Le Brésil

Qui sont les complices de la destruction des droits des adhérents aux caisses de retraite

L’entité représentant les fonds de pension, soutenue par les ressources des participants qu’elle devrait protéger, propose un cours pour guider les gestionnaires de fonds dans la création de nouveaux régimes de retraite et «encourager» les participants à migrer leurs réserves d’un régime à un autre. L’année dernière, un dirigeant de la même entité a défendu avec véhémence l’échange d’indices prévu dans le règlement des régimes de retraite sans l’approbation de l’organe de surveillance, Previc, contrairement à la législation en vigueur. La justification, dans les deux cas, est que les changements interviennent avec l’approbation du Conseil délibératif de l’entité, dans lequel le promoteur détient la voix prépondérante pour décider de toute impasse en sa faveur.

La migration nuit aux participants au plan

Quiconque suit la vie des fonds de pension sait très bien que l’objectif, dans ces cas, est d’apporter des ajustements aux plans de pension afin de réduire les avantages et les droits des participants et, dans le même temps, de répondre aux demandes des entreprises parrains. , les libérer de tout passif et réduire les cotisations patronales. Les participants ne subissent de lourdes pertes que si des entités syndicales et associatives entrent en scène. Lorsque les élus des fonds de pension, organisés et avec les travailleurs, font pression sur les sponsors pour qu’ils ouvrent des processus de négociation pour empêcher le massacre de leurs droits.

Le sponsor sort en profit

En règle générale dans les processus de migration, si un plan est fermé, souvent en raison d’un déficit, un nouveau plan est inauguré, avec des avantages et des droits très réduits et avec tous les risques assumés par les participants. Ensuite, ils sont amenés à changer de régime, en transférant leurs réserves du régime fermé au régime nouvellement créé. Tout déficit du plan original est «escompté» de la réserve individuelle du participant. La part du déficit qui devrait être couverte par le promoteur est souvent éliminée par des manœuvres comptables ou des changements d’hypothèses. De telle sorte que le participant migre vers un plan bien pire et avec une réserve extrêmement réduite.

Les participants sont souvent trompés

Les représentants du promoteur disent qu’il n’y aura pas de déficit à payer, mais qu’en pratique, la prestation sera moindre dans le nouveau régime. Actuellement, l’organe représentatif de la caisse de retraite commence à former les gestionnaires pour les guider à agir contre les participants. Derrière cette activité se cache un véritable secteur du conseil, richement rémunéré avec les ressources des participants pour agir contre leurs intérêts.

Le changement d’indexeur peut réduire les avantages

Dans le cas de l’échange d’indexeurs, une attaque similaire se produit. Les fonds de pension adoptent un indice d’inflation officiel comme indice. L’indexeur sert à corriger les prestations de retraite et de retraite et, dans les régimes où les prestations sont calculées en fonction du solde d’épargne individuel du participant, il sert également à calculer le montant des prestations en projetant la rentabilité future des ressources investies.

Normalement, les fonds de pension échangent des taux plus favorables pour le participant contre des taux moins favorables. Mais ils ont besoin de l’approbation de Previc, l’organe de surveillance du fonds de pension, qui est chargé de vérifier que la loi est respectée – et la loi empêche l’échange d’indices dans le cas de prestations déjà accordées.

Et le directeur de l’entité vient défendre l’échange sans l’accord de Previc. Pour que les sponsors changent avec la voix prépondérante au Conseil délibératif, ou même sans voix prépondérante, comme dans les fonds parrainés par des sociétés privées, ils nomment jusqu’à deux tiers des administrateurs.

Malheureusement, ceux qui prônent ces attaques propagent souvent que les participants sont la partie la plus importante des fonds de pension, mais se plaignent des revendications juridiques de ceux qui estiment avoir été lésés.

Dans cette perspective, il ne reste plus qu’aux participants à s’organiser dans leurs entités représentatives, à élire les administrateurs et administrateurs engagés à défendre leurs intérêts afin de préserver leurs droits.


  • Cláudia Ricaldoni est administrateur d’Anapar et administrateur élu de Forluz.
  • José Ricardo Sasseron a été président d’Anapar et élu directeur de Previ

Vous pourriez également aimer...