Le Brésil

Quelles sont les origines du racisme structurel au Brésil ?

Le racisme est l’un des sujets qui sont à l’ordre du jour aujourd’hui. Au Brésil, il y a plusieurs cas où des corps noirs sont violés et tués en raison de leur couleur de peau. Dans l’actualité, des cas tels que le garçon Miguel Otávio Santana da Silva, João Alberto Silveira Freitas, et même la jeune Kathlen Romeu, appellent à cela. débat.

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi les Noirs sont les principales victimes de la violence ? De plus, vous êtes-vous déjà demandé pourquoi cette population est sous-représentée dans les espaces de pouvoir, comme la politique ?

Les Noirs représentent 54 % de notre population, mais ils souffrent toujours d’exclusion sociale. Pour comprendre le Brésil d’aujourd’hui, il faut remonter dans le passé et comprendre comment l’esclavage a influencé notre société. Cette période a duré 300 ans au Brésil, de 1550 à 1888, et encore aujourd’hui il est possible de voir les marques de cette époque…

Comprendre l’esclavage et la participation du mouvement abolitionniste

Le Brésil a été le dernier en Amérique latine à abolir cette pratique. A cette époque, la violence contre les corps noirs s’est naturalisée. En raison de la croyance que la race blanche était supérieure, les esclaves ont été amenés du continent africain au Brésil dans des navires précaires et, à leur arrivée, ont été soumis au travail forcé et à des mauvais traitements intenses.

Selon le recensement de 1872, la seule enquête qui a enregistré la population réduite en esclavage au Brésil, sur la population totale de l’époque (9 930 478), 1 510 806 étaient encore en esclavage.

L’abolition officielle du Brésil a été signée le 13 mai 1888 par la régente princesse Isabel. Cependant, ce que de nombreux livres d’histoire ne disent pas, c’est que cette réalisation est survenue après une grande lutte sociale qui a impliqué toutes les sphères de la société, du parlement au mouvement abolitionniste brésilien.

Il est important de souligner que de nombreux intellectuels noirs et abolitionnistes ont été les protagonistes de leur propre histoire et de cette lutte. Parmi quelques exemples, citons :

  • Luiz Gama (1830 – 1882) : Né à Bahia, il est vendu en esclavage par son père à l’âge de 10 ans et acquiert sa propre liberté à 18 ans. Autodidacte, Gama devient écrivain et premier avocat noir du pays. Il a libéré 500 esclaves au cours de sa vie, mais est décédé à São Paulo six ans avant la Lei Áurea.
  • Francisco José do Nascimento ou Dragão do Mar (1829 – 1914) : Né à Ceará, Dragão do Mar était le chef des flotteurs et organisa une grève qui culmina avec la fin de l’esclavage dans la province du Ceará quatre ans avant la Lei Áurea. En interdisant la traite des esclaves, l’action est devenue la première victoire populaire contre l’esclavage réussi dans le pays.
  • André Rebouças (1838 – 1898) : Né à Bahia, André Rebouças faisait partie de l’élite intellectuelle noire du Brésil. Il était le premier ingénieur noir du pays et était un ami de la famille impériale. Il s’est battu pour la délimitation des terres par les affranchis et plus tard pour le développement des pays africains.

Cependant, comme dirait George Orwell : « l’histoire est écrite par les gagnants » et dans ce cas, ce n’était pas différent. Malgré les diverses révoltes des esclaves et la lutte du mouvement abolitionniste, pendant des années, la version de ce moment historique s’est concentrée sur la générosité de la monarchie brésilienne et de la princesse Isabel.

Au fil du temps, le mouvement noir a revendiqué d’autres récits et a raconté cette histoire de son point de vue. Contrairement à ce que beaucoup croient, la monarchie n’était pas généreuse envers les esclaves.

En fait, elle a essayé de ralentir le processus de libération autant que possible. La preuve en sont les lois qui protégeaient cette population et qui n’ont pas été appliquées. Grâce à l’étude approfondie de la culture juridique de l’époque, des lois qui étaient auparavant cachées sont entrées en vigueur, telles que:

Il est également important de souligner que, selon la loi de l’époque, les esclaves n’étaient pas considérés comme des citoyens. La loi n° 1 du 14 janvier 1837, par exemple, leur interdit l’accès à l’éducation, et la loi n° 601 du 18 septembre 1850 leur interdit de posséder des terres.

De plus, dans la période post-abolition, les ex-esclaves ont continué à être persécutés. Un exemple en est le décret numéro 847, du 11 octobre 1890, qui fait du « vagabondage » un crime, alors qu’en réalité, il s’agissait d’un moyen de contrôler le flux de noirs marchant dans les rues.

Avec la fin de l’abolition, c’est aussi la fin de l’Empire, le 15 novembre 1889. Les esclaves sont libérés, mais restent impuissants, n’ayant droit ni à une maison ni à une compensation.

Vous voulez en savoir plus sur l’abolition de l’esclavage au Brésil ? Découvrez notre vidéo sur le sujet !

Et pourquoi parle-t-on des marques de l’esclavage de nos jours ?

Quand on pense au racisme, il faut le penser sous trois angles : le racisme individuel, le racisme institutionnel et le racisme structurel.

Selon l’écrivain Silvio Almeida, dans le livre « Structural Racism », le racisme individuel se manifeste par des discours et des comportements offensants contre un individu dans la vie de tous les jours.

Le racisme institutionnel se produit lorsqu’il y a une présence massive d’un certain groupe à des postes de pouvoir, tels que le législatif, le judiciaire, l’exécutif, les universités et les grandes entreprises.

Enfin, Silvio Almeida précise que les institutions sont racistes, car la société l’est aussi. Par conséquent, le racisme structurel se produit lorsque l’ordre juridique, politique et économique préserve les privilèges blancs et crée les conditions de prospérité pour un seul groupe.

Par conséquent, les marques de l’esclavage sont encore visibles dans notre société. Du quartier des esclaves, la population noire s’est dirigée vers les banlieues à la recherche de moyens de subsistance et à ce jour, les noirs sont majoritaires dans les favelas brésiliennes.

Almeida prétend que le racisme structurel justifie l’esclavage à cette époque, tout comme il justifie l’inégalité sociale aujourd’hui.

Aujourd’hui, le Brésil compte la plus grande population noire en dehors de l’Afrique et la deuxième de la planète. Pourtant, les Noirs (noirs et bruns) sont les principales victimes des inégalités sociales dans le pays, des opportunités d’emploi à l’accès à l’éducation et à la santé.

De plus, selon les données de DataSUS, publiées par UOL, les décès parmi les Noirs causés par la violence physique ont augmenté de 59% dans le pays en huit ans. Au cours de la même période, l’augmentation enregistrée de ce type de décès chez les Blancs était de 1,3 %.

A lire aussi : Qu’est-ce que le racisme structurel ?

Est-il possible de mettre fin aux inégalités entre Noirs et Blancs ?

Selon l’étude d’Oxfam « La distance qui nous unit », les Noirs n’auront qu’une égalité de salaire avec les Blancs au Brésil en 2089. En 2015, alors qu’un Blanc gagnait 1 589,00 R$, un Noir en gagnait presque la moitié : 898,00 R$ faisant la même fonction .

L’activiste américaine Angela Davis a déjà déclaré que la liberté est une lutte constante. Par conséquent, il est nécessaire de lutter pour la représentation des Noirs dans toutes les sphères, y compris le Législatif, le Judiciaire, l’Exécutif.

Au Brésil, par exemple, la lutte pour plus d’espace en politique prend de plus en plus d’ampleur. En 2020, la proportion de candidats noirs était la plus élevée jamais enregistrée et pour la première fois les blancs n’étaient pas majoritaires.

Il convient de noter que, jusqu’à présent, le Brésil n’a eu qu’un seul président noir (Nilo Peçanha, qui a gouverné le pays du 14 juin 1909 au 15 novembre 1910).

Le Brésil est internationalement connu comme le pays de la démocratie raciale, cependant cette théorie qui a été largement diffusée dans la période post-abolitionniste ne justifie que le racisme structurel qui se produit aujourd’hui. Il est nécessaire d’étudier davantage notre histoire afin de construire un avenir plus juste et plus égalitaire pour tous.

Les références

Livre: Petit manuel antiraciste – Djamila Ribeiro (2019)

Livre: Racisme structurel – Silvio Almeida (2018)

Livre: Encyclopédie Negra -Flávio Gomes, Jaime Lauriano et Lilia Schwarcz (2021)

Vidéo de la chaîne de dragsters chevronnée de Rita Von Hunty :« Race à l’envers, BBB et autres fictions »


Vous pourriez également aimer...