Le Brésil

Quelles sont-elles et quelle est l’importance des institutions démocratiques ?

Lorsque nous recherchons les institutions démocratiques brésiliennes sur Google, nous rencontrons diverses informations et questions sur nos institutions – telles que « les institutions démocratiques sont menacées », « la démocratie et l’importance des institutions démocratiques dans un scénario de crise », « la construction et la consolidation de institutions démocratiques ». Mais, après tout, que sont les institutions démocratiques ?

Les institutions démocratiques sont nées dans la Grèce antique avec la démocratie, il est donc impossible de dissocier la démocratie des institutions et vice versa. On peut donc dire que les institutions sont les piliers du bon fonctionnement d’une démocratie.

Dans ce contenu, Politisez ! explique le concept de institutions démocratiques et ce qu’ils représentent pour notre démocratie.

Quelles sont les institutions démocratiques ?

Les institutions démocratiques sont des mécanismes qui limiter ou encourager les coutumes et comportements sociaux. Ils sont représentés par des lois, des normes juridiques ou morales, des règles électorales, des politiques publiques, des partis politiques, par les pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire, entre autres.

Pour mieux illustrer le concept d’institutions démocratiques, regardons quelques exemples !

  • Un premier exemple est le système électoral qui transforme la volonté populaire (le vote) en mandat, donnant naissance à la démocratie représentative ;
  • Un autre exemple est celui des partis politiques, entités organisées par des participants volontaires, qui visent à concourir pour le pouvoir politique ;
  • Enfin, la Cour suprême est également considérée comme une institution démocratique. Il est connu comme le gardien de la Constitution fédérale, étant la plus haute instance du pouvoir judiciaire, veillant à ce que les actions des pouvoirs législatif et exécutif respectent les normes constitutionnelles.

Et comment sont nées les institutions démocratiques ?

Il est impossible de parler d’institutions démocratiques sans évoquer la Grèce antique, où la démocratie est née et s’est transformée au fil du temps. Les premières institutions démocratiques que nous connaissons sont les Ekklesia, Prytanes et Hélié. Elles remontent au Ve siècle et ont été les principales sources de pensée des institutions démocratiques d’aujourd’hui.

Le philosophe grec Aristote (384-322 av. J.-C.) décrit l’ecclésie :

En tant que forum accrédité pour décider de la paix et de la guerre ; pour construire et/ou rompre des alliances ; de promouvoir les lois, ainsi que de les appliquer en cas d’interdiction, de confiscation ou de peine de mort. C’est aussi par l’intermédiaire de l’Assemblée que les magistrats rendent compte de leurs décisions pendant (ou à la fin de) leurs mandats respectifs (ARISTÓTELES, 1964, chap. X, p. 115).

En ce sens, l’Ekklèsia peut être considérée comme la principale institution démocratique athénienne, car elle était la exemple direct de participation citoyenne. À son tour, Prytanes était le conseil responsable de l’ordre du jour et de la convocation de la Assemblée du peuple. Hélié était le Cour suprême d’Athènes, sorte de jury composé de citoyens de plus de trente ans, tirés au sort.

Pourquoi y a-t-il des institutions démocratiques ?

Des institutions existent pour éviter ou minimiser les effets des attitudes antidémocratiques. Sa fonction est de filtrer et d’arbitrer les interactions et les intérêts au sein de la démocratie.

Selon Douglass North, les institutions sont « des déterminations artificielles qui structurent les interactions politiques, économiques et sociales ».

Ils peuvent être constitués de deux types de normes : déterminations informelles, éléments essentiellement culturels, tels que coutumes, traditions, codes de conduite sociale; et règles formelles, tels que les constitutions, les lois et les droits de propriété (cf. NORTH, 1991, p. 97).

Les institutions, en somme, « Regles du jeu » (NORTH, 1991, p. 98), c’est-à-dire l’ensemble des normes – culturelles ou juridiques – qui régulent efficacement l’ensemble des interactions humaines.

Caractérisation des établissements

Les institutions démocratiques ont des caractéristiques de représentation, de confiance, de stabilité, d’équilibre et d’harmonie, elles doivent donc être directement liées à la Constitution, à l’État et aux intérêts de la société. Ainsi, ils sont considérés comme des structures d’appui à la démocratie.

Le professeur Paulo Albuquerque, dans son cours Droit et institutions sociales, caractérise les institutions démocratiques selon trois axes : sociale, politique et économique. Il soutient que ce sont les institutions qui, sur la base de la différenciation entre les individus, la discipline les impulsions perturbatrices de la société, étant à la fois responsable de sa stabilité et de son changement. Les institutions sont donc les règles normatives, politiques, économiques et sociales qui gouverner une société. Ils englobent une caractéristique normative, car ils façonnent l’interaction entre l’individu et le collectif et, en même temps, sont façonnés par l’évolution socioculturelle et politico-normative.

Pourquoi défendre les institutions démocratiques ?

Selon une enquête réalisée par l’Institut Sivis en partenariat avec l’Institut des hautes études de l’Université de São Paulo (USP), 61,5% des Brésiliens sont d’accord, totalement ou en partie, que le gouvernement peut ignorer les lois, le Congrès et d’autres institutions dans un scénario de crise comme celui provoqué par la nouvelle pandémie de coronavirus, si l’objectif est de résoudre les problèmes et d’améliorer la vie de la population. Les résultats indiquent également que 76,8 % des personnes accepteraient relativiser la démocratie dans une certaine mesure si le scénario de crise s’aggravait. Malgré cela, 79,7% croient totalement ou en partie que la démocratie est la meilleure forme de gouvernement pour le Brésil.

Comme l’explique le Centre de recherche en politiques publiques de l’Université de São Paulo,

Une méfiance excessive envers les institutions, en particulier avec une continuité dans le temps, peut signifier que, compte tenu de leurs orientations normatives, de leurs attentes et de leurs expériences, les citoyens perçoivent les institutions comme quelque chose de différent, voire contraire, à ce pour quoi ils existent : dans ce cas, l’indifférence ou l’inefficacité institutionnelle face aux revendications sociales, la corruption, la fraude ou le non-respect des droits de citoyenneté génèrent méfiance, discrédit et désespoir, compromettre l’acquiescement, l’obéissance et la soumission des citoyens à la loi et aux structures qui régissent la vie sociale (LEVI, 1998 ; MILLER et LISTHAUG, 1999 ; DALTON, 1999 ; TYLER, 1998).

En ce sens, l’instabilité et la méfiance envers les institutions peuvent être considérées comme une menace à l’existence de la démocratie et des libertés, après tout, sans confiance, il n’y a pas de coopération et de solidarité.

Ainsi, enfin, il faut se rappeler que la démocratie n’est pas naturelle, mais une création culturelle, il ne faut donc pas oublier que sa la défense elle doit être permanente et continue. Ainsi, comme l’expliquent Levitsky et Ziblatt dans le livre How Democracies Die :

Les institutions seules ne suffisent pas à contenir les autocrates élus. Les constitutions doivent être défendues – par les partis politiques et les citoyens organisés, mais aussi par normes démocratiques. Sans normes solides, les freins et contrepoids constitutionnels ne servent pas de bastions de la démocratie que nous imaginons être.

LES RÉFÉRENCES

Paulo Antonio de Menezes Albuquerque. Droit et institutions sociales. A Lier Pires Ferreira et al.

BBC NOUVELLES BRÉSIL. Le Brésil est le 4e pays qui s’est le plus éloigné de la démocratie en 2020, selon un rapport

JOINT DU PEUPLE. 80% des Brésiliens font confiance à la démocratie, mais un scénario de crise menace la stabilité.

JOINT DU PEUPLE. Que sont les institutions et quelle est leur pertinence ?

JURIDIQUE GÉN. Institutions désalignées et menace pour la démocratie

Marilde Loiola Menezès. Démocratie de l’Assemblée et démocratie parlementaire : une brève histoire des institutions démocratiques

Douglass Nord. Institutions, changement institutionnel et performance économique.

Fabio Hoffman Maciel Silva. Déclin de la confiance dans les institutions politiques : le défi de la démocratie brésilienne (1995 – 2017)

Steven Levitsky et Daniel Ziblatt. Comment les démocraties meurent.

USP. Méfiance envers les institutions démocratiques


Vous pourriez également aimer...