Le Brésil

Qu’est-ce que la féminisation de la pauvreté ? comprendre le concept !

Image d'illustration : féminisation de la pauvreté.  Image : Pixabay.com.
Image: Pixabay.com

Avez-vous déjà entendu parler du terme féminisation de la pauvreté ?

Dans ce contenu, Politize! vise à poser les bases de base sur la féminisation de la pauvreté : le concept, pourquoi elle se produit et quelle est son importance, ainsi qu’à comprendre le rôle principal des politiques publiques par rapport à ce thème.

Pour cela, des études sur la féminisation de la pauvreté seront analysées, à partir de l’introduction de ce concept par l’Américaine Diane Pearce dans un article publié en 1978.

Qu’est-ce que la féminisation de la pauvreté ?

La féminisation de la pauvreté peut être définie comme un processus qui commence lorsqu’une femme avec enfants n’a plus de partenaire vivant dans le même foyer, elle elle seule doit assumer la responsabilité de son entretien et de celui de ses enfants..

Ainsi, les études discutées ici sur la féminisation de la pauvreté visent à femmes chefs de famille avec de petits enfants. On comprendra aussi l’augmentation progressive des ménages dirigés par des femmes et le rôle de l’État avec les politiques publiques pour aider ces femmes.

Pour mieux comprendre le concept de féminisation de la pauvreté, il faut d’abord parler de ce que ces deux termes signifient séparément. Selon Marcelo Medeiros et Joana Costa pour le Centre international de la pauvreté (2008), la la pauvreté est manque de ressources ou de libertés qui sont généralement appelés dimensions de la pauvreté.

Le terme « féminisation» peut être utilisé pour indiquer un changement sexiste dans toutes les dimensions. La féminisation est une action, un processus de féminisation. Dans ce cas, « féminin » signifie « plus fréquent ou intense chez les femmes ou les ménages dirigés par une femme“.

Le concept selon Diane Pearce

Le concept de féminisation de la pauvreté a été développé pour la première fois dans les années 1970 par Diane Pearce dans son article publié dans le Journal of Urban and Social Change, dont le titre principal est « Feminization of Poverty », suivi du sous-titre « woman, work and assistance ». social » selon Buvinic et Gupta (1994).

Pearce est membre du corps professoral de l’UW School of Social Work et directrice du Center for Women’s Welfare. Elle a été reconnue pour avoir inventé l’expression féminisation de la pauvreté. Elle a beaucoup écrit et parlé de la la pauvreté des femmes et l’inégalité économique. Ses domaines d’expertise se concentrent sur la façon dont les emplois à faible revenu et à temps partiel, l’assurance-chômage, l’itinérance et la réforme de l’aide sociale affectent les femmes.

Pearce, dans son article, a expliqué que le processus de pauvreté des femmes est associé à l’augmentation de ménages pauvres dirigés par une femme, étant ces familles qu’il n’y a pas d’adulte mâle. Il convient de noter que l’auteur reconnaît également qu’il existe des femmes pauvres qui vivent dans des ménages dirigés par des hommes, mais ici son analyse se concentre uniquement sur les femmes qui sont pauvres parce qu’elles sont des femmes.

Le processus de féminisation de la pauvreté, pour Pearce (1978), est lié à la source de revenu de ces femmes chefs de famille et les résultats que proposent les politiques publiques pour contribuer à réduire la pauvreté.

À source de revenu sont classés en : salaire ; transfert privé (comme une pension alimentaire); et le transfert public, qui peut être de deux types : les femmes en congé ou à la retraite, si elles ont droit à la sécurité sociale, et ceux perçus par les femmes pauvres bénéficiant des programmes de réduction de la pauvreté qui s’inscrivent dans les politiques publiques de l’État.

Quant aux politiques publiques, Pearce estime que leur rôle est de vérifier si ces politiques contribuent à la surmonter la situation d’extrême pauvreté des femmes chefs de famille ou ils finissent par le perpétuer.

D’autres facteurs qui contribuent également à la féminisation de la pauvreté seraient : le manque d’accès des femmes au pouvoir, à l’éducation, à la formation et aux ressources productives. Cela se produirait du fait que de nombreuses femmes occupent des activités administratives « féminines », chargées la plupart du temps de travaux domestiques non rémunérés, constituant un obstacle majeur à leur insertion sur le marché du travail.

A lire aussi : Les femmes et le marché du travail brésilien.

Féminisation de la pauvreté au Brésil et en Amérique latine

Après que le thème ait émergé aux États-Unis dans les années 1970, la féminisation de la pauvreté a ensuite commencé à être discutée en Amérique latine, en particulier au Brésil par des agences gouvernementales. Par conséquent, la catégorie du genre et de la pauvreté, la signification de la féminisation de la pauvreté et les politiques sociales visant à lutter contre les inégalités entre les sexes ont également été discutées ici.

Selon Novellino (2004), les femmes représentent 70% des pauvres dans le mondeelles effectuent 70 % des heures de travail et leurs gains n’atteignent que 10 % des données mondiales, alors même que la population féminine correspond à 51 % dans le monde.

Barroso (1978), à partir des données tirées de l’enquête nationale par sondage auprès des ménages (PNAD), met en évidence les résultats suivants :

  • a) près de la moitié des femmes chefs de famille ont 50 ans ou plus;
  • (b) leurs niveaux d’éducation sont bien inférieurs à ceux des hommes ;
  • (c) moins de la moitié des femmes chefs de ménage sont économiquement actives ;
  • (d) moins de 20 % reçoivent une pension ou une retraite ;
  • e) les gains de ces femmes sont bien inférieurs à ceux des hommes.

De cette façon, les informations de la recherche amènent la même question soulevée par l’Américaine Pearce (1978) dans l’univers brésilien : les difficultés éprouvées par les femmes pauvres qui se séparent de leur partenaire ou qui ne l’ont jamais eu, pour subvenir à leurs besoins et à ceux de leurs enfants, provoquent une résultat d’une participation plus faible et pire de ces femmes au marché du travail.

Politiques publiques et féminisation de la pauvreté

Concernant les politiques publiques, Novellino (2004) souligne qu’il s’agit d’actions gouvernementales qui s’expriment à travers les gouvernements municipaux, étatiques ou nationaux, telles que la législation, les programmes, les réglementations, les crédits, les décisions administratives et judiciaires. Les politiques publiques ont pour but de résoudre des problèmes publics.

Dans des pays comme le Brésil, le rôle des politiques publiques est de subvenir au moins aux besoins fondamentaux de leur population : santé, travail, éducation et droits humains. Les politiques de réduction de la pauvreté visent à réduire les souffrances des pauvres, y compris la génération de revenus, la création d’emplois, des lignes de crédit spéciales, la distribution de la propriété, la réforme agraire, les programmes d’éducation et d’emploi.

En tant que politiques publiques de genre, leur objectif est de contribuer à l’autonomisation des femmes et à l’élimination de l’inégalité de pouvoir entre les femmes et les hommes.

Dans la plupart des pays d’Amérique latine, les politiques de genre sont également liées aux inégalités sociales et ethniques. Les principales questions de genre, sociales et ethniques sont : les droits sexuels, l’accès aux services de santé, la violence domestique et de rue, les garderies et les écoles maternelles, la répartition des propriétés, la réforme agraire, les programmes d’éducation et d’emploi, la représentation politique et la participation politique, la déréglementation de la législation du travail , et la privatisation de la sécurité sociale, selon Novellino (2004).

A lire aussi : Droits des femmes (projet Equité).

Il est entendu que les programmes sociaux au Brésil ne garantissent pas la satisfaction des besoins de base, ce qui ne change pas la situation de pauvreté des femmes. Les bénéficiaires sont pour la plupart au chômage ou sous-employés, à la recherche d’autres stratégies de survie pour faire face à la pauvreté.

Selon Lavinas (1996), l’auteur décrit qu’il existe des inégalités qui sont caractéristiques du genre et d’autres qui se produisent entre les pauvres et les non pauvres. Le taux d’activité est plus faible pour les femmes, qu’elles soient pauvres ou non pauvres ; la journée de travail est plus courte pour les femmes. Le chômage est plus élevé chez les pauvres, quel que soit leur sexe, et l’accès à un contrat formel est plus élevé chez les non pauvres.

Avec cela, on comprend que les discussions sur la féminisation de la pauvreté démontrent que les femmes, parce qu’elles ont du mal à entrer dans la vie publique, deviennent inférieures et susceptibles à la condition de vulnérabilité. Cela a tendance à s’aggraver lorsque la condition de pauvreté est combinée, car il est difficile d’atteindre des niveaux d’autonomie féminine.

Les programmes sociaux de revenu minimum ne peuvent pas résoudre tout le problème de la pauvreté et la cible principale est les femmes pauvres, considérées comme les principales responsables des familles et gestionnaires des ressources gouvernementales. Une politique de genre idéale devrait accroître la participation des femmes à la conception de ces politiques, plutôt que de les considérer simplement comme des bénéficiaires de programmes et de services sociaux.

Alors, avez-vous compris ce que signifie la féminisation de la pauvreté ? Que pensez-vous des politiques publiques pour remédier à cette situation ? Laissez votre avis ou question dans les commentaires !

Les références:
  • Buvinic, Mayra; Gupta, Geeta Rao (1994). Cibler les ménages pauvres dirigés par une femme et soutenus par une femme dans les pays en développement : points de vue sur un dilemme politique.
  • Lavinas, Léna (1996). Les femmes dans l’univers de la pauvreté : le cas brésilien. Études féministes, v.4, n.2, p.464-479.
  • Medeiros, M. et J. Costa (2008). « Y a-t-il une féminisation de la pauvreté en Amérique latine ? [Há uma feminização da pobreza na América Latina?] Développement mondial 36(1): 115-127.
  • Maria Salet F. Novellino. Études sur la féminisation de la pauvreté et les politiques publiques pour les femmes. Présenté à la XXVIII Réunion Annuelle de l’ANPOCS, Caxambu, du 20 au 24 septembre 2004
  • Pearce, Diane (1978). La féminisation de la pauvreté : femmes, travail et bien-être. Examen des changements urbains et sociaux, p.28-36
  • Washington, DC : ICRW.

Connaissez-vous déjà notre chaîne Youtube ?


Vous pourriez également aimer...