Le Brésil

Préserver la population d’abeilles est plus efficace que de les remplacer par des drones – Jornal da USP

La possibilité de l’extinction des abeilles a conduit à la création de drones – de petits robots – pour remplir leurs fonctions, notamment la pollinisation, une technologie encore en développement.

par Letícia Nanome

Sans les abeilles, la reproduction des plantes ou la formation de fruits de bonne qualité seraient directement affectées – Edité par Revue USP avec des images d’Unsplash

Les abeilles sont un exemple d’insecte important pour le maintien de l’agriculture avec pollinisation. En raison des modifications de l’environnement par l’action humaine et du changement climatique, en particulier ceux de type miel, les producteurs de miel, risquent fort de disparaître.

Cela devient une préoccupation pour l’humanité, dont l’approvisionnement alimentaire peut être compromis. Le professeur Eduardo Almeida, du Département de biologie de la Faculté de philosophie, des sciences et des lettres de Ribeirão Preto à l’USP, explique qu’au cours des dernières décennies, la « disparition des colonies, des ruches d’abeilles, a été observée dans différentes parties de la planète ».

Pourquoi disparaissent-ils ?

Eduardo Almeida – Photo : ICA-USP

Almeida souligne qu’il peut y avoir plusieurs facteurs pour cette disparition des abeilles, comme le stress généré en elles par l’activité humaine de transport des ruches, utilisation de pesticides et d’autres composés chimiques, les changements mêmes des conditions environnementales. « Il se pourrait qu’il existe également des agents pathogènes associés à toutes ces conditions, tels que des virus et d’autres types d’agents pathogènes. » Il poursuit en expliquant que « tous ces facteurs réunis forment apparemment un syndrome qui conduira à un affaiblissement de la santé des abeilles ».

Si cela continue et que l’extinction massive de ces animaux se produit, le professeur prévient que, sans abeilles ou autres agents pollinisateurs, la reproduction des plantes ou la formation de fruits de qualité et bien développés seraient directement affectées. « Ce qui se passe, c’est que les fruits ne seront pas produits en grande quantité ou qu’ils seront de qualité inférieure. »

Utilisation de drones

S’il y avait une extinction ou une réduction de ces pollinisateurs, y aurait-il un moyen d’éviter de perdre la production agricole ? Le professeur Marcelo Becker, de la São Carlos School of Engineering de l’USP, explique que les drones de la taille d’un insecte, parmi leurs diverses fonctions, pourraient effectuer la pollinisation.

Marcelo Becker – Photo: CESE-USP

Bien que ces drones n’existent pas encore, plusieurs groupes de recherche travaillent à leur création. « Surtout aux États-Unis, on peut parler de Harvard, du MIT, de l’Angleterre, d’autres pays européens qui développent depuis des décennies des mini-avions, des petits robots volants, de très petite taille, qui ressemblent beaucoup à des insectes. »

Mais, comme le souligne le professeur, créer un drone aussi complexe, basé sur tout le mouvement de l’abeille, demanderait beaucoup d’investissement et de temps, ce qui ne résoudrait pas la question de la pollinisation en cas d’extinction de ces animaux. « Il faudrait investir beaucoup dans des matériaux spéciaux, des matériaux légers et, en même temps, très résistants », en plus de la complexité de simuler chaque patte de l’abeille.

La préservation est le meilleur moyen

Les deux professeurs conviennent que, dans ce cas, il vaut mieux préserver les abeilles plutôt que d’attendre qu’elles disparaissent et créer des technologies comme les drones pour les remplacer.

Pour Becker, les robots doivent aider à la préservation des abeilles. « Peut-être pas avec des robots abeilles, mais avec d’autres systèmes qui peuvent nous aider à comprendre ce qui se passe, à surveiller, à observer leur comportement. »

En ce sens, comme le souligne Almeida, « le maintien de populations naturelles d’abeilles sera une solution plus efficace et beaucoup moins chère que le développement de robots miniatures capables de favoriser cette pollinisation ». Il faut d’abord trouver tous les moyens de préserver et « donner les conditions aux pollinisateurs pour favoriser cette reproduction des plantes, tant dans les milieux naturels que dans les zones de culture agricole ».


Journal USP dans l’air
Jornal da USP no Ar est un partenariat entre Rádio USP et l’Escola Politécnica, la Faculté de médecine et l’Institut d’études avancées. Nonair, par Rede USP de Rádio, du lundi au vendredi : 1ère édition de 7h30 à 9h00, avec une présentation de Roxane Ré, et autres éditions à 10h45, 14h, 15h et 16h : 45h. À Ribeirão Preto, l’édition régionale est diffusée de midi à 12h30, avec une présentation de Mel Vieira et Ferraz Junior. Vous pouvez syntoniser Rádio USP à São Paulo FM 93.7, à Ribeirão Preto FM 107.9, via Internet sur www.jornal.usp.br ou via l’application Jornal da USP sur votre téléphone portable.

Vous pourriez également aimer...