourd’hui sont confrontés à de nouveaux et grands défis. Et il a beaucoup à contribuer à la réinvention de l’éducation d’aujourd’hui. Cette réinvention de l’éducation implique la récupération des éducateurs en tant qu’agents et sujets du processus d’enseignement-apprentissage et de la pratique éducative. La réinvention de l’éducation ne peut être que l’œuvre d’un effort collectif, collaboratif, pluriel, non sectaire, en pensant à une transition progressive vers d’autres manières de concevoir les systèmes éducatifs, leur planification, leur gestion et leur suivi, leurs paramètres curriculaires, si l’on veut apporter une contribution significative à la construction de nouvelles politiques publiques d’éducation.

Moacir Gadotti et Paulo Freire, dans les années 1990 – Photo : Reproduction

Paulo Freire a défendu le savoir scientifique sans mépriser la validité du savoir populaire, du savoir d’abord. Il disait qu’on ne peut pas changer l’histoire sans savoir, mais qu’il faut éduquer le savoir pour le mettre au service de la transformation sociale. Éduquer la connaissance en comprenant la politique de la connaissance ; comprendre le sens historique et politique de la connaissance.

L’utopie est une catégorie centrale de la pensée de Paulo Freire. Pour cette raison, il était diamétralement opposé à l’éducation néolibérale, puisque le néolibéralisme « refuse le rêve et l’utopie », comme il l’affirme dans son Pédagogie d’autonomie. Le néolibéralisme ne refuse pas seulement le rêve et l’utopie. Elle refuse également le savoir des enseignants, les réduisant à de simples vecteurs d’informations en tant que machines de reproduction sociale, les excluant de toute participation au débat sur les finalités de l’éducation. L’éducation néolibérale ne s’interroge pas sur les finalités de l’éducation, investissant toute son énergie dans les moyens et, surtout, dans l’efficacité et la rentabilité, quantifiées au millimètre par un certain type d’évaluation. Nous savons évaluer parfaitement, sans nous demander ce que nous évaluons.

Pour cette conception de l’éducation, les enseignants n’ont pas de connaissances scientifiques ; vos connaissances sont inutiles. Par conséquent, ils n’ont pas besoin d’être consultés. Ils ont juste besoin de connaître les recettes sans se demander pourquoi ils enseignent ceci et pas cela. Ils ne servent qu’à appliquer les nouvelles technologies : la classe perd sa centralité et la relation enseignant-élève se dégrade au profit de la relation élève-ordinateur.

Il y a donc des raisons de célébrer le centenaire de Paulo Freire.

Et, comme notre célébration n’est pas un pur hommage, notre proposition de célébrer le centenaire de Paulo Freire est aussi une invitation à s’engager pour une cause. Nos célébrations ont un sens structurant, un sens volontaire et prospectif. Pour nous, célébrer, ce n’est pas attendre que demain vienne à nous. C’est faire, désormais, le lendemain que nous voulons voir s’accomplir. Il ne s’agit pas seulement d’attendre. C’est l’espoir. Nous comprenons le centenaire de Paulo Freire comme un espace-temps d’articulations, comme un processus de formation et de mobilisation visant à transformer la réalité.

La praxis de Paulo Freire s’opposait au néolibéralisme et aujourd’hui, en célébrant le centenaire, nous nous opposons également à l’offensive idéologique néoconservatrice et renforçons la pensée critique de Freire, promouvant des actions et des projets alternatifs à la marchandisation de l’éducation.

Pour nous, célébrer Paulo Freire, c’est se battre pour démocratiser l’école et éduquer pour et pour la citoyenneté. Il s’agit donc de lutter pour une école qui forme le peuple souverain, le peuple qui puisse changer le cours de l’histoire, une école transformatrice, une école émancipatrice. Paulo Freire nous a dit que cette école, l’école citoyenne, était une école de camaraderie, de communauté, qui vit l’expérience tendue de la démocratie.

C’est pourquoi nous accueillons avec beaucoup d’enthousiasme ces célébrations autour du centenaire de Freire. Ce qui ressort d’eux, c’est la défense de l’éducation publique et populaire et la lutte contre le néolibéralisme et la marchandisation de l’éducation.

À une époque comme celle que nous vivons aujourd’hui, de revers sociaux et politiques et d’un néoconservatisme croissant, nous avons besoin de références comme celles de Paulo Freire, pour nous aider à trouver le meilleur chemin de résistance et de lutte dans ce cheminement.

Notre réponse à ces temps sombres est de célébrer Freire.

Vous pourriez également aimer...