Le Brésil

Qu’est-ce que l’actualité criminelle?

Image illustrative pour les nouvelles de la criminalité.  Personne détenant un document avec le logo de la police civile.
Reproduction: Police civile de l’État du Paraná

Cette semaine, la colonne de la Commission d’État pour le plaidoyer des jeunes est chargée d’apporter de brèves leçons sur l’institut des nouvelles de la criminalité. Comme son nom l’indique, le thème se situe dans le domaine du droit pénal.

Qu’est-ce que l’actualité criminelle?

Aussi connu sous le nom de «notitia criminis»« , d’une manière simple, une actualité criminelle est caractérisée comme le l’acte de la victime d’un crime porte le crime à l’attention de l’autorité de police, c’est-à-dire transmettre la connaissance d’un fait criminel au chef de la police.

En règle générale, le rapport de crime est enregistré dans un document, appelé rapport de police.

En d’autres termes, nous parlons de ce que l’on appelle communément une «plainte». Cependant, nous recommandons déjà au lecteur de ne pas s’en tenir à ce terme populaire, car nous montrerons plus tard qu’il existe une grande différence pratique entre les informations sur le crime et la plainte pénale.

Dans le contexte juridique, l’expression latine «Notitia criminis» il s’agit d’informations sur la survenance d’un crime qui permettent l’ouverture d’une procédure pénale dont le but est de condamner ou de dispenser une personne de purger une peine liée au crime signalé dans la «notitia criminis».

Quels types d’actualités criminelles?

Selon le professeur Fernando Capez, les informations sur le crime peuvent être classées comme a) cognition directe ou immédiate, b) sans réserve, c) indirecte et d) cognition coercitive ou forcée [1].

Toutes ces espèces portent des concepts et des différences qui méritent d’être soulignés.

Concernant les actualités ctemps de cognition directe ou immédiate, cela peut être observé lorsque la connaissance de l’infraction pénale vient du chef de la police lui-même dans l’exercice de ses activités habituelles. Par exemple, imaginez qu’un délégué regarde un journal et se rend compte d’une pratique criminelle possible.

le actualités criminelles sans réserve se produit lorsque le policier prend connaissance du crime par un rapport anonyme.

De plus, les actualités crime de cognition indirecte ou médiatisée, peut être observée lorsque l’autorité de police prend connaissance de l’infraction pénale par le biais d’une demande formelle. Autrement dit, l’autorité policière est prouvée par une communication officielle, faite par le juge, le procureur, le ministre de la Justice ou la victime elle-même, par représentation.

Enfin, les nouvelles du crime de cognition coercitive ou forcée, est identifié lorsque le chef de police prend connaissance de l’infraction criminelle par la présentation d’un individu pris en flagrant délit.

Concernant les chances d’être pris en flagrant délit, nous vous recommandons de lire l’article Politize! sur les types de prisons au Brésil.

Quelles exigences doivent être respectées dans une actualité policière?

Le rapport d’infraction peut se matérialiser par un rapport de police ou une pétition adressée au chef de la police, au procureur ou au juge. La loi n’exige pas de rigueur formelle, mais des exigences minimales doivent être présentes, telles que le récit des faits, la qualification de l’auteur probable du crime et, de préférence, la preuve de ce qui s’est passé.

La personne qui soumet le rapport de crime doit être consciente du fait que signaler à tort un crime ou désigner un innocent comme délinquant peut avoir des conséquences pénales. Et l’informateur du crime peut finir par avoir son nom indiqué dans une nouvelle information sur le crime.

Dans le code pénal, nous avons deux crimes (appelés dans le domaine juridique le type criminel), le dénonciation calomnieuse – prévu à l’art. 399 du Code pénal – et le fausse communication d’un crime ou d’un délit – prévu à l’art. 340 du Code pénal.

De l’art. 339 du Code pénal amène le concept de dénonciation calomnieuse, dans laquelle la pratique de ce crime est identifiée lorsqu’une personne donne lieu à l’ouverture d’une enquête policière, à une procédure judiciaire, à une procédure administrative disciplinaire, à l’imputation d’un crime, à une infraction éthique-disciplinaire ou à un acte déraisonnable. à une autre personne dont le dénonciateur sait qu’elle est innocente.

L’article 340 du Code pénal, en revanche, prévoit la fausse communication d’un crime ou d’un délit, dans lequel la survenance de ce crime est identifiée, lorsque l’individu ment sur le fait criminel.

Dans la dénonciation calomnieuse, le fait est vrai, cependant, l’individu a menti par rapport à l’auteur du crime. Dans la fausse communication d’un crime ou d’un délit, l’infraction n’existe même pas.

Crime News, Délation et Représentation

Il est très courant que les gens connaissent l’actualité du crime par leurs expressions: aller au poste de police pour «porter plainte» ou «faire un BO» est une nouvelle criminelle.

Mais attention, si la communication est quelque chose qui arrive à des tiers et non à vous, ce ne sera plus une nouvelle de crime, en ce moment votre communication est une plainte («Delacio criminis»).

De la même manière que lorsque la demande émane de l’autorité de police, il le représentera. Par exemple, sa demande au juge pour une interception téléphonique, c’est-à-dire une représentation.

Quelle est la différence entre une plainte et un rapport de crime?

Il est important de se rappeler que les informations sur la criminalité ne sont pas la même chose qu’une plainte pénale, puisque le premier est l’acte par lequel l’individu rapporte à une autorité de police ce qu’il croit avoir eu lieu et qui est pertinent dans le domaine pénal. En d’autres termes, il s’agit de la communication d’un crime aux autorités policières.

La plainte pénale est une procédure judiciaire, une sorte d’action pénale. Autrement dit, dans la plainte pénale, on parle déjà d’une procédure pénale, devant un juge.

Dans cette action, il y a ce que nous appelons une action pénale de nature privée, dans laquelle la procédure est engagée d’une part par le «plaignant» – l’auteur du criminel qui demande une condamnation – et d’autre part par la victime du crime, qui cherche dans ce processus, la condamnation de l’individu.

Pour en comprendre un peu plus sur la plainte pénale, nous vous recommandons de lire l’article sur l’action pénale publique de Politize!. Assurez-vous de le vérifier?

Alors, avez-vous aimé le contenu? Qu’aimeriez-vous savoir d’autre sur le monde du droit?

Bibliographie

CAPEZ, Fernando. Cours de procédure pénale. 26e éd., Rév. et courant. São Paulo: Saraiva, 2019. Pag, 199.

NUCCI, Guilherme de Souza. Code de procédure pénale commenté – 15. éd. rev., courant. et ampl. – Rio de Janeiro: Forensic, 2016.


Vous pourriez également aimer...