Le Brésil

Pourquoi un article sur l’AAS contre les crises cardiaques et les accidents vasculaires cérébraux est-il le plus lu dans le « Jornal da USP » ? – Journal USP

« L’AAS (l’aspirine) n’a pas de brevet, la molécule a été découverte il y a plus d’un siècle, et c’est pourquoi il n’y a aucun intérêt des laboratoires pharmaceutiques à développer un produit basé sur l’administration d’AAS deux ou trois fois par semaine », explique le chercheur. Cependant, certains laboratoires envisagent la possibilité de lancer un nouveau produit associant l’aspirine à un autre médicament commercial. C’est le cas de Biolab, un laboratoire pharmaceutique qui avait à l’époque un partenariat avec l’Université. Lorsque j’ai appris la répercussion de l’affaire dans le Journal de l’USP il a de nouveau évoqué la possibilité de lancer un nouveau produit qui combine, dans le même emballage, des SAA et certains médicaments pour lutter contre l’hypertension.

Le premier jour, le patient prenait les deux médicaments, le deuxième et le troisième seulement l’antihypertenseur et le placebo, explique-t-il. Une étude également réalisée par le groupe du professeur De Nucci et publiée dans Journal de la bioéquivalence et de la biodisponibilité, en 2015, avait déjà montré que les SAA ne réduisaient pas la biodisponibilité du losartan, un médicament indiqué pour le traitement des personnes souffrant d’insuffisance cardiaque, d’hypertension et de maladies ischémiques.

Le livre que le professeur a publié en janvier de cette année, Traité de pharmacologie clinique (Editora GEN), recommande l’utilisation de l’AAS deux fois par semaine, les jeudis et dimanches, pour des raisons pratiques et pour faciliter l’utilisation du médicament. Dans l’ouvrage, le chercheur passe en revue les mécanismes d’action, les indications thérapeutiques et l’efficacité réelle des principaux médicaments utilisés aujourd’hui en pratique clinique.

Vous pourriez également aimer...