Le Brésil

Qu’est-ce que l’architecture hostile dans les villes ?

Début 2021, le père Julio Lancellotti popularise un débat sur l’architecture. Le prêtre a brisé des pierres installées sous le viaduc Dom Luciano Mendes de Almeida, dans la zone est de la ville de São Paulo. Les pierres ont été placées pour éviter la présence de sans-abris qui dormiraient sur place. Le travail, qui a coûté plus de 48 000 R$ aux caisses publiques, n’est pas un événement isolé, mais un exemple d’architecture hostile.

Bancs carrés avec cloisons, lances sur les murs bas, garde-corps, rampes et hauts murs avec des fils sont quelques exemples d’éléments qui caractérisent l’architecture hostile, également appelée exclusion architecturale, design désagréable et architecture anti-mendiant. Malgré la variation nominale, l’objectif est le même : restreindre et contrôler le droit d’occuper l’espace urbain.

Qu’est-ce qui caractérise une « architecture hostile » ?

L’architecture hostile est comprise comme des structures architecturales, principalement dans les régions centrales, commerciales et plus nobles des villes, qui cherchent à restreindre certains comportements, tels que l’agglomération de groupes ou de publics spécifiques, souvent des personnes vivant dans la rue. Dans une interview avec ECOA, de UOL, l’architecte et fondateur du collectif « Arquitetas (in)Visíveis » Luiza Coelho a défini la fonctionnalité de ce modèle.

« L’architecture hostile s’impose au-dessus du désir de la population, des usagers de ce lieu. C’est une architecture qui s’éloigne, qui ne sert pas d’espace de rencontre. Un exemple en est les murs gigantesques des copropriétés, qui créent des angles morts dans les villes et génèrent de l’insécurité pour les personnes qui circulent sur les trottoirs ».

La définition de l’architecture hostile proposée par Coelho est proche du terme popularisé par le journaliste Ben Quinn, dans The Guardian en 2014, en référence aux espaces publics inconfortables répartis dans Londres dans le but d’éloigner à la fois les sans-abri et les skateurs qui occupent les places et les trottoirs.

« En plus des dispositifs anti-patinage, les rebords des fenêtres au niveau du sol ont été « ornés » de pointes ou de brochettes pour empêcher les gens de s’asseoir ; les sièges inclinés aux arrêts de bus découragent la permanence, et les sièges sont divisés avec des accoudoirs pour empêcher les gens de s’allonger dessus », écrit Quinn, dans la traduction de Maria Cristina Itokazu d’Autres mots.

Tout au long du texte, Quinn présente différents points de vue sur la question. L’historien Iain Borden, entendu par lui, souligne que l’architecture hostile aurait commencé à gagner du terrain dans les métropoles à partir des années 1990. Borden souligne que l’usage de l’espace public ne serait valable que tant que les citoyens travailleraient ou consommeraient des biens.

« C’est pourquoi il est acceptable, par exemple, d’être assis, tant que vous êtes dans un café ou dans un endroit prédéterminé, mais pas des actions telles que jouer des comédies musicales, manifester ou patiner », argumente Borden.

Le terme popularisé par Quinn déplaît cependant à de nombreux architectes. « L’architecture est totalement contre l’hostilité, elle existe pour offrir des environnements de qualité de vie. Quand une ville est hostile c’est parce qu’elle ne pense pas à l’architecture, elle ne pense pas aux gens», a déclaré l’architecte et urbaniste Ellen Yanase à ECOA, de l’UOL.

L’installation d’éléments hostiles à l’expérience collective cherche à répondre au désir de sécurité et à réduire le risque d’actions violentes dans ces régions. Cependant, pour l’architecte et président de la Institut des architectes du Brésil (IAB-RJ) dans le rapport #COLABORA en 2016, l’effet est plutôt inverse.

« C’est une solution agressive dans une situation précaire. Une architecture qui isole est aussi hostile et potentialise la violence. En théorie, une ville devrait accueillir des personnes différentes. Il faut s’habituer à la présence de l’autre, avec générosité. C’est la fonction d’une cité, bien différente d’un clan fermé. Mais quand elle devient hostile, cela n’a plus de sens. Les groupes ne sont pas les bienvenus. Et, au lieu de politiques publiques pour résoudre les problèmes, ces méthodes de coexistence hostiles surgissent ».

Dans le livre « Unpleasant Design » (2016), qui rassemble des articles édités par Selena Savic et Gordon Savicic, la tendance de l’architecture hostile est observée à un niveau global, offrant plus de matière d’analyse et de réflexion. Le sociologue Antônio Maria Claret de Souza Filho, dans une revue publiée en 2018, a souligné que l’ouvrage apporte un regard original sur les effets d’un design désagréable, ou d’une architecture hostile, en montrant que ce modèle a tendance à faire face aux effets et non aux causes. des problèmes sociaux les plus urgents.

« De manière générale, les publics concernés par ce phénomène sont précisément ceux qui cumulent les désavantages et sont, traditionnellement, marginalisés et déresponsabilisés. Les classes moyennes et supérieures, en consortium avec l’État, par ce type d’« investissement » dans l’espace public, cherchent à assurer leurs standards de confort, y compris esthétiques, en confiant à des agents silencieux et inanimés la tâche d’éloigner ceux qui ne « intégrer » dans leurs espaces de vie et de consommation ».

Quelles sont les conséquences d’une architecture hostile ?

Dans la revue de travail « Conception désagréable », Souza Filho souligne également que le design est construit sur des bases idéologiques pour articuler des structures capables de façonner les expériences humaines et les interactions possibles avec la ville.

« Lorsqu’il est désagréable, le design fonctionne comme un agent silencieux qui renforce la ségrégation, garantissant que les inégalités historiques et structurelles peuvent être reproduites dans le présent, dans la vie quotidienne et dans le microcosme d’une rue, d’un centre commercial ou d’une place. Grâce à ces structures, il est possible de signaler qui sont les personnes et quelles sont les attitudes et les comportements attendus et acceptés dans chaque contexte ».

Dans le mémoire de maîtrise « ARCHITECTURE HOSTILE ET PERCEPTION DE LA SENSATION D’INSÉCURITÉ: Une barrière à la vitalité et à l’urbanité, dans le quartier Espinheiro », défendue par la chercheuse Shayenne Barbosa Dias, en 2019, on observe qu’en privilégiant la protection de l’espace privé, l’architecture devient un catalyseur de limitation et de rupture des liens.

« L’expérience de l’espace urbain est unique pour chaque individu et est aussi partie constitutive de l’être humain et donc de l’être urbain. Une architecture difforme pour l’expérience du corps, illisible pour l’individu, qui ne construit pas la ville comme un abri pour l’homme, est susceptible de devenir hostile, même si, à première vue, cette action architecturale n’est pas perçue » (2019, p.25).

Pour illustrer les impacts causés par l’architecture hostile, Dias soutient que le « non-dialogue » entre les bâtiments et les condominiums résidentiels avec les rues et la vie hors les murs entraîne une dénaturation de l’essence de l’espace urbain.

« Comme le trottoir n’est pas quelque chose d’attrayant, moins de gens circulent sur les trottoirs, il n’y a pas de diversité, car les façades se tournent vers l’intérieur, les extrémités murées et les rues privatisées transforment de plus en plus l’expérience urbaine en une action monotone, solitaire, hostile et précaire. Les conséquences ne sont pas scandaleuses, elles se produisent silencieusement et érodent l’essence de la vie urbaine » (2019, p. 50).

Comment éviter les villes hostiles ?

Nadia Somekh, présidente de Conseil Brésilien d’Architecture et d’Urbanisme (CAU-BR) a affirmé le rapport ECOA, de l’UOL, que les voies pour renforcer la proposition de villes plus accueillantes passent par la construction de politiques publiques intégrées à l’inclusion. « Nous devons travailler pour la réduction des inégalités, pour un développement économique inclusif, pour la formulation de nouvelles activités de travail et d’aide au logement », révèle-t-il.

Dans ce sens, le 31 mars 2021, le projet de loi 488/2021, rédigé par le sénateur Fabiano Contarato (Rede-ES), a été approuvé, qui modifie le statut de la ville (loi 10 257, 2021), pour interdire l’utilisation de l’architecture urbaine hostile à la libre circulation de la population de la rue dans les espaces publics. Le projet de loi, actuellement en cours d’examen à la Chambre des députés, était une réponse directe à l’action du père Júlio Lancellotti, évoquée au début de ce texte.

À l’Agence Senado, Contarato a fait valoir que le développement urbain est strictement lié à la réduction de la marginalisation et que les actions contraires à la lutte contre cette réalité devraient être répudiées par l’État. « La racine du problème est la pauvreté, la marginalisation et le manque de logements décents. Mettre les personnes vulnérables hors de vue ne résout pas ces problèmes. Au contraire, elle aggrave encore plus les inégalités urbaines ».

LES RÉFÉRENCES

JOURS, Shayenne Barbosa. Architecture hostile et perception du sentiment d’insécurité : une barrière à la vitalité et à l’urbanité dans le quartier d’Espinheiro. 2019. 137f. Mémoire (Master en études urbaines et régionales) – Centre des sciences humaines, des lettres et des arts, Université fédérale de Rio Grande do Norte, Natal, 2019.


Vous pourriez également aimer...