Le Venezuela

Quitter la (dom) nation de la mémoire

Je suis très heureux de présenter cette étude sur la mémoire collective et les politiques de mémoire que l’auteur a préparée, révisée, retravaillée et complétée par des développements récents. Il ne pouvait en être autrement, car les changements politiques que la société vénézuélienne a connus ont eu un impact fondamental sur les politiques de mémoire et la mémoire collective de notre peuple. Eh bien, au-delà des sensibilités suscitées par la mémoire de notre passé et les manipulations auxquelles il est soumis depuis plus d’un siècle et demi. Il y a eu un effort soutenu au cours des deux dernières décennies pour éveiller, former et renforcer la conscience historique de notre peuple.

Comme dans tout manuel de méthodologie de l’histoire, il est recommandé à l’apprenti de ne pas avoir peur de dire la vérité (et l’un, peu importe ce qu’il veut, est déjà passé par cette étape) Je dois montrer que j’ai appris quelque chose du métier et dire avec toutes les lettres que, dans cet effort Titanic, d’ailleurs, de promouvoir la conscience historique collective, Pedro Calzadilla a réalisé une tâche essentielle et intégrale.

Expert comme il l’est de ces questions de mémoire et de sensibilité collective au passé, il sait combien la mémoire de l’histoire a été malmenée et manipulée par les classes dominantes. Comment il est devenu un narcotique de nos aspirations légitimes à l’égalité et à la liberté. Comment notre protagonisme collectif a été déformé, obscurci, obvi et invisible dans le récit historique. Comment l’amour que nous ressentons pour Bolívar a été manipulé à la nausée, transformant sa mémoire en un sédatif qui obscurcit notre conscience, nous incitant à rêver de vivre dans une communauté fraternelle, indépendamment des inégalités existantes et des relations d’exploitation.

Connaissant le processus de domination (nation) de la mémoire, de sa civilisation et de sa discipline (ses dispositifs, dispositifs et instruments), Pedro Calzadilla a promu et dirigé un projet de réinstitutionnalisation, d’organisation sociale, de diffusion, de recherche et de formation historique qui a dans le but de libérer et de décoloniser la mémoire collective, en favorisant la formation et l’éveil de la conscience historique du peuple.

Un projet auquel ceux d’entre nous qui ressentent et comprennent la Nation et la Patrie participent comme une coexistence profondément démocratique et respectueuse des différences.

Un projet dans lequel s’engagent ceux d’entre nous qui comprennent l’histoire comme un savoir permettant de dévoiler la formation des mécanismes d’oppression et les manières dont les peuples se sont organisés pour les combattre. Comme un savoir qui transcende la périodisation historique en fonction des avancées technologiques et, plutôt, l’établit en fonction des avancées réalisées dans la satisfaction des besoins collectifs, y compris le besoin de se libérer des oppressions de race, de classe, de genre ou de toute autre nature.

Un savoir historique qui cherche les chemins tronqués, les programmes vaincus, les évolutions déviantes… les utopies. Car nous avons déjà la certitude que ce qui a réussi n’est pas le meilleur.

L’inclusion forcée de Notre mère Afrique et de notre mère Indo-Amérique dans un système de mort qui s’est développé monstrueusement suçant le sang de nos frères indigènes et africains, et déchirant les entrailles de notre mère Terre. Un système qui menace aujourd’hui de détruire la vie, sauter de haut en haut ne peut pas être le meilleur qui ait été imposé.

A cette conception de l’histoire que nous appelons Insurgent, Pedro s’est consacré depuis au moins 21 ans et continuera à se consacrer, nous accompagnant et recevant notre compagnie dès lors jusqu’à aujourd’hui. Je parle du Réseau Histoire, Mémoire et Patrimoine, l’organisation politique de l’Histoire insurrectionnelle dans laquelle nous sommes actifs et qui a de nombreuses tâches à continuer d’accomplir. Parmi eux, l’incorporation massive d’enseignants, de professeurs et d’étudiants hommes et femmes à la tâche d’émanciper et de décoloniser l’histoire.

Au Le siècle de la poudre à canon… Pedro Calzadilla déploie son arsenal professionnel, creuse en profondeur pour extraire une mine de données trouvées dans le magma de la mentalité collective et dans la mémoire historique de ceux d’en haut et d’en bas. Il ordonne et interprète les traces du passé, reconstruisant des réalités immatérielles déterminées par des déterminants de la relation des personnes avec leur passé et le fait avec une intention prospective et critique. Véritable critique, qui consiste à se mettre à la place des pauvres et à partir de là faire un diagnostic de la pathologie de l’Etat.

Calzadilla réalise sa propre étude de l’histoire des insurgés. Il révèle le système idéologique de domination qui a été mis en place sous les gouvernements d’Antonio Guzmán Blanco pour consolider le projet national des classes dirigeantes. Il s’agit d’une opération de manipulation de la figure du Libérateur et de l’amour que son peuple professe pour lui, à travers laquelle « une colossale fraude culturelle » est perpétrée. Les aspirations légitimes à l’égalité et à la liberté des peuples s’engourdissent, les enfermant dans le corral idéologique de l’unité nationale car « c’est ainsi que le rêvait le Père de la Nation ».

Pedro découvre le dispositif de domination (nation) qui prend au peuple le symbole maximum de ses désirs, de sa capacité et de son pouvoir de les réaliser à travers la formulation d’un projet populaire de rédemption.

On est reconnaissant d’avoir réussi à transcender la critique « scientifique » des études antérieures. Qui échouent dans l’analyse du phénomène idéologique car ils ne peuvent se débarrasser de leur profond mépris pour le savoir et le sentiment populaires.

En outre, nous devons le remercier pour sa capacité à communiquer des problèmes complexes avec appréciation et tendresse narrative, soulageant le discours de l’asepsie densément agaçante de ceux qui, dans leur désir de modernisation, écrivent comme une tonne de coton imprégné d’alcool isopropylique, totalement inefficace pour cicatriser les plaies de la mémoire.

Peter révèle ce que les autres cachent intentionnellement. Le culte créé n’est pas une simple manipulation idéologico-partisane mais : « un système de manipulation idéologique qui fait de la mémoire historique du Libérateur le principal soutien symbolique et culturel de la république oligarchique imposée après la dissolution de la Colombie. »

Telle une vapeur empoisonnée, la « mémoire civilisée » reprend plus de 170 ans l’amour populaire bien-aimé pour son héros.

« … Les représentations historiques du projet national sont plus cohérentes entre elles. Les secteurs dominants établissent une lecture unanime du passé et inhibent, voire suppriment, les mémoires régionales et sectorielles. L’Etat renforcé et robuste, assume l’exclusivité dans l’administration des mémoires »

La mutilation de l’âme populaire est consommée, le cœur de Bolivar est arraché à son cœur. Et pourtant, il se régénère et reste latent jusqu’à ce qu’il trouve un évent politique.

Prospective déclare de façon concluante :

« Ce sera avec la rébellion militaire du 4 février 1992, que s’amorcera le renversement de ce processus complexe et le Libérateur apparaîtra à nouveau comme la noix du projet historique des classes dominées. Hugo Chávez libère le symbole Bolivar de la prison culturelle des classes dirigeantes et le remet du côté des humbles : la République bolivarienne du Venezuela. Fini le peuple, Bolívar del pueblo… »

Caracas, 9 novembre 2021. Foire internationale du livre du Venezuela (FILVEN)

Vous pourriez également aimer...