Le Venezuela

Président de Misión Nevado: les corridas sont barbares

Comment quelqu’un peut-il apprécier et applaudir, boire et rire pendant que cela se produit… ? C’est ce que je me demande quand je pense à une corrida. Je suis particulièrement ému quand je pense à la façon dont le taureau résiste à la cruauté, à la façon dont il utilise la force de son corps pour endurer tant de torture et de douleur, jusqu’à ce qu’après l’agonie vienne la mort. Finalement, il ne reste plus qu’à fondre en larmes en imaginant que pendant le « show » le taureau va se demander : qu’est-ce que j’ai fait ? pourquoi tu me fais ça? Comme lui, je n’arrive pas à comprendre.

C’est mauvais, c’est très mauvais. Et le défendre comme « divertissement » est bien pire. Et promu dans le cadre d’un programme du gouvernement bolivarien du Venezuela, c’est incroyable. Je le pense, notamment parce que je me bats pour une démarche qui assume l’humanisme comme étendard et le rejet de la violence comme principe élémentaire de ses actions.

Ce que fait le ministère public, c’est défendre une partie majoritaire de la société qui est convaincue que tuer ne peut pas être un spectacle public et que la cruauté envers les animaux ne doit pas être tolérée, ainsi que tout type de violence. J’exprime donc tout mon soutien à la mesure demandée par le procureur général.

Ce n’est pas une question de savoir qui aime et qui n’aime pas, car la défense de la vie va au-delà des préférences personnelles. Mais en ce qui concerne le goût, le commandant Chávez lui-même a déclaré dans l’Aló Presidente du 08/03/2009 « Je ne les ai jamais aimés, ni la tauromachie ni la tauromachie, même si je suis un homme de la plaine, je ne les aime pas, je ne les aime pas. Je ne les aime pas, je les aime », avec laquelle il s’est accordé, comme il l’a toujours fait, avec le sentiment populaire authentique et avancé. Je ne les aime pas non plus et je prends très au sérieux les paroles du chef. L’héritage de Chávez n’est pas seulement une couleur et une voie politique, mais aussi un exemple d’une sensibilité avancée qui l’a conduit – et qui nous conduit – à rejeter toute expression d’injustice ou de cruauté.

Certaines personnes affirment qu’une manifestation aussi tardive fait partie de la « tradition culturelle » et, même, qu’à San Cristóbal, elle a été déclarée « patrimoine culturel », ce dernier produit d’une décision prise en 2011 par un conseil municipal et un parti d’extrême droite. maire que deux ans plus tard, ils ont mené des guarimbas et des plans de déstabilisation violents contre l’État de droit et le peuple vénézuélien. Ce soi-disant « patrimoine culturel » connaît également une opposition majoritaire en Colombie, en Espagne et au Mexique, pour citer des exemples largement médiatisés, où il est défendu à force de manœuvres judiciaires par les partis les plus réactionnaires, ceux-là mêmes qui dénigrent la Révolution bolivarienne, promouvoir le blocus et encourager les conspirations contre le président Maduro. On le voit, le thème de cette expression méprisable a aussi un caractère politique.

D’autres, s’accrochant au discours officiel pour justifier l’atrocité, prétendent qu’elle favorise la croissance économique, comme si la production agricole dépendait du sang dans le sable de l’anneau et non de l’eau qui irrigue les cultures. Quelle erreur ! L’intérêt des hommes d’affaires taurins est la vente de billets, pas l’économie.

Il existe de nombreuses perspectives et arguments juridiques, psychiatriques, politiques et culturels qui soutiennent l’abolition de la tauromachie et de toutes les formes de maltraitance animale ; Ceux d’entre nous qui luttons pour ce changement ne sont pas des gens isolés les uns des autres, nous faisons partie de groupes et d’organisations. Ceux d’entre nous qui sont actifs dans le mouvement des droits des animaux savent clairement qu’il ne s’agit pas seulement d’obtenir des mesures juridiques, mais aussi d’un acte de conscience et de respect de la vie. Pour défendre cette barbarie, j’entends seulement que « c’est la tradition », « il y a beaucoup de gens qui aiment ça », « ça génère de l’emploi » et autres bêtises qu’on peut difficilement qualifier d’arguments. Pendant ce temps, pour éviter le fond de la contradiction, ces défenseurs d’une coutume dépassée nous qualifient d’arriérés, d’incultes et d’ignorants. « Le monde à l’envers », dirait Eduardo Galeano.

Nous défendons également la culture nationale et la croissance économique, mais en même temps et main dans la main avec une nouvelle société et une transformation culturelle, où la distraction et la tradition ne sont pas de célébrer avec des applaudissements et des acclamations la torture d’un animal sans défense.

Concernant les questions juridiques et autres, je vous invite à lire la déclaration du Gran Colectivo Nevado Antitaurino (https://www.instagram.com/p/CZIDgV9FE9O/?utm_medium=copy_link).

Je termine ces mots avec Gary Franccione, universitaire renommé et spécialiste des droits des animaux : « … le mouvement des droits des animaux est un mouvement de gauche, dire qu’il est apolitique est un non-sens pour moi. C’est un mouvement qui demande la justice en général. La citation en vaut la peine, mais tout de même, parmi ceux qui ne se sentent pas à gauche, il y a aussi un nombre très important de personnes qui défendent les animaux, ce combat étant peut-être le seul espace public organisé au Venezuela qui nous unit sur le vif différences de polarisation. N’est-ce pas un présage que, plus tôt que tard, nous atteindrons notre objectif ?

Non aux corridas ! Non à la maltraitance animale sous toutes ses formes !

Avocat animalier

Vous pourriez également aimer...