Qu’en est-il des rêveurs et de leur long chemin vers la citoyenneté américaine ?

Donald Trump, a annoncé la fin du programme Action Différée à l’Arrivée des Enfants (DACA)créé par son prédécesseur Barack obama en 2012. Cette mesure, qui permettait aux jeunes immigrés de rester dans le pays et d’obtenir des permis de travail légaux, a laissé plus de 800 000 personnes, dont quelque 12 000 Colombiens, dans le flou et menacés d’expulsion.

Le DACA, mis en œuvre en 2012, était un décret d’Obama qui mettait fin à l’expulsion des immigrants arrivés dans le pays alors qu’ils étaient enfants et ayant vécu aux États-Unis. pendant au moins cinq ans. La mesure, qui obligeait les candidats à payer une amende et à ne pas avoir de casier judiciaire, n’offrait que des permis de travail, sans aucune voie claire vers la résidence permanente.

La décision de Trump d’annuler le programme repose sur des arguments d’inconstitutionnalité et sur sa promesse électorale de sévir contre l’immigration clandestine. Bien qu’il ait initialement adouci sa position à la Maison Blanche, il a subi la pression de la menace de poursuites judiciaires de la part de dix procureurs généraux d’État, qui ont soutenu que le décret d’Obama était inconstitutionnel et que seul le Congrès avait le pouvoir de prendre des décisions en matière d’immigration.

Face à cette situation, Trump a accordé un délai de six mois, jusqu’au 5 mars 2018, au Congrès pour trouver une solution législative qui protège les « rêveurs ». Pendant ce temps, ceux qui participent déjà au programme et ceux qui cherchent à le renouveler verront leur permis de travail valide seulement jusqu’à l’année prochaine, ce qui les exposera au risque d’expulsion une fois expiré.

Les scénarios futurs sont incertains, mais il est possible que le Congrès aborde la question à court ou moyen terme, surtout compte tenu de l’accord conclu entre Trump et les démocrates pour prolonger le plafond de la dette et financer le gouvernement fédéral pendant trois mois supplémentaires. Cela ouvre la porte aux démocrates pour faire pression en faveur d’une solution pour les « Rêveurs » dans le cadre des futurs accords budgétaires.

En résumé, La fin du DACA a généré une crise pour des milliers de jeunes immigrés qui risquent désormais d’être expulsés. de la seule maison qu’ils aient jamais connue. Entre-temps, le Congrès et l’administration Trump devront trouver une solution législative offrant une protection durable à ces « rêveurs ».