Qu’est-ce que l’Observatoire de la transparence électorale ?

Vote. Image : Freepik

Les élections brésiliennes sont entourées de questions et de controverses quant à leur transparence. Combien de fois avez-vous vu un politicien ou un citoyen douter de la fiabilité des élections ? Pour résoudre ce problème, le Tribunal supérieur électoral (TSE) a créé le Observatoire de la transparence électorale (OTE) .

Dans ce texte, vous lirez comment l’Observatoire de la transparence électorale a été créé, quelle est sa fonction, qui participe à cette organisation et quelle a été la motivation de sa création.

Et vous connaissez déjà l’Observatoire de la Transparence Électorale et souhaitez en savoir un peu plus sur le Élections au Brésil? Pour cela, continuez à lire ça Politize! clarifie tout pour vous!

Voir aussi: historique du vote au Brésil

A quoi sert l’Observatoire de la Transparence Electorale ?

L’Observatoire de la transparence électorale a été créé par le ministre et président du TSE de l’époque, Luís Roberto Barroso, le 8 septembre 2021, pour collaborer avec la Commission pour la transparence électorale (CTE). Tous deux créés pour améliorer la compréhension de la société des élections du pays.

L’OTE a pour objectif de rendre transparentes toutes les étapes du processus électoral, d’accroître les connaissances des Brésiliens et de préserver l’intégrité des élections. Elle a aussi été créée pour rapprocher la société de la Cour, dans une « voie à double sens » qui démocratise tout ce qui touche au processus électoral.

L’objectif est de fiabiliser le processus électoral pour les électeurs en démocratisant ses étapes et ses procédures. Ainsi, avec une meilleure connaissance et des détails sur le fonctionnement des élections, les controverses impliquant de fausses nouvelles diminueront également.

Les participants de l’Observatoire et de la Commission pour la transparence des élections étaient chargés de proposer des actions au TSE pour contribuer à la démocratisation du processus électoral. Ces idées ont été traitées par les domaines techniques de la Cour et ont été ajoutées à la liste des Plan d’action pour accroître la transparence du processus électoralun projet dont OTE fait partie.

En plus de l’Observatoire, neuf autres mesures ont été mises en œuvre dans le Plan d’action pour accroître la participation sociale aux élections et les rendre fiables et sûres. Sont-ils:

  1. La Commission pour la transparence des élections ;
  2. L’anticipation des inspections de code source ;
  3. Améliorer le test de sécurité publique
  4. La publication des codes sources ;
  5. Élargissement de la participation des entités d’inspection à la préparation des urnes ;
  6. L’évolution des tests d’intégrité ;
  7. La publication, sur internet, des fichiers du Relevé Numérique des Votes (RDV) et des journaux des urnes ;
  8. Encourager les bulletins de vote des bureaux de vote à être vérifiés par les responsables des bureaux de vote ;
  9. Le renforcement de la communication institutionnelle.

Il est à noter que l’Observatoire a été conçu pour être simple, pratique et explicatif, en plus d’avoir des dizaines de membres, des représentants d’entités pouvant apporter des informations à la population. La Commission pour la transparence des élections, quant à elle, est de nature plus technique, n’est composée que de 12 membres et n’est pas concernée par la participation populaire.

En outre, le ministre Luís Roberto Barroso a déclaré lors de la formation du CTE, qu’il recherchait des spécialistes dans le domaine de la technologie et des représentants des institutions publiques et des entités de la société civile, « afin de garantir la pluralité des visions et des compétences ».

Voir aussi notre vidéo sur les partis politiques au Brésil !

Pourquoi OTE a-t-il été créé ?

La création de l’Observatoire de la transparence des élections s’est produite au moment même où l’ancien président Jair Bolsonaro et plusieurs de ses électeurs insinuaient que le système électoral brésilien était défectueux. Cependant, l’ancien président n’a jamais été en mesure de prouver la fraude dans le processus électoral.

A l’époque, plusieurs accusations contre le système actuel des urnes avaient été portées, en plus de la défense du vote imprimé. Une proposition d’amendement à la Constitution (PEC) qui rendrait les votes imprimés obligatoires a été votée à la Chambre des députés, mais a fait l’objet d’un veto. Deux jours après la décision de la Chambre, les mesures du Plan d’action pour accroître la transparence du processus électoral ont été rendues publiques.

Même avec les controverses susmentionnées, les insécurités concernant les élections, non seulement au Brésil mais dans le monde, ont été fortement influencées par les réseaux sociaux. Au fausses nouvelles en politique a eu un impact sur le processus électoral et a remis en question la fiabilité des électeurs lors du vote.

En conséquence, la Commission et l’Observatoire de la transparence électorale ont joué un rôle essentiel dans la démystification des élections brésiliennes. La recherche par le gouvernement de moyens de simplifier le vote pour la population était nécessaire compte tenu du monde dans lequel nous vivons et des nombreux mensonges qui peuvent atteindre les Brésiliens chaque jour.

Lire aussi : Vote imprimé : régression ou solution ?

Qui participe à l’organisation ?

Pour mettre ces fonctions en pratique, des réunions ont eu lieu depuis sa création parmi ses membres. Il s’agit notamment d’institutions de la société civile et d’organisations publiques et privées qui ont rôle pertinent dans les domaines de la technologie, des droits de l’homme, de la démocratie et des sciences politiques, entre autres.

Dans la liste, publiée par le TSE, certains noms notables sont :

  • Paulo Jerônimo de Sousa, de l’Association brésilienne de la presse ;
  • Patrícia Campos Mello, de l’Association brésilienne du journalisme d’investigation ;
  • Vinicius Diniz Monteiro de Barros, de l’Association nationale des défenseurs publics fédéraux ;
  • Harmut Richard Glaser, Comité directeur Internet ;
  • Maria Paula Almada e Silva, de l’Institut national des sciences et technologies de la démocratie numérique ;
  • Melillo Dinis do Nascimento, du Mouvement de lutte contre la corruption électorale ;
  • Ana Claudia Santano, de Transparence électorale Brésil ;
  • Et des représentants de divers partis politiques.

Alors, avez-vous compris ce qu’est OTE ? Pensez-vous que c’était une bonne initiative du gouvernement? Dites-nous votre avis dans les commentaires !

Les références: