Le Brésil

Qu’est-ce que la mutation constitutionnelle ?

Avez-vous déjà entendu parler de la mutation constitutionnelle ? Connaissez-vous l’impact de cela sur notre pays? Pouvez-vous imaginer comment cet outil, largement utilisé par la Cour suprême, influence directement les problèmes du quotidien ? Découvrez-le dans le texte ci-dessous !

Concept et importance de la mutation constitutionnelle

Tout d’abord, il est important de se demander : si notre Constitution fédérale a été promulguée en 1988, comment reste-t-elle en harmonie en 2021 ? Que faire pour l’appliquer dans sa forme actuelle sans changer constamment le texte constitutionnel ?

Nous savons que la seule façon de modifier formellement notre Constitution est de passer par un PEC (Proposed Amendment to the Constitution), dont le concept, la procédure et d’autres particularités sont expliqués très clairement ici.

Fondamentalement, la PEC ne peut être présentée que par au moins 1/3 (un tiers) des députés ou sénateurs, par le Président de la République ou par plus de la moitié des Assemblées législatives des Unités fédératives. Il convient de rappeler que la proposition ne peut pas faire face aux clauses dures. Après la présentation, il est analysé par la CCJ (Commission pour la Constitution de la Justice et de la Citoyenneté) et par une commission temporaire créée par la CCJ.

Le but des commissions est de vérifier si la proposition a été présentée par quelqu’un qui peut (a la légitimité de l’initiative), et si le contenu de la PEC n’enfreint pas la Constitution fédérale – c’est-à-dire s’il ne viole pas les clauses enchâssées .

Après cela, le PEC est envoyé aux deux chambres du Congrès national, où il doit être approuvé avec un quorum minimum de 3/5 (trois cinquièmes) des parlementaires de la Chambre des députés et du Sénat fédéral, et la discussion doit se dérouler en deux tours. Et puis, juste en cas de survie, le PEC sera promulgué et publié.

Il y a beaucoup de formalités à respecter, n’est-ce pas ? À cause d’eux, le délai entre la présentation de la proposition et l’entrée en vigueur effective de l’amendement constitutionnel est généralement assez long. Et c’est à ce stade que le changement constitutionnel manifeste son importance.

La mutation constitutionnelle est la possibilité de changer le sens d’une norme sans avoir à apporter une modification expresse au texte. Autrement dit, l’interprétation donnée à un article donné s’adaptera aux transformations du temps, sans aucune intervention directe sur celui-ci ; son contenu reste inchangé, mais le sens est nouveau.

Mais pourquoi est-ce si important de le savoir ?

Ce phénomène est bien plus fréquent qu’il n’y paraît ! La Cour suprême fédérale utilise la mutation constitutionnelle pour rendre de nombreuses décisions importantes, même parce que, comme il s’agit d’une alternative informelle, elle prend moins de temps pour produire des effets pratiques, contrairement à la PEC.

Aussi, saviez-vous qu’il est très probable que vous ayez vu un cas notoire dans lequel il y a eu un changement constitutionnel?

Cas dans lesquels le STF a fait usage de la mutation constitutionnelle

UNION HOMOAFFECTIVE

La Constitution fédérale traite de la reconnaissance du concubinage en tant qu’entité familiale dans son article 226, § 3, qui dispose que : « Aux fins de la protection de l’État, le mariage de fait entre hommes et femmes est reconnu en tant qu’entité familiale, en raison de la loi facilitant votre conversion en mariage ».

Dans une analyse littérale, il semble que la seule relation envisagée soit celle entre un homme et une femme, mais ce n’est pas le cas. Le sens de cet article a changé il y a des années. Le STF, en 2011, a donné une interprétation selon la Constitution pour reconnaître l’union stable également entre les couples de même sexe.

Notez qu’il n’y a eu aucun changement dans la norme constitutionnelle. Elle semble encore ne contempler que la relation entre l’homme et la femme. Cependant, en termes pratiques, en vertu de la décision de la Cour suprême, l’union stable au sein des relations homosexuelles est également reconnue depuis plus d’une décennie.

GAMME DU CONCEPT MAISON

De même, il y a eu également une modification de l’article 5, point XI de la Constitution fédérale, qui dispose que : « la maison est un asile inviolable de l’individu, nul ne peut y entrer sans le consentement du résident, sauf en cas de flagrant délit ou catastrophe, ou pour porter secours, ou, dans la journée, sur décision de justice ».

Le changement promu était dans l’interprétation du concept de maison. En effet, dans une analyse précédente, la maison mentionnée dans cet article semble ne concerner que la résidence dans laquelle vit l’individu, n’est-ce pas ?

Ce n’est pas le cas, cependant. Le STF a compris depuis des années qu’à des fins de protection juridique, la notion de « maison » est beaucoup plus large qu’il n’y paraît, englobant toute pièce d’un logement collectif occupée.

Même si vous séjournez dans un hôtel, ce lieu est inclus dans la protection de l’article mentionné ci-dessus et sera également considéré comme inviolable, avec toutes les protections inhérentes.

Et a-t-il des limites ?

D’un point de vue juridique, la mutation constitutionnelle n’a pas de limites.

Cependant, il est important de souligner que, comme dans tout changement impliquant la Constitution fédérale, les clauses de pierre doivent être respectées – si vous ne savez pas quelles sont les clauses de pierre, elles sont expliquées dans ce texte.

De plus, suivant la logique selon laquelle la mutation constitutionnelle doit être guidée pour que l’interprétation donnée soit conforme à la Constitution, la finalité est perdue si les règles fondamentales qui y sont prévues ne sont pas respectées, n’est-ce pas ?

Conclusion

Nous concluons donc qu’au sein d’un État de droit démocratique, la Constitution fédérale représente le document le plus puissant pour l’exercice de la démocratie. Et surtout à cause de ça, elle a besoin d’être dans harmonie avec la réalité sociale, ce qui démontre que le changement constitutionnel n’est pas seulement une alternative, mais une nécessité dans un monde en constante évolution.

LES RÉFÉRENCES

  • MENDES, Gilmar Ferreira ; BLANC, Paulo Gustavo Gonet. Cours de droit constitutionnel. 13e Ed. São Paulo (SP) : Saraiva Educação, 2018. E-book. Consulté le 24 juin 2021.
  • MOTTA, Sylvio. Droit constitutionnel. 29e édition Rio de Janeiro (RJ) : Médecine légale ; MÉTHODE, 2021. E-book. Consulté le 24 juin 2021.
  • BARROSO, Luis Roberto. Cours de droit constitutionnel contemporain : notions fondamentales et construction du nouveau modèle. 9e édition São Paulo (SP): Saraiva Educação, 2020. E-book. Consulté le 24 juin 2021.
  • NEJAIM, Eduardo Fontes. Trois cas majeurs de mutation constitutionnelle reconnus dans le STF. Rio de Janeiro (RJ): Legal Scope, 2017. Consulté le 24 juin 2021.
  • DUR, Rodrigo Silva. Mutation constitutionnelle : concept, histoire et évolution. Goiânia (GO) : JusBrasil, 2016. Consulté le 24 juin 2021.
  • CLÈVE, Clemerson Merlin; LORENZETTO, Bruno Meneses. Mutation constitutionnelle et sécurité juridique : entre changement et permanence. Curitiba (PR) : Unisinos Magazine, 2015. Consulté le 24 juin. 2021.
  • MILITIO, Glaucie. Quel que soit le type de logement, il est inviolable. CONJUR, 2007. Consulté le 24 juin 2021.
  • BRÉSIL. Constitution (1988). Constitution de la République fédérative du Brésil. Brasilia (DF) : Sénat fédéral : Centre graphique, 1988.


Vous pourriez également aimer...