Le Brésil

qu’est-ce que c’était et quelle était son importance pour l’histoire?

Révolution haïtienne
En 1794, la situation change avec l’arrivée de Toussaint L’Ouverture assume la direction du processus révolutionnaire en Haïti. Photo : Wikimedia Commons.

LES Révolution haïtienne il se distingue pour avoir été le seul parmi les mouvements indépendantistes dans les pays d’Amérique latine à avoir un rôle de premier plan dans la population esclavagiste. Mais quelles sont ses particularités qui la rendent si importante dans l’histoire de l’Amérique latine ? Pour répondre à cette question, il faut d’abord comprendre comment s’est déroulée la colonisation de l’île et le processus révolutionnaire. Allez?!

La colonisation de l’île : la période pré-révolutionnaire

Les premiers Européens sont arrivés sur le territoire dont Haïti fait actuellement partie en 1492. Ainsi, les Espagnols ont été les premiers à coloniser la région nommée l’Île d’Hispaniola. Au cours de cette période, la principale activité exercée était l’extraction de l’or, qui faisait appel à la main-d’œuvre indigène. La pratique a entraîné la décimation de la plupart des indigènes de la région.

En 1697, la partie ouest de l’île passe sous domination française sous le nom de São Domingos. Les nouveaux colons ont introduit la production de canne à sucre. L’entreprise est considérée comme un succès puisque les échanges représentent les deux tiers de l’ensemble des échanges commerciaux réalisés par l’État français. Ainsi, à l’époque coloniale, l’économie locale était soutenue par le système des plantations – une structure économique basée sur la monoculture des latifundiums, dont la production est tournée vers l’exportation et utilise la main-d’œuvre esclave.

C’est à cette époque que les premiers navires négriers sont arrivés sur l’île, car les travailleurs étaient nécessaires pour les plantations de canne à sucre. Au cours de cette période, la traite négrière était si intense que la population d’esclaves représentait plus de 80% des habitants de l’île.

L’influence de la Révolution française sur la Révolution haïtienne

À la fin du XVIIIe siècle, les idéaux de la Révolution française se répandent dans le monde et la colonie française ne sera pas différente. Des livres d’auteurs tels que Voltaire, Montesquieu et Rousseau ont inspiré les indigènes à lutter pour l’établissement de principes tels que l’égalité entre les hommes, la liberté économique et d’expression sur leur territoire.

Les idées des Lumières ont atteint la colonie principalement par le biais de jeunes membres de l’élite qui sont allés étudier en Europe et y sont entrés en contact avec les idéaux libéraux, mais aussi par la contrebande de ces livres, puisqu’ils ont été interdits en Amérique. Une influence révolutionnaire française claire peut être vue dans le drapeau haïtien actuel, qui est composé respectivement de bleu, blanc et rouge, représentant la liberté, l’égalité et la fraternité.

A lire aussi : qu’est-ce que les Lumières ?

les premiers soulèvements

En 1789, durant la période de la Révolution française dite « Convention », l’esclavage dans les colonies est aboli. De telles nouvelles sont rapidement arrivées à São Domingos et, ainsi, à partir de 1791, plusieurs soulèvements d’esclaves ont éclaté à travers l’île. Ces mouvements n’avaient pas d’organisation centralisée, c’est pourquoi le chaos s’empara bientôt de la région…

En 1794, la situation change avec l’arrivée de Toussaint L’Ouverture qui a pris la tête du processus révolutionnaire.

Qui était Toussaint L’Ouverture ?

Touissant était le fils d’un Africain qui a été trafiqué à São Domingos comme esclave. Sur l’île, le père du futur chef de la Révolution haïtienne a été acheté par un propriétaire d’esclaves qui lui a offert des « privilèges » en tant qu’esclave – dont l’accès aux livres. Ainsi, son fils aîné, Touissant, a pu être alphabétisé par l’un des esclaves de la ferme.

Bientôt, parce qu’il était plus instruit que ses pairs, Toussaint L’Ouverture assuma sans trop de difficultés la position de conduire le processus dès son adhésion au mouvement révolutionnaire en 1794. Inspiré par la Révolution française et aussi par ses lectures de penseurs tels que Abbé Raynal et Júlio César, il a défendu que São Domingos devienne un fédération lié à la France.

la réponse française

En 1801, dans le but de réprimer la rébellion et de rétablir l’esclavage, Napoléon Bonaparte envoya une expédition d’environ 25 000 soldats sur l’île de São Domingos. En réponse, Toussaint a rassemblé des troupes et une série de combats ont eu lieu entre les révolutionnaires et l’armée napoléonienne.

En août 1802, Toussaint est arrêté et emmené en Europe. Là, un an plus tard, Toussaint mourut à cause des terribles conditions de vie auxquelles il était soumis.

indépendance de l’île

Même après la perte de leur principal chef, les révolutionnaires n’ont pas succombé. Ainsi, le 31 décembre 1803, après avoir vaincu l’armée française, le Déclaration d’indépendance La décision finale de Saint-Domingue a été lue et le pays a été rebaptisé Haïti. Le nom était un hommage aux indigènes de la région, car c’était ainsi qu’ils désignaient l’île avant la conquête. Le nom signifie « pays de montagnes ».

Ainsi, Jean Jacques Dessalines, l’un des principaux dirigeants révolutionnaires et le nom de confiance de feu Touissant L’Ouverture, est devenu le premier chef d’État d’Haïti. L’esclavage a été définitivement aboli dans le nouveau pays, qui, en plus, a quitté le commerce international du sucre et a commencé à se maintenir sur la base d’une agriculture de subsistance.

Le processus post-révolutionnaire a apporté des difficultés aux nouveaux diplômés République. Le refus de la France d’accepter l’indépendance, les compensations exigées par l’ancienne métropole et l’isolement économique dont souffrait le pays ont entravé son développement et ses effets se font encore sentir aujourd’hui.

L’influence de l’indépendance d’Haïti en Amérique latine

Comme mentionné précédemment, la Révolution a entraîné la fin du système colonial en Haïti avec la dissolution du système des plantations et l’abolition de l’esclavage. Conscientes de cela, les élites agraires d’autres pays américains ont décidé de prendre la tête de leurs processus d’indépendance pour assurer le maintien des structures économiques et sociales. L’objectif des élites était d’éviter une répétition de la Révolution haïtienne ailleurs.

A ce sujet, les historiens Cláudia Wasserman et César Barcelos Guazzelli, dans leur livre « Histoire de l’Amérique latine : de la découverte à 1900 », mentionnent

« Pour le reste du continent, il y avait un avertissement inquiétant : dans la première colonie indépendante d’Amérique latine, les conséquences avaient été un déclin économique marqué, la suppression des propriétaires terriens blancs et un État organisé par des esclaves insurgés ou des mulâtres libérés. »

Par conséquent, les messieurs de tout le continent en sont venus à craindre que l’appel Haïtianisme – un terme qui définirait l’influence de la Révolution haïtienne sur l’action politique des noirs et des métis – a inspiré la population noire d’autres endroits à suivre les traces de leurs compatriotes haïtiens.

Au Brésil, par exemple, cette peur a conduit les maîtres à une plus grande répression des esclaves. Une mesure de contrôle prise, par exemple, était la surveillance constante et la suspension des moments de fraternisation, tels que les célébrations et les jours de congé, pour empêcher la propagation révolutionnaire. Plusieurs tentatives de soulèvements noirs ont eu lieu au cours de la première moitié du 19e siècle au Brésil, le Révolte des Malês à Bahia, il peut être considéré comme le plus célèbre d’entre eux.

Vous avez aimé le contenu ? Laissez votre avis dans les commentaires !

LES RÉFÉRENCES

Ana Loryn Soares et Elton Batista da Silva : La révolution haïtienne : un état des lieux (1791-1804)

Claudineide Rodrigues Lima Sampaio : Haïtianisme au Brésil et la peur d’une vague révolutionnaire

CLR James – Les Jacobins noirs


Connaissez-vous déjà notre chaîne YouTube ?


Vous pourriez également aimer...